24/09: le Lauvet d'Ilonse (1992 m)

Publié le par bigfoot

Ca faisait longtemps que je n'avais rien fait.
Retour d'Islande difficile. beaucoup de mal à encaisser la canicule de ce mois de septembre. 25°C de différence positive. Je n'y arrive définitivement pas.
A ça, des problèmes de boulot qui minent un peu le moral. Annonce de chômage partiel le jour de la reprise. Vraiment pas cool, même si je m'attendais fortement à ce type d'annonce au vu de l'activité de la boutique.
Et pour finir une bonne espèce de grippe qui m'a détraqué 15 jours. Dur dur de récupérer sous la chaleur. Mais c'est quand même marrant que je choppe ces virus à deux balles quand il fait chaud et que je n'ai même pas le nez qui coule quand je suis en Islande sous la pluie et le vent 24h/24.

Quelques jours déjà que ça me démange. Je sens la saison en train de finir et je vais tout louper si je ne me bouge pas. Septembre et octobre sont normalement des mois de grosse frénésie chez moi.
Donc après le boulot, 13 heures, une première petite sortie pour voir où j'en suis après mon mois d'hibernation.
Le Lauvet d'Ilonse... C'est un petit sommet sans prétentions que j'aime beaucoup, pas très loin de la côte, avec un accès routier qui monte assez haut au col de la Sinne.Donc on peut le boucler en quelques heures (env. 4 heures sans se presser) et sans problème occuper une demi journée  en fin de saison. Il est également agréable d'y monter en hiver ou en début de saison en raquettes car les pentes sont douces.

Pas grand chose à raconter. Il suffit de suivre le balisage depuis le col de la Sinne. On monte d'abord au col des Fourches dans la forêt puis sous quelques roubines. Le col des Fourches est un endroit très agréable pour le casse dâle.
Ensuite, on longe le flanc est du Lauvet sur un sentier d'abord très net et bien balisé qui ensuite aura tendance à se fondre dans des drailles à moutons après la cabane de la Clap. Il faut alors être attentif au balisage mais même si on rate le chemin, il n'y a pas de problèmes majeurs. Il suffit de rester à niveau, voire de monter un tout petit peu pour retrouver facilement le chemin.
La montée continue ensuite sur le versant nord ves la baisse de tavanières. Le chemin est touours évident jusqu'à la balise 308.
A partir là, c'est la grande aventure. La très grande... Pas de chemin, Il faut monter au jugé vers le sommet. C'est d'une simplicité enfantine. Magnifique vue à 360° .
Là, vue sur le Mont Mounier.
La Colmiane et les sommets du Boréon
Le village de Roubion et les roches rouges de la Tinée en aval de Saint-Sauveur
Roubion...
On redescend ensuite sur la très large crête vers le sud qui ramène au Col des Fourches. Toujours hors sentier, on peut décider de rester sur le "fil" (si on peut parler de fil sur un passage aussi épais) soit redescendre assez vite sur le versant est en prenant soin de ne pas pénétrer dans les ravins en bas la pente (encore qu'ils ne sont pas dangereux, juste pénibles à traverser, mauvais souvenir d'une expérience hivernale).

Le col des Fourches à gauche et plus à droite dans le fond, le col de la Sinne où la voiture est garée. Juste au-dessus de ce col, le Brec d'Ilonse qui sera l'objet d'une sortie hivernale  dans quelques mois.

Une tentative de rentrer un topo précis sur la page web suivante en lien (copier coller dans le navigateur)
Si ça marche, petit à petit, je reprendrai toutes les sorties précédentes décrites et j'ajouterai un lien topo.

file:///C:/Users/david/Pictures/lauvet%20d%27ilonse.htm

Au retour en voiture, plutôt que de redescendre par Ilonse, il est très sympa de continuer et de rentrer par la vallée du Cians en passant par Pierlas. Cette route sert parfois de spéciale au rally de Monte Carlo. Il existe notamment un passage en épingle qui nécessite une manoeuvre si on rentre mal dans l'enfilade des lacets.


Commenter cet article

Laélie 12/10/2009 20:38


Vu de là où tu te trouve, le Roubion a l'air d'être un joli village haut perché.
Là, je t'écris d'Ushuaia un jour de tempête de neige : c'est la fin de l'hiver ;-)