9/11: y'a pas que la chute du mur

Publié le par bigfoot

Y'a aussi l'automne flamboyant dans le Mercantour.

Piégé hier par Tatiana qui a voulu s'arrêter à la fête des castagnettes à Isola. Une journée de m... par an dans la vallée de la Tinée et il a fallu qu'on monte dormir à Saint Dalmas le Selvage ce week-end... J'ai pris sur moi; mais franchement je ne sais pas comment elle a pu supporter ma tronche au milieu du marché. Qu'est ce que je déteste cette ambiance... mettez moi au milieu d'une brocante avec distri de vin chaud et de marrons et je nage dans le bonheur.

Je rentre à l'instant de Cap3000 où je cherchais une carte pour mon projet qui verra pas le jour vu comme c'est parti là où je m'épanouis professionnellement (et dans le fond, il faut reconnaitre que c'est mieux). Carte que je n'ai pas trouvée d'ailleurs. Par contre pour aller passer un we de charme à Paname, y'a du choix... Là aussi une sensation de béatitude et de sérénité coule dans mes veines dans cette galerie marchande.

Vilaines palpitations pour changer dès que je suis au milieu de la foule. Je peux parler aujourd'hui de phobie. Vraiment pas loin du malaise, de la crise de nerf. Finalement peu importe, que je sois au milieu des bidochons empégués de picrate à gueuler à tue tête entre deux bouchées de daube ou au milieu des effluves de chanel (ou pales copies) des pépettes emmitouflées dans leur daim à tortiller entre nafnaf et mango (au moins je connais deux magasins) et à farfouiller dans les galeries pour dégoter les plus belles fourchettes à escargot, je ne suis pas à ma place. Je n'ai rien à y faire. On me parle souvent de mon rapport à la solitude. Comment je fais pour tenir longtemps tout seul sans contact avec les autres.
Mais je ne suis jamais aussi seul que quand je suis dans la foule. Mais il y'a pas un type avec qui j'ai envie de parler dans cette masse grouillante.
Je sens que je suis en train de me façonner une belle réputation de "vieux con" avant l'âge requis...

Heureusement que j'ai le boulot pour garder un lien social et conserver un niveau de conversation de soirée mondaine.

Ouvrez le ban (moins de 16, passez votre chemin):
"Si vous vous en battez les couilles, allez vous taper le cul dans la merde"
"Je suis jamais allé aux putes, mais c'est pas pour ça que je suis pas un homme, mais de toute façon, faut jamais dire jamais" (répété environ 20 fois à l'heure)
"cette meuf, elle mériterait qu'on lui déchire le cul"...
Fermez le ban (les moins de 16, vous pouvez revenir)

Des photos d'automne... ça fait du bien...

Thiery, pris de pas très loin de la Baisse de Grand Pallier.
le vallon de l'Arsilane

Bon, un petit viro dans le Mercantour, y'avait pas que la fête des chataignes ce we...
We excellent au demeurant dans une chambre d'hôtes super sympa à Saint-Dalmas.
Quelques flocons et des couleurs...

Saint-Dalmas...

Roya...
Valdeblore...
Saint Martin Vésubie...
Saint Jean la Rivière...

grmblllll... déjà fini... faut retourner au milieu des gens...
... mauvaise humeur plus que tenace... mes week-ends qui sont trop bons pour revenir au quotidien...

Commenter cet article

Valérie 10/11/2009 17:44


Et oui, tu rales, mais ceux que ça gène ne sont pas obligés de venir lire ton blog !!!
Pas de fête à la châtaigne ici... mais une foule colorée et grouillante pour fêter mon arrivée à Valparaiso : bientôt les élections, c'est donc l'occasion de rappeler au peuple d'en haut les
besoins du peuple d'en bas !
Pas de couleurs d'automne : la température ambiante me rappelle que c'est bientôt l'été et que oui ça y est, j'ai quitté la Patagonie (hier 2 polaires et aujourd'hui en t-shirt...).
Bon automne ! Profites-en ! J'aime aussi les couleurs de cette saison...