28/11: Calacuccia - refuge de Tighiettu

Publié le par bigfoot

Vous l'aurez compris, le quartier, j'en ai déjà marre.

Départ vers 8h00 du matin. Je matérialise enfin un visage sur la voix sympathique de l'interphone de hier soir. Ma foi, l'accueil est beaucoup plus avenant que hier soir. Je crois que je commence à comprendre l'accueil en Corse. Ils sont sympas quand tu te casses, pas avant.

Marcher de nouveau sur la route jusqu'à Albertacce (au moins il fait jour). Autant j'aime marcher sur les chemins, autant marcher au bord d'une route avec des voitures qui vont trop vite par rapport à son propre rythme est une purge totale. On est totalement hors sujet à ces moments là, sans parler du regard que l'on offre aux autres. On se sent marginal, intrus dans cette société du tout vite, tout routier.
Heureusement en Corse, ce sentiment est moindre grâce aux cochons et aux vaches qui vous accompagnent le long de la route et qui vont jusqu'à manger dans les pelouses des maisons de village.
P1030628 [Résolution de l'écran]Enfin, à la sortie d'Albertacce, je prends enfin le mare a mare et son jalonnement orange.
Pas en forme du tout après cette nuit atroce. J'ai froid et pourtant je transpire comme rarement. Ca sent la crève, un pareil état.
Du mal à rentrer dans la journée.
Premier aperçu des cinque fratri et de la Paglia Orba.
P1030629 [Résolution de l'écran]Et surtout premier moment d'émotion et de plaisir en arrivant au pont de Muricciolu, magnifique vestige du passé. Qu'est ce que j'aime ces traces des époques passées...
P1030633 [Résolution de l'écran]P1030639 [Résolution de l'écran]Comme d'hab, ça monte ou ça descend. Le mot "plat" en Corse ne désigne que le récipient dans lequel on pose la nourriture, en aucun cas il n'a d'autre sens.
Je pense à ça que bien sûr je rentre dans une zone totalement plate comme la Beauce. Bon, à la place du blé, j'ai affaire à un reboisement de sapins. Aucune vue, aucun rayon de soleil qui passe à travers les branches. Je me caille sévère et le ventre est toujours à l'envers.
Je quitte le Mare a mare pour prendre un sentier qui descend vers le torrent du viru au milieu d'une magnifique chataigneraie (c'est déjà esthétiquement mieux). Problème de ce sentier, c'est qu'une fois le torrent franchi, il repart en arrière pour aller à Calasima et aujourd'hui, il faut que je fonctionne à l'économie des pas. Il est hors de question de faire des détours fantaisistes. Donc tout droit vers le nord ouest où je sais de toute façon que je retomberai sur la piste qui monte vers le GR20.
Evidemment, on est en Corse et tout pas hors sentier se paye toujours de sa personne. Mais ce n'est pas grave, je préfère me griffer plutôt que de marcher davantage. Je dois ressembler à un hérisson après ma petite demi-heure de débroussaillage. J'ai les bras en sang mais bon, j'ai économisé deux bon km de marche.
Un jour, à force de marcher dans les kékés, je tomberai sur un cadavre, j'en suis sûr.
Il y'a quelques années à Escragnolles, je marchais dans le lit d'un torrent sous une falaise dans un tas de feuille et de ronces énorme. J'essayais de remonter dans les éboulis et je glissais sans cesse sur des cailloux fins et blancs. En fait, au bout d'un moment, je me suis aperçu que je remontais sur un tas d'ossement de moutons, sans doute un troupeau qui avait fait le grand saut quelques années auparavant. Super agréable.
Revenons à nos moutons corses, qui pour le coup sont plutôt des chèvres. Forcément un con de chien de berger qui essaie de m'empêcher d'avancer.
P1030644 [Résolution de l'écran]Ca va pas, mais alors pas du tout, vivement que je dorme. La piste qui remonte aux bergeries de Ballone me parait interminable.
Pourtant, j'ai des aperçus sympas du Cinto (cinteau sur le continent).
P1030641 [Résolution de l'écran]J'abuse vraiment trop du mot "sympa" mais c'est pas de ma faute si j'ai des vues sympa et que je suis de bonne humeur.
Quand la piste prend la direction nord, le paysage prend enfin une autre dimension. Bon, la pente aussi...
A droite les Cinque Fratri
P1030645 [Résolution de l'écran]A gauche la Paglia Orba.
P1030647 [Résolution de l'écran]Besoin d'une très grosse sieste en début d'après midi et d'un bon remontant à avaler (dans mon cas, c'est les haribo les plus chimiques possibles). Chemin très caillouteux, j'avais perdu l'habitude de sentier aussi désagréable à marcher, à moins que ce soit simplement la fatigue, d'autant plus que c'est vrai que j'ai rechargé le sac de 5 jours de nourriture supplémentaire hier soir.
Sur un gros caillou, je fais donc le lézard une petite heure puis c'est reparti vers de nouvelles aventures. Pour ceux qui marcheront après moi et qui seront aussi destroy que moi, un petit point de repère pour les encourager. Quand vous voyez la Lada verte dans la clairière, il vous en reste plus que pour 15 minutes de marche avant d'arriver aux bergeries de Ballonne. C'est vraiment désagréable de retrouver dans des lieux aussi beaux des traces de notre négligeance écologique. Enfin... C'est la life, soyons fatalistes. Dans 1000 ans, y'aura plus de trace de la carcasse, il restera juste le verre et les pneus. Soyons patients.

Au dessus des bergeries, c'est très beau. La ligne de crête qui part de la Paglia jusqu'au cirque de la solitude est vraiment extraordinaire.
Coté Cinto, c'est pas mal non plus en regardant Punta Crucetta.
La bergerie par contre n'a rien d'extraordinaire. Quelques bâtiments en sapinettes rajoutés autour des originels en pierre. Pas mal de plastiques de ci de là. Tables, chaises, balançoires... L'endroit en l'absence de ses boss n'a pas d'âme. C'est triste et démoralisant. Vraiment pas envie de rester là. Ca tombe bien, ce n'est pas l'objectif du jour.
P1030649 [Résolution de l'écran]P1030657 [Résolution de l'écran]Juste au-dessus des bergeries, après les vaches (la noire puis la marron qui porte une cloche), un mouvement attire mon regard.
Ouahhh, un mouflon. Vite l'appareil...P1030660 [Résolution de l'écran]Ah ben zut, on y voit que les cornes.
Moi vous me connaissez, je peux pas laisser passer l'occase. Je jette tout par terre et cours derrière la bête pour enfin la coincer dans mon objectif.
deux heures de traque, 1300 mètres de montée, le franchissement de 4 vallons et de 2 falaises, j'ai enfin le cliché.
P1030662 [Résolution de l'écran]Euh... non je me suis assis et j'ai attendu qu'il ressorte de la forêt sur l'autre rive. En plus, il a amené avec lui ses copains.

Je vois maintenat le refuge de Tighiettu, accroché spectaculairement à la montagne.
P1030669 [Résolution de l'écran]Cette partie de la montée plus la zone du refuge sont absolument somptueuses. Minérale, d'immenses dalles verdâtres, des pics déchiquetés, des abrupts infinis. J'adore cette place.
Le refuge, c'est le top vraiment aussi. Construit sur pilotis, il ressemble à une soucoupe volante. Dessous, ils ont entreposé du bois pour se chauffer jusqu'au jugement dernier (du chêne qui a été héliporté).
Outside...
P1030672 [Résolution de l'écran]Inside... (avez vous noté mes progrès en anglais?)
P1030673 [Résolution de l'écran]
Prise de température. 0°c dehors, 7°C à l'intérieur. Le poêle va ronfler ce soir, je vous le jure.
Trouver de l'eau dans une source à 200 mètres de là. Plusieurs aller-retours pour avoir assez d'eau ce soir et demain matin en essayant de pas se casser la gueule (style jeu d'interville où il faut ramener sa casserole sans renverser l'eau, sauf que je pourrai pas poser de réclamation si je perds).
La source est derrière les sapins.
P1030678 [Résolution de l'écran]17h00, il fait nuit ou presque. Je suis tout seul. Lumière allumée (merci les panneaux solaires, j'aime bien payer des impots pour les collectivités locales parfois), poêle à bloc.
Température maintenant: 13°C.
My name is Vulcain.
Une bonne bière pour me récompenser de la difficulté de la montée du jour. Evidemment, je m'endors sur le banc contre le poêle.
Un grand bruit me réveille. Il fait nuit noire. Je te vois pas deux gus qui rentrent dans le refuge. Ils sont montés au jugé la dernière heure en se repérant juste à la lumière que j'avais laissée allumée. Me voici devenu gardien de phare aussi. C'était d'ailleurs la réflexion que je me faisais quand la nuit tombait. On doit voir la lumière de très loin dans la vallée. Les gens d'en bas se demandent t'ils quels sont les olibrius qui glandouillent à 1800 mètres d'altitude un 28 novembre?
C'est un couple d'allemands qui fait son apparition (ce sont toujours des allemands que je rencontre au moment les plus improbables de toute façon, comme à Dyngjufell en 2007). Ils sont rigolos aussi bien par leur apparence que par leur façon d'être.

Tatiana, t'as pas le droit de lire les trois prochaines lignes... Adam et Hugo, vous non plus jusqu'à ce que vous compreniez vous même par l'expérience les difficultés que peut éprouver un homme seul.
Elle, comme elle a transpiré, nature, elle se fout à poil devant moi pour mettre des vêtements secs. Bon, en Allemagne, ils ont Claudia Schiffer, mais hélas pas que, aussi, il me monte même pas un frémissement glandulaire malgré mes huit derniers jours d'ermitage en détresse sexuelle .
... Tatiana, tu peux reprendre la lecture... (heureusement que je mets des avertissements dans mon texte)

Lui, il est tout petit. Trappu avec une barbichette à la Tournesol qui lui descend jusqu'au nombril. Il a fait plein de noeuds dans sa barbe (pour se souvenir de quelque chose?).
Son sac, c'est la poche du génie de la lampe. Fais un souhait, il te le sort du sac. Un truc de dingue. Ils ont à bouffer pour des jours et des jours, des chandelles d'un mètre de long et aussi une hache.
Avec son look de nain de Blanche Neige, la hache lui sied à ravir.
On discute et mange ensemble jusqu'à 22h00. Je suis trop fatigué pour rester debout plus longtemps.
Demain grosse journée avec le cirque de la solitude et plus si affinités sans parler du fait que je veux rallier absolument le refuge de Ciutullu. Ils annoncent gros mauvais temps à partir de demain soir et je dois franchir le col de Foggiale avant qu'il ne soit interdit par la neige. Je ne me sentirais pas de devoir redescendre à Albertacce.
Eux veulent monter au Cinto et redescendre dormir au refuge. Programme pas dégueu non plus.
calacuccia-tighiettu--Resolution-de-l-ecran-.jpg



Publié dans corse

Commenter cet article