27/07: Hrafntinnusker (part 2/ la caldeira)

Publié le par bigfoot

Me voici donc sorti de la Ljosa.

La fortune a voulu que je me retrouve à proximité de la zone ultra active de la caldeira de Hrafntinnusker.

Pour tout vous dire, j'avais prévu d'y faire une visite demain après haskerðingur mais maintenant que j'y suis devant, ce serait ballot de ne pas en profiter.

Force à l'improvisation et à l'adaptation aux circonstances. Haskerðingur, ben, on verra plus tard. C'est la montagne tout à droite et le chemin n'est pas riant du tout pour s'y rendre.

P1120632 [Résolution de l'écran]

Je suis plutôt crevé et j'ai plus trop envie, faut dire d'entreprendre de nouvelle ascension today.

En zoom sur la montagne, on voit bien en lacets le chemin normal d'accèset tout au fond droite Skerinef au pied duquel j'ai dû renoncer hier sur le versant opposé.

Le laugavegur passe à mon avis juste au-dessus du névé horizontal. Boaf... le "troupeau" est pas loin, raison de plus pour partir de l'autre côté.

P1120634 [Résolution de l'écran]

Surtout que plus je m'éloigne, plus ça fume.

Depuis la sortie du canyon, le paysage est devenu lugubre, vierge de toute végétation. Le vent hurle dans mes oreilles.

P1120639 [Résolution de l'écran]

Vraiment pas hospitalier le quartier.

Si je ne m'abuse, des échappées vers l'ouest m'offrent une vue sympatique de l'Hekla.

Les spermatozoïdes sur la carte (représentation des sources chaudes) me laissaient présager d'une activité exceptionnelle mais je ne m'imaginais pas tant de fumées, d'autant plus que le vent du nord les fait virevolter dans une danse folle quasi à l'horizontale.

Et l'odeur de soufre de plus en plus prégnante. En bas dans les gorges, je me suis régalé, mais je crois que ça va donner ici aussi dans le surnaturel.

P1120641 [Résolution de l'écran]

Premières manifestations imposantes de l'année (encore que pas tout à fait vrai, j'étais au sommet de l'Etna au mois de mai et là, le sommet de l'Etna... c'est pas pour les enfants et les gens au coeur fragile, brrr...)

P1120649 [Résolution de l'écran]

Le ravin perpendiculaire échappatoire de la Ljosa est fastidieux, pas très agréable avec quelques névés tout pourris à traverser mais on finit toujours par en sortir et me voici donc sur un plateau dominant ma fameuse fumée du matin.

Je n'ai plus qu'à y descendre tranquilou...

P1120650 [Résolution de l'écran]

Pour en finir avac l'article précedent relatant la première partie de la journée, une dernière photo montrant bien ma sortie de la Ljosa.

Au fond tout en bas, la petite pointe bleue contournée par dessous vers les ocres puis la montée entre le pignon rocheux et le névé horizontal.

Ensuite le plateau et la petite marche sans trop d'intérêt en dehors des quelques fumerolles croisées.

P1120653 [Résolution de l'écran]

Mais à partir de maintenant, on va de nouveau changer de dimension...

J'ai le regard tourné vers cette monstrueuse fumée. J'ai hâte d'y être mais en même temps je veux profiter de mon arrivée par-dessus, dominante avec l'Hekla en toile de fond.

Un peu en état second, je flotte, tout juste bercé par les rafales de vent qui me bousculent sans ménagement sur cette crête sans abri...

... Quand arrivé à quelques mètres du but, un hélicoptère à la con qui, déjà au bruit me fait remonter les souvenirs douloureux de mon évacuation en 2010, mais surtout pollue considérablement ma vision et encore plus me sors de mes rêveries... et qui atterit exactement au moment où j'arrive...

P1120654 [Résolution de l'écran]

Ah quand on casse ton jouet... pfff, ils sortent avec le sourire les gugusses, un père et son fils (je crois) parfaitement américains avec stetson et bottes en croco.

Pas désagréables (contrairement à moi sans doute) au demeurant mais c'est pas possible d'être pôtes...

Ma première question: "when do you leave the place?". Putain, depuis Alftavatn, j'ai vu personne, je croyais arriver tout seul comme un dieu sur cette place d'anthologie et me voici au coeur d'un téléportage de touristes.

 

Ma deuxième question au pilote ce coup ci après avoir été rassuré du fait qu'ils ne restent que 15 minutes: Combien ça coûte ta connerie?

Comme il parle super pas bien anglais et que moi guère presque pas mieux, on se mélange les hundred et les thousand mais on comprend qu'y a beaucoup de zéros dans le prix en couronnes.

Le temps qu'ils prennent deux trois photos de la fumée dingo, je pars explorer les sources secondaires à 100 mètres de là...

Sources qui ne sont secondaires que parce qu'y a un truc de malade à côté... Elles sont ma foi déjà d'un fort beau gabarit.

P1120655 [Résolution de l'écran]

Exceptionnel, ce site est dément, un peu à l'écart du laugavegur. Et de repenser aux gens qui restent sur les sentiers, qui traversent sans avoir à coeur de dévier vers l'inconnu.

Moins d'une heure du sentier, et la solitude totale (hors hurluberlus aéroportés) sur un des spots les plus fascinants que je connaisse.

Fume, fume, fume!!! glougloutte à qui mieux mieux!!!

P1120663 [Résolution de l'écran]

Maintenant qu'ils ont laissé place nette, à moi la place, style j'ai mon ticket de la poissonnerie à Carrefour lingostières.
Je poste la photo avec mon sac à dos devant pour donner une idée du volume de vapeur crachée.
P1120664 [Résolution de l'écran]

Mais au-delà de la fumée, c'est le bruit qui est le plus impressionnant, le bruit d'un réacteur d'avion.

Combiné au vent, c'est à devenir sourdingue. On peut avancer un tout petit peu dans le nuage de vapeur qui se condense en fait lors de sa détente à la sortie du trou dans l'atmosphère.

Il n'y a pour ainsi dire plus de pression et les gouttelettes d'eau s'accumulent sur les vêtements. Ce n'est d'ailleurs pas très agréable, un peu suffocant comme l'ambiance d'un sauna et le contraste chaud froid est plutôt déplaisant.

NB: faisez pas les andouilles si vous avez pas l'habitude dans le nuage de vapeur (pour ma part, je suis confronté à ce type d'atmosphère assez souvent dans mon boulot, d'où le fait que je me sois authorisé ce petit écart).

En revisionnant photos et vidéos, je suis assez peu satisfait du rendu et notamment par rapport au bruit.

Bon, c'est comme ça... Plus qu'à y revenir.

Mais prenons un peu de hauteur sur un promontoire juste au-dessus.

Même sans le vent, c'est à tomber à la renverse, tout y'est absolument tout.

Mon voyage est résumé en une vidéo (et d'autres aussi).

Tindfjallajökull, la vallée de la Markarfljot, le lac d'Alftavatn, La Ljosa sous mes pieds, Hrafntinnusker et tout au fond Þorsmörk pour dans quelques jours.

Seul le Torfajökull et Landmannalaugar sont planqués derrière mais c'est normal puisque sur l'autre versant de la montagne.

Quelques photos du site dans le désordre avant de repartir...

P1120665 [Résolution de l'écran]

P1120668 [Résolution de l'écran]

Quand je vous dis qu'il y'a un vent de taré...

P1120669 [Résolution de l'écran]

P1120673 [Résolution de l'écran]

 

Haskerðingur est définitivement oublié. Mon regard tourné vers le bas et les dizaines de fumées qui sortent de terre. A partir du point où je suis, toutes les pentes vont dans le même sens pour finir au pied de Hrafntinnuhraun.

Je n'ai plus besoin de la carte. Il me suffit d'aller en visuel d'un point à l'autre suivant mes envies. En ratissant large de droite à gauche et en restant de niveau avant de descendre au palier suivant, je dois pouvoir couvrir toutes les sources chaudes de la vallée sans trop de difficultés.

En avant donc, et de une...

P1120674 [Résolution de l'écran]

Alors je vais pas les énumérer, surtout parce que je ne saurai plus les placer sur la carte. Je ne me souviens que de l'ordre chronologique grâce à mon appareil photo.

Mais il y'en a tout le temps, des grosses, des petites, des qui fument, des qui crachent, des qui bouillonnent, des qui sont cerclées d'un champ de mousse, d'autres de terre rouge ou de silice...

Bref, y'en a pour tous les goûts.

Autant le dire de suite, je n'ai trouvé aucun spot baignable comme ce fut la cas à Vonarskarð. Je ne suis même pas sûr qu'il en existe un ici.

Pourtant j'ai cherché, plongé mes mains dans l'eau sous chaque spot important, mais non, rien.

 

Alors quoi raconter de cette descente?

Magique, oui, fabuleuse, très belle, très variée, en pente douce si on le veut bien. on peut aussi se mettre en galère en le cherchant, ce qui pour une fois n'a pas été mon cas.

Les plus beaux spots sont le long de la rivière principale (qui ne porte pas de nom). Il y'en a des secondaires un peu partout. 

Plus on descend, plus les paysages s'adoucissent, verdissent sous les mousses et les pelouses se couvrent dans les plaines de linaigrettes.

Rien d'autre à raconter que le bonheur de la balade en pente douce.

Juste que j'ai vu au contraire de ma sérénité un groupe descendant du glacier qui coiffe le sommet de Hrafntinnusker avec des difficultes certaines.

Ils se sont trompés de direction, trop à l'ouest, trop raide, s'engageants sur des pentes glacées trop raides sans équipement. Je sentais leur stress vu d'en bas, hésitants sur le chemin à prendre, abandonnants une direction, revenants en arrière, partants ailleurs. je voulais leur crier de cesser de tenter le passage, qu'ils couraient au casse-gueule mais j'étais beaucoup trop loin. Je ne suis même pas sûr qu'eux m'aient vu. 

Je ne sais pas comment ils sont sortis de leur escapade.

 

Pour la descente, nous nous contentererons de quelques photos.

Une dernière de tout en haut sur Alftavatn et Þorsmörk...

P1120676 [Résolution de l'écran]

Un petit bout de Torfajökull et les maintenant fameux Haskerðingur et Skerinef qui finalement vont se trouver être le pivot de cette première partie du voyage.

P1120677 [Résolution de l'écran]

Une bouche éteinte...

P1120683 [Résolution de l'écran]

La rivière la plus à droite de la vallée avec quelques obsidiennes...

P1120684 [Résolution de l'écran]

Qui dit eau chaude dit pelouse...

P1120685 [Résolution de l'écran]

Petit à petit, tout le systême conflue, il suffit de rester sur les crêtes moutonnantes et de passer aisément de l'une à l'autre au fur et à mesure des intersections.

P1120688 [Résolution de l'écran]

Vastes pelouses sur les plaines...

P1120689 [Résolution de l'écran]

Je sais plus pourquoi j'ai sélectionné celle là...

P1120693 [Résolution de l'écran]

Celle là, je sais... Une des qui fument beaucoup...

P1120694 [Résolution de l'écran]

Imaginez de l'eau chaude sous ses cascades... Ben non, j'y ai crû pourtant, mais RAS...

P1120697 [Résolution de l'écran]

Maintenant dans le lit principal, confluence de toutes les petites rivières du haut...

P1120700 [Résolution de l'écran]

On le voit mal mais l'eau n'est pas claire. Entre soleil et géothermie, la fonte est importante et on a vraiment affaire à une petite rivière glaciaire à l'eau trouble caractéristique.

P1120702 [Résolution de l'écran]

Couleurs, couleurs...

P1120708 [Résolution de l'écran]

Burp... Burp... glouglou...

P1120709 [Résolution de l'écran]

On commence à apercevoir la coulée de lave de Hrafntinnuhraun. Elle est monstrueuse, peut être 50 mètres de haut.

P1120716 [Résolution de l'écran]

Un peu de vidéo...

J'ai envisagé un petit bivouac ici...

P1120717 [Résolution de l'écran]

Mais ça sentait un peu trop le soufre...

P1120718 [Résolution de l'écran]

On se demande pourquoi...

P1120723 [Résolution de l'écran]

Bah, consolons nous, c'est pas mal en bas non plus au pied de la coulée de lave...

P1120725 [Résolution de l'écran]

Cette pelouse me tend les bras... mais...

P1120726 [Résolution de l'écran]

Mais j'ai pas osé, trop doux, trop tendre, trop beau pour laisser une marque... Et puis, dans la pelouse, les ancrages sont impossibles face à un vent si fort.

 

P1120727 [Résolution de l'écran]

Alors je me suis mis un peu plus loin, davantage à l'abri du vent au pied de Hrafntinnusker.

Mika m'avait conseillé d'y monter dessus, que c'était particulièrement pittoresque.

J'ai pas trop goûté au site. On m'avait dit que le désert était constellé d'obsidiennes. Certes, il y'en a mais je n'ai pas trouvé beaucoup plus que certains autres déserts.

Vous l'aurez compris, ça m'a pas fait rêver. La montée pour atteindre le plateau est très raide en tous points d'accès semble t-il. 

J'ai fait un petit tour dessus puis redescendu par un autre passage où je me suis mis un peu en difficultés dans les mousses. 

P1120729 [Résolution de l'écran]

En effet, les mousses cachent les trous, les aspérités et se décrochent très aisément.

Au delà de la tristesse d'abîmer les lieux, c'est aussi éminemment casse gueule. Et sur des roches aussi abrasives, quand on se vautre, ça fait super mal.

P1120737 [Résolution de l'écran]

Un petit viro pour rentrer à la tente un peu en dehors du centre pour aller dénicher les spots les plus excentrés.

P1120739 [Résolution de l'écran]

Petite solfatare, 300°C environ...

P1120740 [Résolution de l'écran]

Retour parmi les linaigrettes...

P1120742 [Résolution de l'écran]

En effet, le site de mon campement est moins rigolo que celui envisagé plus haut, mais bon au moins je suis à l'abri et bien arrimé.

P1120744 [Résolution de l'écran]

Une dernière source planquée pour terminer cette journée d'anthologie.

P1120745 [Résolution de l'écran]

Pour terminer surtout, j'ai de grosses douleurs à l'estomac en cette fin de journée.

Alors, pourquoi???

J'ai tout plein d'hypothèses plus ou moins angoissantes... 

Des crampes liées au changement de nourriture... Une semaine de lyophilisés et les crampes sont pour moi inévitables.

Ou alors j'ai sniffé trop de soufre, ou bu de l'eau qu'il fallait pas (les eaux chaudes et froides se mélangent trop ici).

Ou alors, c'est la libération du stress accumulé...

 

Bref, quelques heures de lecture puis de sommeil plus tard et tout est rentré dans l'ordre.

Mon dernier soucis, c'est le dessus des pieds, très abimés par ces cons de semelle de mes Sportiva et de sales ampoules sur le dessus des petits orteils.

Mon parcours dans la flotte n'a rien arrangé aujourd'hui.

 

On verra bien demain avec les pansements... 

Publié dans islande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article