30/07: Odaðahraun (part 2: Trolladyngja - Surtluflæða)

Publié le par bigfoot

Petite pensée pour Alain Corneau. Une allusion à Fort Saganne la semaine dernière dans un article et il casse sa pipe hier.

Moi, je dis, j'ai un don. Ma fortune est faite. je vais menacer Bill Gates de parler de lui dans mon blog s'il ne me lègue pas la moitié de sa fortune.

 

Mais bon, je sens pas son heure arriver dans les prochains jours. Continuons donc nos aventures sans parasitage avec les faits divers quotidiens. Parce dans Odaðahraun, je vous jure que niveau faits divers, le journaliste du Morgen Blaad doit pas beaucoup trimer.

Les marcheurs par contre...

 

C'est reparti pour une nouvelle journée sans fin. Comme je n'ai pas assez avancé la veille, il faut absolument rattrapper le retard aujourd'hui. Au delà du programme qui en prendrait un coup, c'est surtout que je dois absolument rejoindre un point d'eau dans la soirée. J'ai consommé exactement la moitié de mon eau, préparation des lyophilisés comprise. Ca veut dire que j'ai pas assez bu mais je n'ai pas trop le choix.

 

Première photo du jour. Oligé de me baisser pour rentrer dans le cadre (non, c'est pas une retouche photoshop)

P1050206 [Résolution de l'écran]

 Petite inquiétude pour mes chaussures qui sont très entamées après une seule journée de marche dans le désert.

 

Pour bien comprendre ce qu'est une journée de marche dans le désert, une série de photos prises à plusieurs heures d'intervalle.

P1050207 [Résolution de l'écran]

P1050209 [Résolution de l'écran]

P1050217 [Résolution de l'écran]

P1050219 [Résolution de l'écran]

P1050220 [Résolution de l'écran]

P1050221 [Résolution de l'écran]

Et une vidéo...

Ca me rappelle par la façon de progresser le Skeiðararjökull l'an dernier, la glace étant remplacée par le basalte.

Et il me revient évidemment la chanson culte liée à ce glacier.

C'est trop cool. Comment s'en débarasser? 

Bon de temps en temps, il y'a des petites surprises.

Par exemple des failles d'une profondeur insoupçonnable que je franchis dans des secteurs où elles sont ensablées.

P1050210 [Résolution de l'écran]

Ca ajoute encore une dimension plus dramatique à ce paysage de désolation totale.

J'adore cette nudité, cette aridité... Un monde post apocalyptique... Je comprends que les légendes aient jailli de toutes parts en Islande avec de tels endroits.

J'adore mais bon, j'aimerais bien en sortir au plus vite. Pris le cap au gps ce matin, pour être sûr de pas faire le mètre de trop. Et maintenant j'avance en ligne droite (straight line) en direction de Surtluflæða, où devrait sortir de la bonne eau à boire.

 

Et c'est reparti.

Trolladyngja est derrière moi maintenant (oui, ça se voit pas trop)

P1050233 [Résolution de l'écran]

P1050225 [Résolution de l'écran]

Commence à apparaitre en fond le Tungnafellsjökull, petit glacier devant lequel je dois passer. Moralement, c'est intéressant de le voir. C'est le signe que j'arrive au bout de ce monstrueux Odaðahraun.

La signification de Odaðahraun? le désert des bandits. C'est ici qu'étaient expédiés tous les bannis de la société, les non désirables. Autant dire que leur arrêt de mort était signé. Rares sont ceux qui ont survécu longtemps. il faut lire à ce sujet la saga de Fjalla Eyvindur .

P1050226 [Résolution de l'écran]

Légèrement à droite de ma fameuse straight line, y'a un truc bizarre qui attire mon attention.

Un truc pas naturel qui semble avoir été fabriqué au milieu de rien.

P1050227 [Résolution de l'écran]

De loin ça me fait penser à une broche à kébab où on a commencé à dépecer le quartier de bidoche (voilà que je commence dès le troisième jour à penser à la bouffe).

De plus près, on voit bien que c'est pas un truc fabriqué par l'homme...

 

Qu'est ce donc?

Alors, moi je dis (et je suis près à accepter la confrontation) que c'est un autel sacrificiel destiné à je ne sais quel culte païen.

L'endroit est étrange. Une plate-forme circulaire de basalte au milieu d'un cercle de sable. Au centre cet étrange  pic de plusieurs de mètres de haut.

 

Comment ça marche? Les ethno-anthropologues ne sont pas d'accord. il faudrait faire des expériences confirmatoires mais on ne trouve pas beaucoup de volontaires... Les couards.

Alors, en fait, il s'agit là d'un point de convergence cosmique dans l'imaginaire fertile du troll qui a l'esprit beaucoup moins épais que l'on veut bien le faire croire.

Pourquoi les trolls? ? N'oublions pas que nous sommes sous le Trolladyngja, la montagne des trolls (-ley-bus).

 

Donc, le troll ramasse un pauvre couillon qui se promène dans le désert (qui se promène est un bien grand mot, croyez moi). Il le met dans son panier. Quand il en a trois, il s'en va au marché (euh, non à l'autel) pour sacrifier au rite.

La partie se déroule en triplettes. Deux équipes de trois trolls, chacun avec trois galiboys dans son panier.

Ils se mettent à la lisière du cercle et jettent à tour de rôle un bonhomme en essayant de l'empaler sur le pieu. L'équipe qui en a le plus à la fin se voit bénie des dieux. Les autres doivent aller se transformer en rochers à Vik ou à la-Seyne-sur-Mer et passer pour des andouilles aux yeux des touristes.

 

J'essaie de faire tomber le pic pour que plus jamais ça et que personne ne soit plus victime du sacrifice. Notez l'extraordinaire force de mon bras droit.

P1050229 [Résolution de l'écran]

 Mais vite, fuyons tant qu'il fait jour, avant qu'ils ne sortent du bois...(le plus proche doit être à Myvatn, j'ai du temps devant moi)

P1050231 [Résolution de l'écran]

Retour sur la ligne droite... Trolladyngja toujours...

P1050233 [Résolution de l'écran]

Si ça, c'est pas de la lave cordée, faut m'expliquer...

P1050235 [Résolution de l'écran]

Notez le sommet tout au fond de l'entonnoir. C'est Valafell, la porte d'entrée de Vonarskarð. C'est là que j'espère bivouaquer demain soir.

P1050236 [Résolution de l'écran]

En attendant, il reste encore quelques parsecs à parcourir.

P1050239 [Résolution de l'écran]

Mira, mira, mira...

Le truc qui brille au fond... c'est, c'est, c'est l'hymen... c'est de l'eau...

P1050240 [Résolution de l'écran]

Enfin...Je peux déjà finir les quelques maigres réserves qui me restaient.

Comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, c'est aussi la fin du champ de lave cordée. Il m'aura fallu pas loin de 16 heures pour le traverser. Je n'en avais jamais vu d'aussi large.

P1050241 [Résolution de l'écran]

Que c'est bon de marcher dans le sable.

P1050243 [Résolution de l'écran]

Je retombe sur la f910. Juste en dessous la source...

P1050246 [Résolution de l'écran]

P1050249 [Résolution de l'écran]Je bois jusqu'à au-delà de plus soif et ne remplis qu'un demi litre de ma gourde. Désormais, j'aurais de l'eau à intervalles réguliers.

il est un peu tôt pour s'arrêter. Il me faut avancer encore de quelques kilomètres. j'ai repéré depuis longtemps une autre source de ce type un peu plus à l'ouest.

Soit je reprends la route, soit je me retape un nouveau champ de lave. Le champ de lave a l'air assez ensablé pour ne pas être compliqué et je déteste toujours l'idée de marcher sur les pistes. La question ne se pose pas.

Ahhh, ça fait du bien un peu de vert...

 

Ca va pas durer.J'ai quand même mis Trolladyngja à bonne distance.

P1050251 [Résolution de l'écran]

Ce type de champ de lave est beaucoup plus simple à traverser mais beaucoup plus abrasif pour les chaussures.

P1050255 [Résolution de l'écran]

Vous savez quoi? il est temps d'arriver. Surtout qu'il y'a un petit grain qui va pas tarder à me tomber sur le coin du nez.

P1050257 [Résolution de l'écran]

La fameuse source repérée sur la carte. Plus beaucoup à marcher.

P1050258 [Résolution de l'écran]

Mais sous un petit crachin des familles...

P1050259 [Résolution de l'écran]

L'endroit n'est pas des plus sympathiques mais je m'en accomoderai fort. Eau à volonté.

P1050260 [Résolution de l'écran]

Dressage de la tente sous la pluie... Elle ne cesse pas de la nuit, même pour la traditionnelle sortie de 22h00.

P1050265 [Résolution de l'écran]

 

La carte...

carte

Publié dans islande

Commenter cet article

Jouge 31/08/2010 16:23


David, ton cooorps !!!
... pardon...
Ca manque sévèrement de couleur dans le coin, entre la lave et la cendre ! Mais finalement j'aime bien ce côté monochrome.
Je vois que tu as échangé ta Vaude contre une North Face monoparoie. Détrompe-moi : avec un gros nounours comme toi ça devait condenser à mort là-dessous non ?
Sinon tu disais ne plus être très sûr de publier tes treks sur la toile. Pourquoi en fait ?
Salut et bravo à toi !


bigfoot 01/09/2010 11:59



on en reparle une fois que tu t'es coltiné ces paysages pendant une semaine.


 


la vaude a laché définitivement en Corse l'hiver dernier. l'an dernier en islande, j'ai essuyé de sévères coups de vents à plus de 100 km/h assez régulièrement. elle a vraiment pas aimé (moi non
plus).


c'est pour ça que je suis parti sur une tente très résistante au vent. sauf que j'ai pas eu de vent. au début, j'étais vraiment pas content de la condensation. un peu ça va, mais faut pas
pousser. finalement, il faut apprendre à gérer la ventilationet ça se passe bien.


j'ai passé des nuits sous forte pluie mais avec un peu de courant d'air où j'ai fini parfaitement au sec et au contraire des nuits sèches sous la pétole la plus totale où j'ai eu pas mal d'eau.


bref c'est pas la meilleure des tentes. elle sera idéale sous mistral dans les calanques. il ui faut du vent...


d'ailleurs, j'ai fonctionné contre toute logique habituelle. je préférais me mettre sous le vent plutot qu'à l'abri. Super solide et pas de bruit à l'intérieur.


 


pour mon blog, c'est juste que je me suis aperçu à un moment que mes choix étaient dictés par ce que j'allais écrire dans le blog. il ne me servait plus à raconter mes aventures mais il était
acteur de mes décisions. c'est un fonctionnement anormal. c'est pour ça que j'ai envisagé de prendre un peu de recul par rapport à l'écriture.