le Mourre de Chanier (alt:1930m)

Publié le par bigfoot

25/04/09

Grace à mes horaires décalés au boulot, j'avais l'occasion ce we d'enchainer 4 jours de montagne non stop, de vendredi aprèm jusqu'à lundi soir.

Toujours dans mon optique de progressivité de l'entrainement, je ne vais me contenter que d'une seule grosse journée.
En fait, la semaine de boulot a été difficile avec des changements d'horaire qui m'ont empêché de dormir ne serait ce que relativement bien. Le sommeil est chez  moi quelque chose d'assez secondaire en général, mais là, faut pas pousser, je suis bien au bout du rouleau.
A ceci s'ajoute un risque d'avalanche très important et la météo s'annonce islandaise pour dimanche et lundi. Et je ne suis pas disposé à me tremper deux jours complets sur les bords de la méditérannée. En Islande, pas de soucis, ça fait partie du charme, mais ici, j'aime le bon cagnard.

Bon, j'opte pour l'ascension du Mourre de Chanier, point culminant du pays des gorges du Verdon. Je ne sais pas comment sera le terrain. Il risque de subsister pas mal de neige. On verra bien.

Départ de Rougon, magnifique vue sur les gorges du Verdon et le Point Sublime.

Je connais le chemin jusqu'à la plaine des Praux juste en dessous du sommet. La pente n'est pas très forte mais continue dans une ambiance typiquement méditéranéenne: lavandes, buis, genêts et autres trucs qui piquent.

J'ai toujours aimé la bascule dans la plaine de Praux. On change totalement de registre dans les grandes pelouses alpines inattendues en ces lieux.

Je suis maintenant au pied du Mourre de Chanier qui me domine d'environ 400 mètres. Finalement, très peu de neige. Je ne suis jamais allé plus loin par flemme dans le passé ou à cause du brouillard.
Une petite pause bien sympathique à la bergerie où je feuillette des revues dans le but avoué de trouver un bon  vieux play-boi des années 80. Ben non, juste plein de numéros du journal de mickey et un magnifique numéro de voici où la photo la plus érotique montre lagaf' en string sur son jet-ski. Hmmm, charmant, retournons à l'oncle picsou et donald.

Evidemment, je choisis un mauvais itinéraire pour rejoindre la crête, et augmente un peu le déniv sur quelques montagnes russes mais la montée se fait ensuite régulièrement sur la large crête. La vue s'amplifie au fur et à mesure de l'ascension. Le ciel est relativement voilé, c'est dommage. Par contre le vent est particulièrement fort et devient même violent à l'approche du sommet

J'adore cette ambiance minérale et ventée. J'arrive au sommet 4h après mon départ de Rougon. C'est vraiment loin d'être une performance.

Le vent est d'un niveau islandais correct pour le coup. C'est à dire au moins 80 km/h. Je m'abrite derrière un muret pour manger mon club poulet quand j'entends des pas derrière moi. Un gars que j'ai croisé à Rougon qui arrive. Ben, ça alors, j'aurais pas cru rencontrer quelqu'un au Mourre de Chanier aujourd'hui.
Il est AMM, bientôt à la retraite (61 ans) et se ballade depuis deux mois par monts et par vaux. Il sillonne les gorges du Verdon depuis quatre jours. Sacrée performance. Rougon-Aiguines par les sentiers Vidal et de l'Imbut le premier jour. Aiguines-Rougon sur l'autre rive par les sentiers des Pêcheurs, du Bastidon et Martel avec étape au chalet de la Maline. Et aujourd'hui le gros sommet du Verdon. Et ben... chapeau. On discute une petite heure. Il a beaucoup travaillé pour la télé et les expé nature de Hulot ou Peyron. Notamment les volcans, il a parcouru un peu l'Islande quand l'Hekla et le Grimsvötn ont fait des leurs.
Super intéressant et comme un âne, j'ai oublié de lui demander son nom...

Retour pour moi par le même itinéraire après une petite vidéo.
Elle est moche, mais je l'inclus dans le récit car j'aimerais que quelqu'un me dise si c'est bien le Ventoux qu'on voit enneigé sur la dernière image (d'instinct, on a pensé que c'est lui, mais je suis loin d'en être sûr à 100%).



Un chamois et des perdrix me font sursauter en deux occasions, mais rien de bien transcendant à noter.
Il est encore tôt et je décide d'aller sur le site de Saint-Maurin avec ses magnifiques cascades vauclusiennes. Les sources des torrents sortent de grottes au pied de la falaise avec une violence inouie à cette époque de l'année, surtout après la saison que nous avons connue. L'été, quand elles sont asséchées, il est possible de les remonter sur plusieurs dizaines de mètres. D'où vient toute cette eau, alors que je sais que les plateaux du dessus sont totalement arides? Mystère vauclusien...
Je me fais tremper complètement sous une des cascades, bloqué par le changement de direction du vent sur un tout petit sentier aérien, alors que j'essaie de passer en dessous, comme à Seljalandfoss en Islande (les lecteurs noteront mes efforts pour donner un trait islandais au récit même au coeur des gorges du Verdon)


Les anciens ont utilisé les grottes de tuf pour créer des abris. Certains sont particulièrement grands.

Pour finir la journée, je redescends le long du torrent principal jusqu'à sa chute en cascade dans le Verdon: passage rock and roll le long du sentier qui domine de très haut le lit du Verdon et qui est souvent utilisé comme lit par le torrent à la limite de la crue.
La cascade finale est magnifique. Le torrent de Saint-Maurin a la particularité d'avoir sa longueur moins importante que son dénivellé.
Retour à la maison et assez d'aventures pour ce week-end bien chargé malgré une seule journée utilisée.

Je me rends compte ce soir que c'était le dernier week end "sportif" avant le départ pour la Corse. L'été va arriver à une vitesse folle et je sens que je serai loin d'être prêt encore une fois. Les deux premiers ponts de mai consacrés aux enfants ne me permettront pas de faire de nouvelles aussi grosses journées. Quoique... qui sait?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bruno Carrias 20/06/2013 13:50

bonjour
j'ai apprécié votre reportage sur le mourre de chanier,je compte peut être y retourner et je voulais savoir si dans la bergerie où vous avez lu des picsou on peut passer la nuit,le mourre de
chanier est un superbe belvédère et on peut même y voir le Canigou à près de 350 km d'écart au crépuscule si le ciel est clair nettoyé des brumes par le mistral de préférence en hiver une photo de
cela ici:
http://static.panoramio.com/photos/original/91851194.jpg

bigfoot 20/06/2013 14:36



bonjour



merci pour votre message et la photo.


j'y suis monté assez souvent mais je n'ai jamais eu la chance de bénéficier d'un panorama aussi dégagé.



depuis l'article du blog, je ne suis pas remonté là haut.


la cabane était toujours ouverte et libre d'accès en l'absence du berger.



nous sommes fin juin, je pense qu'il ne va pas tarder à prendre ses quartiers d'été si ce n'est déjà fait.



amicalement





Nicolas 09/10/2010 11:58


Et bien.... en fait, je suis parti tard de Rougon (11h passées) mais il y avait beaucoup beaucoup de vent. J'ai gardé la gore-tex quasi toute la montée. Au sommet, ça avait tout tout dégagé les
nuages (d'ou la vue sublime) mais à essayer de repérer les sommets avec les jumelles et tout, j'avais les doigts gelés !!! donc pas trop chaud du tout. Par contre, la végétation était pas super
belle bien entendu (c'est une balabe à faire au printemps).

Nicolas


Nicolas 05/10/2010 00:26


Salut bigfoot, on ne voit pas très bien sur le film mais effectivement dans cet axe, ça semble bien être le Ventoux. Normalement, dans le 360°, avant il ya le Lubéron et après la montagne de
Lure... j'y étais il y a une semaine, on pouvait voir des Alpilles au Mercantour (Argentera, Poncet...) et de la mer à l'Ubaye !!!
Continue

Nicolas


bigfoot 07/10/2010 21:57



merci Nicolas de ta confirmation...


pas trop chaud le mourre de chanier quand il fait chaud comme ça?