30/06 rien du tout, pas eu le courage de décoller

Publié le par bigfoot

Oui, dure récupération.

Intérêt du blog... C'est qu'il me force aux sorties.
Si j'annonce maintenant que demain et après demain, je m'envoie dans des bidules improbables, je ne peux plus revenir en arrière.
Cochon qui s'en dédie...

Donc, j'annonce que demain et après demain, je me livrerai à un certain nombre d'activités licites, certes, mais plutôt antagonistes avec mes horaires de boulot. Va falloir bien calculer ces coups... Bien sûr, les journées n'étant pas extensibles, il va falloir sacrifier certains éléments du quotidien.
De prime abord, je me dis que le plus simple est de réduire le ménage... Oui mais bon, le ménage, hein... il est déjà réduit à la portion congrue.
Donc, il ne nous reste plus que le sommeil et les repas. Ca ne change guère des habitudes? C'est vrai... Aussi demain, l'itinéraire pas encore décidé mais ce sera un sommet avec ascension nocturne (au début) style le Pelat, mais j'ai des doutes sur la faisabilité à cause de la neige à ces altitudes. Verren ben.

Et après demain, là aussi, hésitation... Ou kayak jusqu'aux iles de Lérins à l'aube (mais l'outil est au fond de la cave sous le souk... pfff) ou remonter aux sources du Coulomp dans une rando aquatique à 6h00 du mat pour éprouver mes jambes à la fraicheur de l'onde en marchant deux heures en "schanklettes" dans une eau autour de 5°C. Verren ben too.


Ce début d'été est pénible, chaud, lourd et orageux. Quand je pense que l'an dernier, ce même jour, j'étais coincé dans le refuge de Kistufell.
J'ai du mal aujourd'hui à supporter le quotidien de la Côte d'Azur. Les plages de Juan les Sapinettes. La mauvaise humeur permanente des gens où que l'on aille (moi, toujours de super bonne humeur, bien sûr, dans mon monde parallèle). Les artisans qui vous ignorent malgré les appels répétés (ceci est un message aux artisans qui me rappellent pas, mais comme ils doivent pas savoir utiliser leurs outils de communication, c'est un appel dans le vide).
Heureusement qu'il reste l'arrière pays... mes petits coins de rivière secrets... mes sentiers muletiers des anciens... mes points de vue... mon no man's land quoi...

Mon endroit idéal de ces jours ci...
Une grande plage déserte. C'est pas grave s'il y'a pas la mer.
Mais vraiment déserte.
Comme j'ai le vertige (un peu), faut pas de falaises.
j'ai vraiment plus envie de la foule (grosse claustrophobie ces jours ci).
Comme j'ai peur des virus et autres contaminations (de tout temps), l'isolement ne me ferait pas de mal (et ce n'est pas lié à la grippe à bière).
Un peu de fraicheur.

Ca donnerait ça.

C'était le 2 ou 3 juillet l'an dernier.
Bon, ce jour là, j'avais envie de boire une pina collada sur une plage privée de Juan les Pins au milieu des gens qui se plaignent du train de vie de notre empereur, de faire plein de bisous contaminés à toutes les belles filles du monde sous le cagnard  infernal.

C'est ça l'insatisfaction permanente?

La devise de ma compagnie à l'armée: "jamais contents".
Grrrrrroarrrhhhhh....

Ah oui... pour finir...
Le fil rouge des derniers posts...

La famille Genêt a un fils qui a un pote.  Comment s'appelle le copain?

....

Ricorée, parce que c'est l'ami du petit des Genêts...

...

Oui, je sais, vous trouvez ça stupide mais vous êtes morts de rire. Vous avez honte de rire d'une blague niveau CE1/carambar mais c'est irrésistible.  Ne luttez pas, c'est incontrôlable. C'est notre cerveau reptilien qui a pris le pas sur le cortex cérébral. On est foutus. On s'en sortira pas vivants (hein, rachel?)...

AHAHAHAHAH...


Je vous ai parlé de l'âne Pétrol?
Non?
Bon, une prochaine fois alors parce que le ménage m'attend...
Et surtout le calcul de ma journée de demain (qui commence ce soir)...

Bonne route, Valerie, pour ton pélérinage sabbatique autour du globe
Plus que 13h00 de patience à cet instant...
Comme ça doit paraitre long... et si rapide...
En fait, je ne peux pas imaginer.
Un an autour du monde sans penser à autre chose que le quotidien, voire le lendemain...

Commenter cet article

Rachel 02/07/2009 09:57

Tu connais la blague préféré de Tatabio???? Aaaaaaaaaaaah ca vaut le détour!!!! ;)
Bisous de nous David :D

Laélie 30/06/2009 11:44

Merci pour les encouragements !
Je confirme, c'est long et court en même temps. Cette perception est, je suppose, liée au mélange de deux sentiments contraires : la joie de partir à l'aventure et la tristesse de laisser ceux que j'aime...

Je note ta technique pour te motiver... Bon courage pour la préparation !