19/06 Cime de Paranova (2556 m.)

Publié le par bigfoot

Travail de nuit toujours.
J'ai pris mes affaires pour partir dès la fin du boulot, soit à 5h00.

5h01... j'irais bien me coucher,moi...
Et oui, vraiment passé l'âge où je pouvais enchainer sans difficultés les activités.
Retour à la maison donc avec réveil programmé à 10h30.
Il faut vraiment que je sorte aujourd'hui. Mes deux prochaines semaines de travail seront d'après midi, celles que je déteste plus que tout, celles où l'on ne peut absolument rien faire d'enthousiasmant.
C'est donc finalement une de mes dernières sorties assurées avant le mois d'août.

10h30, réveil... Ouf, c'est tôt... J'appelle Imperial Levage pour me tirer du lit avec un treuil. Au moins mes affaires sont déjà dans la voiture. Je n'ai rien à préparer.
Destination, la Madone de Fenestre au dessus de saint Martin Vésubie. En principe une grosse heure. Aujourd'hui, entre travaux et bidochons, presque deux heures de route. Passablement énervé à l'arrivée avec quelques accrochages évités de justesse. Le vide des montagnes pousse les non habitués à rouler "prudemment" à gauche (voir mon post en Corse pour les décisions que je prendrai quand je serai élu président concernant la circulation automobile).

Parking au pied de la balise de départ. Un écriteau: attention chemin très dangereux. Ponts de neige et nombreux branchages cassés.
M'en batis... Vais pas me c... dans le vallon de Prals un 20 juin, sinon, c'est pas la peine que j'envisage d'aller en Islande.

L'objectif du jour est très mal défini, pour changer. Aucune idée des hauteurs de neige dans ce quartier. A la base, je pensais monter à la cime de la Valette de prals depuis la Gordolasque: sentier versant sud sur sa totalité, pas de petits vallons enneigés pénibles, mais 1500 mètres soutenus en plein soleil à midi, non merci. D'autant plus que le paysage restera immuable par ce côté.
Donc, je partirai de la madone par le versant ouest jusqu'aux lacs de Prals où je déciderai de la suite de la journée.

Départ bucco(dentaire)lique qui n'augure pas du tout de la suite du trajet. Quand ça part trop cool, je suis toujours méfiant.

En effet, en arrivant sur le torrent de Prals, le paysage est tout autre. Une avalanche a tout ravagé cet hiver. Les arbres sont cassés ou très abimés et les fameux ponts de neige sont en fait les résidus de neige de l'avalanche pas encore fondus à l'ombre dans le fond du vallon. Pas de photos, ce n'est vraiment pas très beau.
Ce n'est pas dangereux mais très désagréable. Ainsi que les types que je croise qui redescendent. Ils font tous la gueule. Y'en a même un qui me rentre dedans sans me voir (faut le faire... c'est pas que je brille mais quand même). Tous ont l'air angoissé. Pourtant, ce n'est pas si hardos que ça...

Il faut savoir que la rando des lacs de Prals est l'une des plus faciles du Mercantour et les familles niçoises font souvent leur première sortie avec leurs rejetons sur ce circuit. Ou bien en avant saison quand il y'a trop de neige sur les cimes plus hautes. La ballade est donc conseillée dans les guides et beaucoup des randonneurs de ce circuit sont sans doute très inexpérimentés et hors de condition.

Bref... sortie du vallon et arrivée sur le plan de Prals. Déjà beaucoup plus joli.
Au fond le Neiglier et les arêtes de la Pointe André (une des seules zones d'aiguilles du Mercantour)
Et de l'autre côté vers le sud, la baisse de Prals qui était l'idée de passage initial du matin dans la voiture.

Mais là, j'ai davantage envie d'aller vers les lacs, au nord, à l'opposé. On verra une fois aux lacs ce que l'on fera.
Je rencontre là beaucoup de gens qui descendent et qui me demandent si le passage du vallon n'est pas trop dangereux.
Là, je ne comprends définitivement plus. Non, aucun risque, c'est juste pénible.
Le temps est en train de devenir lourd. Je suis parti tellement tard aujourd'hui que je pense qu eje ne vais pas échapper àune averse, surtout que pour une fois, je n'ai pas pris la parka, le choix de marcher le plus léger possible. Donc, en général, c'est dans ces cas là qu'on se fait rincer.
Les lacs...
Au fond la cime de Paranova qui me fait bien envie. Il va juste falloir faire le bon choix d'itinéraire. Très pentu et rocheuse au nord, une longue crête d'alpages au sud.
Vous prendriez quoi?
Moi, j'opte pour les alpages, surtout avec une météo aussi instable. Il faudra juste vaincre les névés en bas de la pente.

Au moment où je quitte le sentier des lacs, j'entends des cris de panique d'une femme. Un couple est en train de faire le tour d'un des lacs et il y' a un immense névé de 1 mètre de large, 50 cm de haut et d'une pente d'au moins 2%. Là, franchement, elle abuse, je me demande comment elle a fait pour parvenir jusque là.
Ils me demandent aussi l'état du chemin que j'ai pris pour monter. Euh...c'est rien mais vu la panique ici, en bas vous y'arriverez pas...
Et c'est là que j'apprends que hier un groupe de trois randonneurs s'est vautré et blessé dans le bas du vallon et que les gardes du parc ont mis en garde les randonneurs sur ce tronçon.
Pourtant... Ca m'a vraiment pas perturbé. Ils seront passés à travers un pont de neige sur le torrent en marchant au milieu? Aucune idée. Encore une fois, c'est vraiment un itinéraire décrit et multidécrit que des gens totalement inexpérimentés auront pris sans se méfier...Je ne sais pas.


A moi. Hors piste pour remonter sur la crête. Les premiers mètres sont désagréables, se font dans un immense pierrier parfois entrecoupés d'une neige très molle. Les sondages avec les bâtons révèlent parfois des trous très profonds cachés sous la neige. Une gamelle là pourrait avoir des conséquences facheuses en passant au travers. Mais ça passe sans encombre en réfléchissant un minimum au bon chemin à prendre.

Et, toi là là-bas, t'as chaud?
Plus haut, la neige est davantage tassée et je préfère d'ailleurs prendre sur le névé plutôt que de continuer sur le pierrier. Une ébauche de chemin cairné apparait. La vue sur les lacs commence à devenir vraiment magnifique.
Enfin, j'arrive super facilement sur la crête. De l'autre côté, mille mètres plus bas, la vallée de la Gordolasque.
Sentier vraiment très agréable sur la crête. La vue est de plus en plus belle sur les lacs de Prals. Juste un passage pour contourner une antecime côté Gordolasque est un tout petit peu vertigineux, sentier étroit au dessus d'une pente d'herbages très raide mais sans difficulté.
Le sommet. Les derniers mètres sont beaucoup plus chaotiques. Une ambiance beaucoup plus haute montagne. Heureusement que je n'ai pas tenté par le côté nord. Je n'aurais pas réussi, je crois. Beaucoup de barres rocheuses, l'itinéraire sans doute pas évident à trouver.


Les arêtes et le Néglier au nord.

Les arêtes de la Pointe André en gros plan.
Bigfoot au sommet qui a remis la polaire. Devrait plus tarder à pleuvoir. Ce serait pas idiot de redescendre assez vite.


Retour jusqu'aux lacs par le même chemin.
Aie aie aie, rain is coming. Au moins ça donne de belles photos contrastées.
Fait vraiment plus beau du tout à Paranova. Faut dire quà 16h00 en montagne l'été, ça nous pend au nez. Ce n'est pourtant pas mon genre de trainer si tard normalement à ces altitudes.
Encore une belle photo contrastée (je trouve, je sais, Tatiana, y'a redondence)séquence aventure et émotion: notre courageux héro à la chasse à...
1/ l'éléphant
2/ l'hippopotame
3/ l'espadon
4/ autre


Retour par le chemin de la baisse des cinq lacs et le vallon du Ponset.
Ca y'est, il se met à pleuvoir à la baisse, il me reste une heure de marche avant la voiture. on survivra.
Le vallon du Ponset est vraimet très joli, dommage que je ne puisse prendre plus de temps pour l'apprécier.

Enfin, vue sur la madone de Fenestre (pas de notice historique aujourd'hui, je connais pas l'histoire et j'ai la flemme de chercher).
Un peu en dessous, je suis bloqué au pont par un troupeau de vaches qui traversent pour rentrer à la traite à l'étable. Il y'en a au moins 50, et elles ne sont pas pressées.
Je discute avec un couple en attendant que le feu passe au vert.
C'est vous le courageux aventurier touu en noir qui montiez sur le sommet au-dessus des lacs?
Ah ben voilà, enfin, on reconnait mes mérites et mes qualités... Je savais que j'étais un héro. Monter à la Paranova, c'est évident qu'il faut être fait d'un autre sang...
Non, non, je vais pas faire la star aujourd'hui... Mais ça fait du bien d'être flatté parfois, même si là pour l'occasion, je le méritais pas.
Je leur donne deux trois idées de rando fastoches sur des lacs environnants pour leurs prochains jours.

Retour à la voiture toute proche en marchant dans une énorme bouse à quelques mètres de la polo. Déjà que la voiture est crade...


Commenter cet article