jeudi 21 mai - changement de cap - changement d'attitude

Publié le par bigfoot

8h00, réveil.
Grasse matinée ce matin.
Rien au programme. Je dois juste être à Ajaccio à 15h30 pour récupérer le colis (commence pas à raler, je rigole).

Mes deux campeurs voisins toujours pas réveillés (ou pas). Font ce qu'ils veulent après tout et ils auraient grand tord de s'en priver. Mais bon, je vais pas attendre après eux éternellement.

Rien au programme certes, mais c'est pas pour autant que je vais glandouiller.
8h30: départ vers le grand sud.
Va faire chaud aujourd'hui sur la côte, je le sens.

Enfin, si, il y'a un programme, mais c'est pour ce soir.

En attendant, re les calanches de Piana où j'aimerais prendre quelques photos sympas (je sais je sais, ça fait 100 fois que je l'écris). D'emblée, y'a du monde sur la route. Voila, dès qu'on glande, on se retrouve coincé sur les routes.
Il doit y'avoir une étape du Giro entre Porto et Piana aujourd'hui. Jamais vu autant de cyclistes. C'est pénible de doubler toutes les grappes.

Enfin un bel endroit magnifique pour faire un picture break. Première marche qui descend vers les falaises, je vois remonter le groupe d'un bus belge du troisième âge. Ah non, ça va pas le faire. On n'aura pas de photos des calanches aujourd'hui.

C'est reparti donc. Piana, le village, c'est p't'et' beau mais ça me dit rien.
Cargèse, pas mieux.

Quand je dis rien au programme, hein..., je m'y tiens.

Sagone, mes vitres sont vraiment pourries, j'y vois rien. On s'arrete chez Proxi market acheter un rouleau de sopalin et du jex-vitres.  Tout cela est tellement intéressant. Un p'tit coup sur les plastiques aussi tant que j'y suis  pour redonner un air un peu plus présentable à la polo. C'est pas que j'ai honte... Je n'ai jamais caché mon mépris pour les bagnoles astiquées quotidiennement. Une voiture, c'est rien de plus qu'une boite de conserve avec un moteur dedans. Elle roulera pas moins bien si elle est cabossée et crado.
Bon, à la revente... ce sont les acquéreurs qui me méprisent...

La côte est bien jolie par ici, dans le golfe de Sagone.
Bien en avance, j'irais bien faire un p'tit plouf sur une plage.
Et hop une belle plage de sable blanc rien que pour moi, juste au bord de la route en contrebas. Même pas dix mètres à marcher.
Tout seul, à poil, et plouf pour parfaire les derniers raccords de bronzage. Mince, j'ai oublié l'appareil photo dans la voiture.
Tiens, j'y prends goût à me baigner tout nu. Bon, s'il y'a du monde, je remballe le paquet. Pas pudique pour un sou, mais j'aime pas m'exhiber sous le regard de ceux qui en ont pas forcément envie.
Et s'ils en ont envie, hein? Ben, z'ont qu'à le dire.

Quel programme...
Un peu de lecture... du soleil... la mer bleue (elle est pas bleue puisque je me vois à travers).

12h00: Ajaccio. D'emblée, la grande ville avec ses zones commerciales, ça me manquait pas.
Bon, first, the full.
Two: boire une Pietra, acheter des cartes postales, les écrire et les poster.
Three: aller à la plage aux îles sanguinaires pour guêter le bateau.

La plage: un peu, ça va, mais ça commence à devenir pénible, surtout que je viens de finir mon book.
15h15, j'aperçois le NGV de la corsica Ferries.
Destination le port.
J'avais peur d'être un peu limite à l'arrivée à cause de la circulation au milieu d'une espèce de brocante comme je les aime.
il a de NGV que le nom.
Oh, mais ils ont filé les commandes du bateau au cuistot ou quoi? Qu'il est long à faire sa manoeuvre pour accoster. Il pouvait pas nous faire un frein à main?
Demi-heure de retard.

Ouf, le colis en question était bien à bord.
Très content enfin de voir Tatiana (nous utiliserons un pseudo pour conserver l'anonymat de cette gracieuse personne qui n'a pas forcément envie de voir sa présence révélée ici) après moultes tractations, hypothèses et coups de fil depuis bientôt un mois, lesquels se sont intensifiés ces derniers jours.

Content de te voir... Ca va?
Tu pues...

Ah ben bravo, ça commence bien. quand je pense que je me suis astiqué de fond en comble ce matin tout exprès.

L'anonymat dure pas longtemps. On fait pas dix mètres qu'elle tombe sur un collègue de boulot. Quelle star, cette tatiana... Le type en Porsche en plus... Ca n'en reste pas moins une boite de conserve. Si un jour je gagne au loto, il est hors de question que j'achète une grosse caisse. Je remplacerai la polo par un utilitaire caddy pour pouvoir dormir dans le coffre. Pas plus. Les sous, je préfère les garder pour les vacances.

Départ donc direct sans passer par la case visite d'Ajaccio et sa foirfouille du jeudi de l'ascension. Avec Tatiana, ce serait signer mon arrêt de mort, déjà que je supporte pas. La crise d'apoplexie assurée.

Objectif de ce soir: Sartène en y'allant tout doux par la côte: Porticcio, Porto-pollo, Propriano. C'est long, fait super mega hyper chaud. C'est lourd et moite. Il y'a beaucoup de monde, notamment des qu'il faudrait leur interdire de conduire dans ce pays.
Si j'étais président, j'imposerais un permis de conduire spécial pour rouler dans le 06 et la Corse.
La règle un serait d'interdire de conduire à moins de 50 km/h sur les petites routes blanches et à moins de 70 km/h sur les routes jaunes.
La règle deux serait de bloquer les camping cars et les caravanes sur les autoroutes et d'imposer à leurs utilisateurs de se déplacer sur le réseau secondaire à vélo (ça grimpe? ben, c'est ballot alors, z'ont qu'à visiter les moulins de la Beauce)
Y'a pas d'autoroutes en Corse?
Ben mince alors... j'y avais pas pensé... faudra qu'ils traversent à la nage ..
La règle trois d'interdire tous les conducteurs de citroen à part sébastien loeb (et tatiana)

18h00: Sartène, ouf.
Super hotel, super accueil... je le nomme donc... euh, non, sinon, il risque de plus y'avoir de places quand j'y retournerai (ce blog est tellement visité). Surtout, j'ai oublié le nom...
Détente... Y'a besoin...

Non mais oh, on va pas rester à l'hotel.
Je connais un petit bord de mer sympa (...) dont tu me diras des nouvelles.
Campomoro.
Je me rappellais pas combien c'était chouette.
Evidemment, on a failli jamais voir Campomoro. Face à une concentration de Porsche dont les conducteurs se prennent pour Vatanen, sauf qu'ils ont le niveau de Pierre Richard. Deux ou trois se sont laissés emportés par la puissance de leur bolide et ont complètement raté leur sortie de virage. Et moi juste derrière. Connards...

Permis spécial corse.
Règle quatre: interdire les Porsche et autres voitures de sport ailleurs que sur la plage pour frimer.
Règle cinq: n'autoriser que ma voiture sur les routes et quelques vaches, cochons et chèvres pour rigoler un peu.

Cette page manque définitivement de photos...(j'en conserve quelques une pour mes archives personnelles, merci ki? héhéhé)

Campomoro, je savais que c'était chouette, mais à ce point...
La tour...
Après la tour

Reproduction d'un cliché célèbre en Corse, avec l'ajout d'une petite touche personnelle... (coucou, Tatiana)


Je fais l'imbécile dans ces cailloux, j'adore...
un p'tit plouf à poil pour rigoler encore une fois au coucher du soleil.
Ah ben, tatiana, t'es fatiguée?
Faut dire que ces premiers jours corses m'ont particulièrement mis la bonne grosse patate. Complètement oublié les problèmes du quotidien. Une vie saine et parfaite, je vous dis. C'est bon de pas bosser.
Belle mentalité, tiens...
Donc on est un peu en décalage de forme. on va essayer d'harmoniser ça.

Pas mal, celui là aussi, je trouve.
De quoi donner moins de regret à Tatiana d'avoir loupé celui de porto dans les calanches.




Publié dans corse

Commenter cet article

T. 01/06/2009 21:01

Avec les verbes de perception .... UTILISER LE MODAL "CAN " sounds better like this: I can hear, I can see, but I can't smell everything, OK ?? à répéter 100 fois avant de s'endormir :-)

bigfoot 02/06/2009 10:51


c'est curieux mais quelque chose me dit que je vais retenir...


T. 01/06/2009 20:50

Ah m..... ! j'étais persuadée que tu n'avais pas entendu ce doux commentaire! de toute façon, tu détestes le "romantisme", n'est-ce pas?!! et ben voilà, ça t'apprendra ... :-)
Au fait, je trouve ton blog ponctué de termes anglais, de plus en plus, me semble-t-il? tu veux m'impressionner ou bien, peut-être souhaites-tu donner une dimension internationale à ton récit? :-)

bigfoot 01/06/2009 20:55


j'entends tout, je vois tout... je sens pas tout ...
I hear everything, I see everything... I don't smell everything