la préparation physique et psychologique... acte 1... quel sacerdoce...

Publié le par bigfoot

24 avril 2009

Aujourd'hui, les grands débuts de la préparation physique et psychologique après quelques sorties hivernales non évoquées ici (j'avais qu'à commencer mon récit avant).

Mes activités perso m'amènent aujourd'hui dans le Var, terre réputée excessivement difficile pour le niveau d'engagement de ses rugbymen, moins pour celui des amateurs de rando extrême.

14h00, après un repas redouté mais finalement très agréable, je décide de me lancer dans la grande aventure à Saint-Tropez. Oui, je sais... nous sommes encore loin des rivages glacés du Hornstrandir et des crevasses du Mulajökull... mais la progressivité est la base de tout entrainement scientifique et raisonné.

Donc, après un orage monstrueux à sainte-Maxime (mais tranquilou dans la voiture dans les premiers bouchons de la saison 2009) qui me fait hésiter sur la suite à donner à la journée, je finis courageusement d'arriver à la plage de l'Escalet à Ramatuelle. Quelle aventure...

L'objectif, aller au Cap Taillat et tenter mes fameux panoramiques qui sont mon nouveau dada photographique et mes premiers essais video.

Bon, la ballade... c'est un régal, pas mal de vent, personne une fois au Cap Taillat.  Ah oui, histoire de faire un peu connaissance avec mon caractère, toute journée réussie est liée à l'absence de mes semblables sur mon chemin. Je sais, c'est limite, mais bon, c'est pas à 40 ans qu'on se refait (au contraire).

Je me griffe les poumpils (mollets) (un peu d'occitan pour faire plaisir à ma maman) dans les épineux qui recouvrent le cap. La végétation a explosé en cette fin avril: des fleurs et des odeurs sublimes. L'orage gronde au loin mais n'arrive pas jusqu'à moi. C'est une journée magnifique avec un retour fabuleux sur la ligne de cretes qui domine la mer et redescente au mileu des villas.





 
Fin de journée sur la plage de Gigaro avant d'aller gouter un repos bien mérité après une si dure journée à Toulon.

j'oubliais mon fameux panoramique du Cap Taillat (complètement loupé, j'ai du cisailler plus de la moitié de l'angle)



Anecdote qui a fait rigoler tout le monde. Sauf moi. Mais j'ai juré d'être transparent dans mes récits, quitte  à ce que mon ego soit froissé, même si ça n'a pas grand chose à voir avec le sujet traité. Donc...
Petit resto avec Tatiana et deux potes à elle (dont je tairai le nom pour le moment faute d'accord préalable des sus-dits à leur apparition ici) à La Seyne. Avant de manger (et boire), j'ai déjà chaud (j'ai toujours chaud (sauf à Kistufell (ça fait beaucoup de parenthèses (heureusement que j'ai un bac scientifique pour savoir gérer les parenthèses))))(je crois que le compte y'est).
bon, je reprends.
avant de manger et boire (surtout), j'ai déjà chaud et décide d'enlever le plus beau sweet de ma garde-robe (qui n'est plus dans ma garde-robe puisque je le porte). Je ne sais comment je me débrouille, mais je m'empêtre (comme si c'était la première fois que je faisais ça), mon tee shirt me remonte au-dessus des épaules en même temps. J'essaie de gérer à la fois l'enlèvement du sweet et la redescente du tee-shirt qui découvre impudiquement mes abdos et torse si puissants.
Un craquement atroce d'au moins 3 secondes. Mon sweet préféré vient de se déchirer totalement autour du cou. dans ma précipitation pour essayer de rattrapper je sais pas quoi dans la honte, je me lève brusquement mais j'avais les pieds croisés sous ma chaise et je me vautre en plus lamentablement. Heureusement que le serveur est là pour me rattrapper, sinon, je me casse les dents sur le coin de la table.

L'incroyable Hulk réincarné. Pourquoi je me décarcasse à vouloir me rebatir des épaules d'airin? hein (c'est pour la rime)?

Bien sûr, fou rire inextinguible de tout le monde. Petit trou où je pourrai rentrer la tête, où es tu?

Les deux autres, vexés que j'ai déchiré mon sweet et soit devenu le centre d'intérêt lamentable de ce début de repas, iront plus loin pour me surpasser later in the night en déchirant leur bagnole. Là, je peux pas lutter.

Lendemain...

Et si on testait une petite ballade dans les calanques?
Au dessus de Sugiton et des falaises du Devenson? Ca me paraît une idée tout à fait correcte.
De semaine en semaine, je vais de plus en plus vers l'ouest dans le massif. J'ai découvert depuis Cassis jusqu'à la calanque de l'Oule. Aujourd'hui, la partie centrale entre Devenson et Sugiton en partant du col de la Gardiole.
Magnifique journée encore une fois.
L'orage comme hier gronde à distance mais ne menace pas de trop près. L'accès est long pour arriver à surplomber la mer, mais une fois arrivé au col de la Candelle, le paysage est absolument somptueux. Je suis terrifié rien qu'à la vue des escaladeurs à quelques mètres de moi qui dominent la mer de plus de 200 mètres. Non, ce n'est définitivement pas une activité pour moi.
Je voulais initialement descendre à la calanque de l'oeil de verre mais je suis beaucoup trop loin et l'itinéraire de retour ne me tente pas. Donc je reste en haut sur les falaises avant de rentrer en forçant l'allure dans l'intérieur (n'oublions pas que je suis en mode entrainement très intensif (mais très progressif)).



Et mon déjà habituel panoramique (pas fini de vous agacer)


Longtemps que je n'avais fait de week end maritime aussi intensif. Vraiment un régal.

Petite video récapitulative des deux jours. Progrès à faire importants et déjà je sais que l'utilisation d'un filtre UV est à proscrire à cause des vilains reflets.


Commenter cet article

anne 29/04/2009 09:48

pas mal du tout les panoramique sur fond noir,
dommage que la définition du film soit un peu juste