29/07: Odaðahraun (part 1: Askja - Trolladyngja)

Publié le par bigfoot

La nuit, il y'a deux heures à retenir pour bien appréhender dans la dramatique de mes futurs articles (dans très longtemps): 22h00 et 02h00.

 

A chacune de ces heures fatidiques, une grosse envie de pipi.

A 22h00, à peine t'es bien au chaud dans ton duvet et t'es obligé de sortir. Tu sais que tu tiendras pas la nuit.

2h00, c'est la conséquence du demi-litre de thé que j'ingurgite de force pour bien m'hydrater et éviter des problèmes divers et variés.

 

Donc 22h00, RAS... je me pèle juste en râlant que je serais mieux dans le duvet.

2h00, c'est pas mal. Ca vaut le coup de s'extraire du sac. 5°C, c'est pas chaud, je traine pas mais assez pour une petite photo. Y'a pas grand monde non plus qui a dû profiter de ce spectacle sur Oskjuvatn.

P1050133 [Résolution de l'écran]

Réveil pas très tôt quand j'ouvre les yeux alors que j'ai une énorme journée qui m'attend.

La cheville ne va pas très fort, mais je pense que ça devrait le faire. Je dois juste faire attention à ne pas trop la solliciter.

Le plein de flotte dans toutes les gourdasses pour affronter l'Odaðahraun, soit 4 litres. Je suis sûr de ne pas avoir d'eau sur mon chemin pour les deux prochains jours.

Mon sac à dos pèse maintenant pas loin de 35kg. Olivier, je te jure que je fais pourtant des efforts immenses pour MULiser mon équipement. Olivier qui traverse l'Islande d'est en ouest en 15 jours en autonomie totale avec un sac de 18kg (hors flotte et fringues portées).

Donc moi, si j'enlève, mon radeau et la flotte et mes vêtements, je suis à... euh... 22kg... pour 12 jours d'autonomie. c'est correct, je trouve.

 

C'est parti avec mon sac de ciment sur le dos.

Aperçu de Þorvaldstindur... lui, il méritera une visite approfondie un de ces jours.

P1050134 [Résolution de l'écran]

Je pense qu'une virée très ciblée de trois-quatre jours pour découvrir les vallons au sud du cratère doit être des plus judicieuses.

 

Montée vers le redouté Suðurskarð.

Magnifique vue sur la caldeira (en panoramique en plus)

P1050136 [Résolution de l'écran]

Côté cratère, c'est super simple, pas trop raide et le passage évident, la neige pour soulager la marche dans la caillasse

P1050145 [Résolution de l'écran]

Le col, un long couloir pas très joli (j'ai foiré les photos là,problème de contraste) qui me rappelle un peu Jonsskarð de l'autre côté quand on viens de Dyngjufell.

De l'autre côté, c'est très raviné et ces fonds de ravins encombrés de glace vive, heureusement couverte de boue ou de sable.

Pas super évident mais pas non plus dangereux, juste pénible une petite heure, le temsp d'arriver sur un plateau dominant le mythique gué de la gaesavotnleið.

Ce gué, praticable en principe le matin se couvre d'eau sur des km de large l'après midi lors de la fonte de la glace du Vatnajökull. C'est extrêmement impressionnant. J'y étais passé en 2008 sous une tempête démente. C'est quelque chose. Quelques photos ...

Aujourd'hui, pas encore 10 heures du matin et la plaine est déjà recouverte d'eau.

P1050148 [Résolution de l'écran]

Bigfoot is back...

Þorvaldstindur est retourné dans le brouillard. Quelle chance j'ai eue.

P1050152 [Résolution de l'écran]

Après le sable, premier vrai champ de lave, encore bien ensablé. Au fond le géométriquement parfait Trolladyngja (m... l'article de wikipédia est pourri, pour une fois que je voulais inclure un peu de culture) que j'espère ajouter à ma collec de sommets (voir tous mes articles...) ce soir. Le Fuju-Yama écrasé de mes rêves.

P1050157 [Résolution de l'écran]

Quelques cratères pour briser la monotonie.

P1050159 [Résolution de l'écran]

Bon, le Trolladyngja faisait partie de mes rêves. Là, il commence à tourner cauchemar, tel un décor de théatre accroché tout au fond de la scène. Jamais il ne s'approche.

 

Pourquoi j'ai choisi cet itinéraire au fait? Au départ d'Askja vers le sud. Je savais que j'aurais droit à ce type de paysage. Parce que j'avais frissonné dans l'ambiance désert en 2008. J'ai envie de me confronter de nouveau à celle ci. Il faut absolument que mentalement je rentre dans le truc sinon, ça va être l'enfer pendant plusieurs jours.

 

Ce que je dois préciser, c'est que je m'interdis de marcher au maximum sur les routes et pistes. Tout devra se faire dans les champs de lave.

 

Kverkfjoll au loin...

 

P1050161 [Résolution de l'écran]

Il est nul mon article... mais bon, y'a pas grand chose à raconter...

 

Ahhh, il s'approche mon Trolladyngja...tu parles...heureusement que je marche dans le sable et qu'il y'a quelques cratères sympas de temps en temps qui égayent mon chemin.

P1050166 [Résolution de l'écran]

Vent de sable en bas dans la plaine où ils doivent pas rigoler, les gusses qui se le prennent dans le nez.

C'est drôle, pour moi, rien, pas de vent. Je me suis même demandé longtemps s'il s'agissait bien de sable.

P1050167 [Résolution de l'écran]

S'il se rapproche, c'est que je zoome... Croyez moi, il recule au fur et à mesure que j'avance.

P1050168 [Résolution de l'écran]

Regardons un petit coup à gauche. Bon, Kverfjoll recule pas non plus. Je dois faire du sur place...

P1050169 [Résolution de l'écran]

Une petite plaine infinie à traverser... Qu'est ce que c'est pour un type comme moi?

C'est dans ces moments là qu'on s'interroge sur l'utilité de trimballer un porte-avion dans son sac à dos.

P1050170 [Résolution de l'écran]

Petite pause avec Kistufell en fond... Ah...souvenirs souvenirs... Sauf qu'il était pas question de tee shirts ces jours là.P1050177 [Résolution de l'écran]

Vous voyez, quand je dézoome, Trolladyngja retourne à sa vraie place au fond de l'univers. Marrant cette impression qu'il donne d'aspirer tous les nuages. Bon, en tout cas, il m'aspire pas moi. J'ai au contraire l'impression que chaque pas vers lui est plus difficile, ce qui est normal me direz vous puisqu'au fur et à mesure, la pente va s'accentuer.

Curiosité amusante là (c'est limite dans le coin niveau divertissements), l'apparition de gros cailloux ocres dans ce décor de gris et de noir.

P1050182 [Résolution de l'écran]

Bon, pas très curieux, ils viennent de cette pyramide. C'est fou ce qu'on peut faire dire à une photo en fonction de la prise de vue.

Par exemple, ce que je vous montre pas, c'est qu'à ma droite, y'a un bistrot avec du coca à volonté. J'ai envie de coca depuis que je suis descendu du bus. L'an dernier, c'est d'ail que je rêvais. L'esprit a des cheminements vraiment étranges.P1050183 [Résolution de l'écran]

Intersection avec la f910nord. Un instant quand même je me dis que ça fairait souffler ma cheville de marcher sur une piste un peu damée. Au bout de quelques heures, ça commence vraiment à me tirer fort. Mais bon, c'est vraiment démoralisant de marcher sur un rail. P1050187 [Résolution de l'écran]

Pourquoi le coca? à mon avis, parce que j'ai mis de la flotte dans une bouteille de coca.

Heureusement que j'ai pas pris une bouteille de gnole. Je vous dis pas la cuite en rentrant.

35kg, p'tain... faut vraiment être taré... Y' intérêt qu'ait personne qui me le dise (qu moi qui ait le droit).

 

Non, pas la route, c'est beaucoup plus marrant par là maintenant que la pluie arrive.

P1050188 [Résolution de l'écran]

Et hop, trois minutes après...

ahhhhhh, Islande....

P1050189 [Résolution de l'écran]

C'est pas pour autant que l'herbe pousse.

Depuis que j'ai basculé au sud d'Askja, absolument rien, pas un brin d'herbe ou une mousse. Parfois dans certains champs de lave des lichens, mais rien de plus. Sans doute un volcanisme trop récent pour que la région ait été colonisée par des plantes évoluées.

En train de me faire ces réflexions que bing... première fleur.

Je la prends en photo comme si c'était un évènement exceptionnel.

P1050190 [Résolution de l'écran]

A partir de maintenant que je suis vraiment proche de trolladyngja, je vais être accompagné de ces fleurs tout le temps, plus quelques mousses de ci de là.

A quoi, c'est dû? plus d'eau avec les nuages qui percent sur le volcan? un type de lave différent? c'est vrai que j'attaque maintenant des coulées de lave cordées, les premières que je vois depuis mon départ d'Askja.

P1050195 [Résolution de l'écran]

Ce sont mes préférées.

P1050198 [Résolution de l'écran]

Bon, Trolladyngja n'approche toujours pas des masses.

Le problème de ces coulées, c'est que l'on se tue dedans physiquement.

Jamais plat. 1 mètre de déniv, c'est pas beaucoup mais 100*1 mètre de déniv, ça fait 1000 mètres (je vous jure que je me suis pas trompé dans ma multiplication, c'est VanDamme mon prof).

A ça la difficulté du terrain pour ma cheville qui commence à me faire vraiment très mal.

Pourvu que le terrain change rapidement et laisse de nouveau place à des champs ensablés.

P1050199 [Résolution de l'écran]

Y'avait pas une piste, deux heures plus tôt ou c'était un mirage? pfffffffff....

Rare instant dans ce souk de presque plat reposant.

Pour avancer on est obligé, comme sur un glacier avec des crevasses de marcher entre les coulées importantes. J'estime à 150 mètres de marche réelle pour progresser de 100 en linéaire.

P1050201 [Résolution de l'écran]

Pas loin de 20 heures. J'ai démarré à 9h00. 11 heures de marche. Je suis au bout du rouleau. C'est curieux comme la volonté cède tout à coup devant la fatigue.

Instantanément, les jambes mais surtout les épaules ne fonctionnent plus. il est alors l'heure de s'arrêter.

Trolladyngja a vaincu. J'en suis trop loin pour tenter d'y monter ce soir sans équipement. Je suis de toute façon HS total. Je n'ai même pas réussi à le dépasser. C'est mort même pour demain. il me faut remettre le match à une expédition future et je susi pas sûr d'avoir envie d'y remettre les pieds dans ce quartier. A moins de me faire amener en bagnole au plus près pour réaliser l'ascension en uen seule journée.

Ou alors le faire en hivernal.

P1050204 [Résolution de l'écran]

Bivouac dans le sable au mileiu de dizaines de km2 de laves. Je n'ose imaginer le cataclysme qu'il y'a pu y avoir en ces lieux lors de l'éruption du Trolladyngja. J'ai marché 25 km dans un flot ininterrompu de coulées de lave et je n'ai encore parcouru qu'un versant du volcan.

C'est un décor incroyable... pas forcément beau, plutôt hostile mais vraiment saisissant quand on y pense.

 

Je n'y pense pas longtemps.

A peine fini de manger mes spaghettis milanese, il se met à pleuvoir.

Parfait pour un bon dodo que le bercement des gouttes sur la toile de tente.

22h00 et 02h00: les deux traditionnelles sorties. Aucun intérêt.

 

 

La carte

c'est la dernière fois que je le fais promis... les plus courtes sont les meilleures...(ah, tiens donc, c'est rassurant).

Oui bon, je peux le faire grivois après une journée aussi difficile moralement.

carte 29-7

Publié dans islande

Commenter cet article

rachel 01/09/2010 12:24


pffffffffffff l'autre ahahah ;) :P


rachel 01/09/2010 11:55


c qui "certaine" ??? :D


bigfoot 01/09/2010 12:03



ah!!! commence pas à faire ta susceptible



rachel 31/08/2010 09:02


Ah ben dis donc!!! Qu'est ce qu'il se plaint le gari!!! Un truc de dingue!!!J'ai mal ici, j'ai mal là...Et c trop lourd...pire qu'un gosse!!! T pret pour les vacances à St Trop ;) :P.
Jplaisanteeeeeeee hein ;).
Biz bizzzzzzzzzzz


bigfoot 01/09/2010 11:46



je suis beaucoup moins susceptible que certaine, hein


et t'as pas fini de m'entendre me plaindre... la complainte de caliméro