30/08 et 31/08: Reykjavik (pas encore trop l'Islande sauvage)

Publié le par bigfoot

30 août 2013... Jamais je ne suis parti aussi tard dans la saison. Mes expériences précédentes un peu tardives m'ont toujours montré que le temps basculait après le 15 août vers les grandes tempêtes atlantiques automnales.

 

Alors passer 15 jours en Islande dans le sud/sud est, zone la plus tempétueuse de l'ile avec le programme le plus montagneux que j'ai jamais imaginé me laisse augurer quelques craintes au moment de partir.

A la limite je resterais même en France en ce vendredi matin. Je ne le sens pas du tout.

Quand je relis mes précédents voyages, je sais que j'ai toujours cette angoisse préliminaire, mais là, je suis vraiment un cran au-dessus.

 

Mon motif d'espoir concerne la météo toutefois. En principe, en fin d'été je devrais me faire secouer comme une coquille de noix dans un bassine. Cet été fut apparemment calamiteux. Croyant fortement aux lois d'équilibre de la nature, peut être que je bénéficierai d'un petit été indien pendant mes 15 jours.

Bon ok, c'est contradictoire avec ma première phrase mais on s'accroche dans les moments de doute au moindre fétu d'optimisme.

 

 

Pourquoi suis je un cran plus inquiet cette année?

Tout est dans le programme...

Une première très grosse semaine dans le Lonsoræfi que je souhaite explorer plus en profondeur après mon passage coup de vent de 2011 sur le sentier GR traditionnel. Il ne s'agit pas de mon choix premier mais les bus ne montent plus dans le désert central passé le 31/08. Je n'avais pas pensé à ce petit détail lors de la rése de mes billets. Il me fallait donc partir de la route 1.

Zone excessivement montagneuse, extrêmement raide et avec une quasi absence de sentiers, le terrain ne se prête pas à de la balade tranquille. Le secteur sera beaucoup moins ouvert à l'exploration que la région de Fjallabak.

 

L'idée est de partir de Hofellsjökull à côté de Höfn et rejoindre à travers les montagnes du coin le refuge de Mulaskali sur la Jokulsa i Loni (le grand camp de base du quartier). De ce refuge, remonter sur le Vatnajökull (d'une manière ou d'une autre, c'est encore flou, j'ai besoin du visuel) pour sortir plein nord au-dessus de la Jokulsa et la reprendre en rive gauche, rejoindre le glacier Hofsjökull (celui du sud-est, homonyme du bien connu énorme du centre de l'ile) et de là, alors force à l'improvisation... pour rejoindre la route 1 soit par des chemins de crête marqués sur la carte mais qui me semblent improbables vu les reliefs (il faut toujours se méfier extrêmement des sentiers secondaires indiqués sur les cartes islandaises), soit par une des vallées redescendant plein est derrière le glacier.

Rien que le proramme déjà est rempli d'à peu-près... c'est peu dire qu'il va forcément y'avoir de vilaines surprises. Si la météo bascule au mauvais moment va y'avoir comme un petit problème...

 

Bref, sans dévoiler le dénouement, ça a été encore pire que si ça avait été pire...

Bon, si je suis là pour le raconter, c'est qu'on pouvait encore faire pire...

 

D'ailleurs, en parlant pire, la deuxième semaine devait m'amener à tenter un passage que Mika et moi envisageons depuis deux ans au-dessus de Þorsmörk: rejoindre Fimmvorðurhals (le col du célèbre sentier du Laugavegur) par le glacier Hrunajökull (j'ai déjà fait la partie inférieure l'an dernier, je repartirai de ce point). Puis redescendre par un ravin (en principe Hvannargil) sur Þorsmörk...

Tout le monde nous dit que c'est un passage impossible mais personne ne l'a tenté... alors, pour savoir, il faut y'aller...

Autant dire, pour ceux qui connaissent le coin (et les autres) qu'il y'a intérêt qu'il fasse beau pour tenter un truc pareil. 

Ben, il a pas fait beau, mais alors pas du tout du tout... En fait je n'ai jamais été confronté à aussi tant pire (sic). Un randonneur est d'ailleurs toujours porté disparu depuis cette fameuse nuit tragique (c'est une technique que nous, grands écrivains, utilisons pour faire le pitch et monter l'audience).

 

Enfin pour le voyage retour, une petite visite de Copenhague sera prévue entre deux avions pour se remettre dans le grand bain civilisé.

 

 

Les présentations sont faites... Place au voyage.

Bon, donc, vous l'aurez compris, je n'ai pas écouté mon intuition et suis bien monté dans l'avion, abandonnant Sabine au luxe de sa piscine au pH et au chlore savamment contrôlés par son chimiste préféré.

Transit par Copenhague, toujours le moyen le moins cher pour aller à Reykjavik depuis Nice en profitant des low-cost entre la Scandinavie et la Côte d'Azur.

J'arrive à Keflavik à 22h et des brouettes.

Nuit noire, petite pluie, gros vent... Hmmm!!! 

Le fly-bus met du temps à démarrer et j'arrive à 23h30 seulement à BSI (la gare routière).

Signes de l'âge et de la maturité, pour la première fois, je ne dormirai pas au camping. Trop loin, trop roots, trop inconfortable, trop froid, trop humide... J'aime pas ce camping, j'en ai marre de le fréquenter (j'aime pas les campings en règle générale)

Une adaptation progressive au pays et à son doux climat. J'ai donc réservé une chambre d'hôtes à moins de 500 mètres de BSI sur booking pour mes deux nuits à Reykjavik.

Le temps de trouver et j'irai ensuite profiter des pubs reykjavikois.

Le temps de trouver, en effet... La chambre d'hôtes n'est pas indiquée dans la rue. Je sais que c'est au 3. Au trois, une grande maison comme il y'en a tant dans la périphérie proche de la ville.

Je rentre dans la cour. Je n'imagine jamais que c'est une maison d'hôtes. Comme un andouille, j'ai pas noté le n° de tél...

J'hésite, tourne en rond un moment puis me décide à entrer dans la maison n°3. Après tout c'est l'adresse indiquée. J'ouvre la porte et rentre m'attendant à trouver un bureau ou un guichet, enfin un truc d'accueil quoi... En fait je me retrouve dans un séjour d'une maison tout à fait normale. Pris par mon élan, je fais plusieurs pas avant de me rendre compte que bientôt je vais assis à regarder la télé sur le canpé.

Un bruit dans le couloir au fond, un bruit de clochette... Il te me sort pas un espèce de truc de l'ombre, issu de l'imagination de Lovecraft. Il fait nuit, les trolls sont dehors, y'a danger.

Il te me sort un clebs peint en argent, une espèce de braque de Weimar (je suis très culture allemande depuis un an), de la taille d'un poney xxl. Ca me fait prendre conscience que je suis vraiment chez quelqu'un. j'ai tellement honte que je reflue très vite hors de la maison, la présence du bidule m'aidant à aller encore plus vite.

Bon, ok, on recommence... Je sonne, j'attends, on m'ouvre... 

C'est pas le chien qui ouvre, ouf... Une femme m'accueille avec un grand sourire... Je suis au bon endroit.

Le temps de faire le tour du propriétaire, il est minuit passé quand je suis enfin seul dans la piaule et moins frais que les pressions servies au Boston sur Laugavegur. Avec le décalage horaire, ça fait une vingtaine d'heures que je suis sur la brèche. Je suis out.

Me couche en me félicitant de pas avoir de tente à monter ni de devoir souffler comme Eole dans mon matelas gonflable.

Attaque la lecture de mon bouquin "la zone du dehors" de Dalmasio. Une page plus tard et je dors comme un bienheureux.

 

Pas de réveil en ce 31 août, tout ce que j'ai à faire est de faire les courses (habituellement au Kringlan), puis de les répartir en deux paquets. Un que je mets dans mon sac à dos pour la première semaine et un que j'amène au BSI pour expédition à Hvolsvöllur où je le récupèrerai pour ma deuxième semaine.

Sauf que ça a changé. Il semblerait qu'il y'ait eu dernièrement pas mal de soucis avec les livraisons de colis. On ne peut plus désormais que se faire livrer à Landmannalaugar, Þorsmörk et Skaftafell. Ca, je trouve pour que l'organisation de voyages à venir, c'est un peu contraignant. Mais c'est pour une histoire future.

Donc envoi à Skaftafell. Je passerai par là de toute manière au retour.

 

La journée est très très longue comme prévu. Je visite pour la première fois le nouvel opéra de Reykjavik. Je suis admiratif de la qualité et du style de la construction (pas de photos, j'ai pas pris mon appareil pour la visite)

Le soir, je reçois un sms attendu depuis le matin, Bjorn et Elinborg sont à Reykjavik pour un concert. On se verra ensuite en ville pour partager un verre.

Vers 23h00, nous nous retrouvons et buvons pas mal de bières en discutant de la vie islandaise, de la fin de la crise, des rapports des hommes/femmes en Islande très particuliers ici pour notre culture latine et enfin de mes projets de l'année. Bjorn me prévient que ce sera rtès difficile et qu'il est vraiment tard en cette saison pour tenter un tel trajet. C'est ainsi, il est de toute façon trop tard pour changer les plans.

Quand nous nous séparons à 2h du mat, les rues commencent vraiment à s'animer. Chaque année, la nuit commence plus tard en Islande.

Je resterais bien encore un petit moment mais le bus est demain à huit heures. Sachant que je ne dors pas bien dans les transports, il faut vraiment que je me repose un peu ce soir.

 

Bon, demain, des photos, l'histoire commence pour de bon!!!

Publié dans islande

Commenter cet article

Jeff 22/01/2014 00:08

Bonjour maître Bigfoot,
C'est un plaisir sans cesse partagé de (re)lire tes différents récits islandais. J'adore ta façon de raconter. Je me suis relevé la nuit plus d'une fois pour pour me fendre la poire et siffler
d'admiration.
Merci Bigfoot de nous avoir montré la voie du hors-piste. Les deux Jeff se sont amusés comme des fous dans l'Askja.
Un jour, j'espère juste te croiser tel Livingstone et Stanley, causer une ou deux minutes boire un coup et chacun de repartir vers son horizon islandais.
takk fyrir,
Jeff et Jeff alias Raoul et Franjean

bigfoot 25/01/2014 10:16



J'ai commencé à écrire ce blog en 2007 pour relater mes exploits, un peu prétentieux sans doute.


Avec le temps, il est devenu avant tout pour moi un journal de bord que j'entretiens avec passion et que je pourrai feuilleter lors de mes vieux jours au coin du feu en souvenir du bon vieux
temps.


Et puis de temps en temps je reçois un commentaire-lumière comme celui que tu viens de m'envoyer et qui me donne envie de poursuivre ce partage.


Je t'en suis mille fois reconnaissant.


J'espère vraiment vous rencontrer quelque part en Islande au hasard de nos pérégrinations erratiques.


Mr Jeff and Jeff, I presume?


A bientôt dans les Fjallabak... Va savoir les hasards...



Corinne 01/12/2013 22:20

Bonjour David,

On est allés à Thorsmork (balade à la cascade Stakkholtsgjá + boucle courte d'Utigonguhofdi, sans monter au sommet à cause de la neige et en coupant avant Morinsheidi), Dyrhólaey, balade en haut de
Vik, Skaftafell (grande boucle vers Svartifoss), Jökulsárlón, Fjallsárlón, Fjardrágljúfur (splendides avec de la neige !), grimpette et balade en haut de Systrafoss à Kirkjubaejarklaustur,
Seljavallaslaug (la plus vieille piscine d’Islande perdue au milieu de nulle part entre les montagnes !!!), Gjáin et le cercle d 'or.

Et puis surtout, on a pu admirer des aurores boréales toute une nuit à Hvoll, à en perdre la tête, et j'ai eu la chance d'en voir à Reykjavik le 1er soir sur le front de mer en rentrant de
Laugardalslaug. Superbe ! Et pourtant, le niveau d'activité solaire était annoncé à son minimum !

Pas encore eu le temps de lire la suite de ton périple mais j'espère que tu as pu voir des aurores en septembre, où il y avait de l'activité solaire.

Et quand Michael nous a envoyé son programme d'été avec son trek court sur les crêtes, je m'étais demandé si ce n'était pas ce que tu allais faire en septembre !

Merci en tout cas de nous faire partager tes voyages extraordinaires et tes superbes photos qui font rêver, ce sont des endroits sublimes et inaccessibles pour moi à cause de mon vertige.

Ce sera déjà bien l'an prochain si j'arrive à aller à Sveinsgil ! Et pour Langisjor, Destination Islande a changé son trek pour 2014 en le rallongeant (2 jours en plus à Dalakofinn) et on passera
par Hvanngil, ce qui me rassure puisque tu m'avais dit que c'était moins vertigineux que d'y aller direct depuis Hrafntinnusker. Ouf ! Mais j'aurai sûrement mon lot de sueurs froides pendant le
trek !!!

Très bonne soirée, et comme j’ai un peu de temps, je retourne lire tes péripéties !

bigfoot 12/12/2013 14:07



salut


quel beau tour vous avez fait!!!


Les aurores boréales restent toujours un mystère pour moi. Je ne les ai pas vues cette année non plus malgré la période tardive.


l'activité nébuleuse étant largement supérieure à l'activité solaire... ;)


 


Ah oui, tu as reçu le prog de Mika avec les crêtes de Skaftafell... Ca faisait partie de mes plans mais j'ai fait le choix Lonsoraefi/thorsmörk cette année.


Un jour, je me frotterai à ces crêtes que Mika a tenté avec un seul client. Ce n'est pas passé, très très tendu. Il m'a dit qu'avec un client, il avait pas le droit de le mettre en danger à ce
point. Pour lui, faut y'aller à deux potes et c'est chacun pour sa pomme... . Alors je crois qu'il faut prendre
d'autres chemins de traverse pour moins s'exposer... Je ne crois donc pas que ce soit pour toi .


 


Beau programme encore pour 2014... Ils te font une carte de fidélité chez Destination Islande? Tu pourrais pas tenter en autonomie maintenant que tu commences à connaitre en visant des parcours
plus plats et peu engagés pour commencer?


 


 



Corinne 21/11/2013 23:33

Bonjour David,

Très heureuse de découvrir le récit de ton nouveau voyage ! Ton style est toujours aussi agréable et drôle à lire. Désolée pour la météo défavorable, j'ai pensé à ton périple en suivant la météo
islandaise en septembre sur le net. J'ai eu plus de chance début octobre où je suis partie une semaine. Je cours vite lire la suite de ton périple !

bigfoot 30/11/2013 14:50



bonjour corinne,


j'ai vu en effet qu'il faisait beau en octobre et des copains sont montés sous le soleil à haute altitude, exactement là où je suis resté planté tout en bas.


comme quoi, il faut profiter au maximum des beaux jours en islande.


t'es allée où exactement?



Jouge 19/11/2013 09:45

Salut David,
non mais qu'est-ce que c'est que ces manières ? On dort à l'hôtel maintenant !
;-)

bigfoot 20/11/2013 18:35



ben ouais, l'âge m'a rattrapé... monsieur devient précieux...