26/12: le braque de Weimar rode...

Publié le par bigfoot

Comment passer de Paliri à Weimar en quelques instants?

Pourtant en ce 26 décembre au petit matin, rien n'a changé. Il pleut toujours averse et le vent ne faiblit pas.

J'en profite pour tirer les premiers traits de l'article que j'ai promis au mag Carnets d'Aventures pour leur numéro spécial Islande.

Dans un refuge balloté sous cette déferlante, les souvenirs islandais affluent sans peine, notamment ceux de cet automne dernier.

Oui, faut bien avouer que cette année 2013 aura été cauchemardesque dans la réussite des projets. Aucun d'envergure n'est passé. Mais est ce si grave? L'important est de se confronter à soi-même et de vivre d'intenses moments. Finalement, le but est il plus important que le chemin parcouru pour y mener?

 

Je me rappelle pas mais j'ai dû essayer mille fois de développer cette idée dans de précédents articles et je m'égare. La seule chose qui compte en ce 26 décembre est le braque de Weimar (voire même poney branque de Weimar).

Le programme... Mon bateau quitte Ajaccio demain soir à 19h00. La tempête doit se calmer cette nuit et je devrais profiter d'une journée correcte demain. 

Ayant bien envie pour finir d'un petit bivouac côtier entre Campomoro et Tizzano, faudrait que je me bouge pour arriver assez tôt d'un côté de l'autre et mettre quelques heures entre les villages et moi pour planter la tente.

Mais dehors, ça tombe comme à Gravelotte et le vent est toujours aussi violent, ne laissant de m'inquiéter quant à prendre une branche sur le coin du nez dans la forêt que je dois traverser.

 

A 11h00, je me décide à quitter le refuge non à regrets parce que j'en ai marre de la glande mais bon, on y'est mieux que dehors.

Je chausse le casque sur la tête au cas où une brindille tomberait et me livre au ballot de la tempête qui rugit dehors.

Ben tiens, après trois minutes, je ne ressens plus rien, ni pluie, ni vent ou presque. C'est toujours ainsi. Sous le confort d'un toit, on a l'impression d'éléments déchainés impossibles à affronter et une fois que l'on s'y confronte, on se rend compte qu'ils sont beaucoup moins violents qu'on le pensait.

On fait désormais partie de l'ensemble, intégré au tableau, dans le mouvement général alors que l'attente interminable nous coupe de la vie qui passe dehors. 

 

Faut pas pas pousser quand même au-delà de la limite mais aujourd'hui, c'est plus que tolérable et éprouve même une certaine culpabilité à avoir glandé de la sorte pendant deux jours pleins. Toujours facile après coup à dire. Je ne suis pas sûr que j'aurais aimé passé les nuits dernières avec une toile de tente plaquée contre le pif.

 

Vis à vis de la météo, j'ai été trompé en partie par la position du refuge construit sur un collet qui fait goulet d'étranglement et le vent y'était plus violent que sur le chemin que je suis maintenant pour rentrer à Bavella.

Les nuages et la pluie donnent un aperçu différent de ce à quoi on s'attend lorsque l'on vient en Corse pour nos vacances estivales.

P1030453 (Copier)

La progression dans le maquis en  dessous aurait été suicidaire.

P1030456 (Copier)

A travers les rideaux de pluie en arrivant sous foce Finosa, je vois à peine l'Anima Damnata et le Monte Bracciutu.

P1030462 (Copier)

Un petit panorama d'ambiance à foce Finosa. C'est beaucoup plus calme ici. 

J'espère que le versant Bavella sera plus abrité et que le retour à la bagnole sera relax.

Deux angoisses légères d'ici là.

1/ La traversée du San Petru: avec la pluie, ne sera t'il pas en crue et ne m'obligera t'il pas à des détours aussi impromptus que farfelus que je n'ai pas envie de me taper. L'intégration au tableau général a ses limites surtout quand la caisse et son abri est à une demi-heure de marche.

2/ La bagnole justement: garée au col, j'espère qu'elle n'a pas subi les outrages de la tempête.

 

Le San Petru est franchi sans encombres.Il n'a pas du tout gonflé et se traverse sans avoir à déchausser. Nickel. C'est gagné.

P1030463 (Copier)

Et j'arrive à l'auberge du col où sortant de l'abri de la forêt je suis de nouveau saisi par la grosse tempête et un vent monstrueux plus fort que tous ceux que j'ai affrontés depuis trois jours.

 

Chaque être vivant a une mission qui lui est assignée pour le temps qu'il passe sur terre. La plupart d'entre eux (moi y compris) ignorent le but de leur vie et errent jusqu'à la fin en essayant de passer à travers les gouttes du fatal destion inexorable qui les attend et de niquer les Parques qui tissent le fil.

Et pour niquer les Parques, faut avoir envie, parce que niveau érotisme sous jacent, y'a qu'Alice Sapritch dans la pub jex-four qui fait moins exitant.

 

Mais certains ont un jour une révélation et découvrent la mission.

Et en ce 30 août, dans la banlieue triste de Reykjavik vers 23h30, j'ai commis l'erreur irréparable d'entrer sans sonner chez l'habitant et suis tombé nez à nez avec le braque de Weimar.

 

Dès cet instant la révélation était en lui. Sa mission assignée enfin connue: bouffer du "bigfoot".

Dans un réflexe d'autodéfense, le bigfoot avait réussi par un salto arrière carpé de panique parfaitement maitrisée à lui claquer la porte sur la gueule mais le braque de Weimar avait l'odeur de la bête dans le nez. Plus jamais il ne lacherait sa proie. Il avait une raison de vivre.

 

Pour me retrouver, il lui était nécessaire de me rejoindre en Europe. Bien que très fûté, ses pattes ne lui permettent pas réserver un billet d'avion sur un clavier. Il avait besoin de prendre le contrôle d'un humain avec carte bleue pour accéder à l'avion sans éveiller les soupçons.

Je croyais que Dan Simmons disait que des conneries dans l'Echiquier du mal, mais non, certains êtres ont ce pouvoir de contrôle sur le cerveau des autres.

Je me suis renseigné et j'ai trouvé une liste d'animaux capables de prendre le contrôle du cerveaux de leurs hôtes.

C'est plus flippant que l'attaque des martiens sur New-York.

http://dailygeekshow.com/2013/11/18/12-effroyables-parasites-qui-prennent-controle-du-corps-de-leur-hote-pour-accomplir-leur-sombre-dessein/

Le 13 porte malheur alors ils n'ont pas ajouté le dernier de ces monstres à la liste. Vous l'aurez compris, c'est le braque de Weimar.

Le 26 décembre à 13h, 4 mois après leur première rencontre, les deux protagonistes sont à cinq minutes de leur destin commun.

...

J'avais cessé d'écrire cet article il y'a quelques semaines et me voici donc de retour pour le terminer. J'avais pour ambition de m'amuser un peu de ma rencontre avec le braque de Weimar, mais bon en fait quel intérêt de faire de cet incident la pierre angulaire de ce voyage.

Alors juste j'arrive tout content à la voiture dans un temps d'apocalypse.

 

Publié dans corse

Commenter cet article

Bifidusse 30/05/2014 14:34

Eh bé dis, il t'a vraiment bouffé le braque ? :p
Islande cette année ? (fait comme Mélanie et dis ouiiiiiiiiiiiiiiii :))
Tu as déjà une idée d'itinéraire ?

Bifidusse 31/07/2014 00:01

Ahahaaa, quand je rentrerai peut-être pourrais-je découvrir tes nouvelles aventures ?
T'as un mois pour commencer ton compte-rendu. Et refaire ton blog. En plus du reste. Bon, on dit Noël ? :-)

Mauvais timing sinon, cette fois-ci je pars assez tard :-/ Sauf éruption anti-avion, on se ratera. Et j'espère que cette année tu n'avais pas comme projet de retourner en canot gonflable sur l'Öskjuvatn.

Bon retour, fais-nous rêver avant l'année prochaine... ;-)

bigfoot 16/07/2014 12:13

salut!
over-blog avec sa nouvelle interface a massacré mon blog. Je n'arrive plus à le faire fonctionner correctement. Tous mes albums photo ont disparu... Bref, ça me gonfle sérieusement. Je m'occuperai sérieusement de changer de plate-forme à la rentrée quand j'aurai le temps. C'est pourquoi je n'avance plus sur mes articles et que je ne finis pas l'article en cours.

Ceci dit, je pars en Islande après demain et je rentrerai le 2 août, donc nous allons nous louper de peu :(

à+

Bifidusse 15/07/2014 00:11

Eeeeh mais j'avais pas vu ta réponse. Je finissais par vraiment m'inquiéter.
Cool pour l'Islande, je me réjouis déjà ! De mon côté ce sera en août. Si tu restes jusque là et tu vois un 4x4 bleu immatriculé en Belgique, fait signe ! (ou pas :p)

david 05/06/2014 16:35

héhé, je fais durer le suspense. T'as vu l'art de faire le buzz sur un non évènement?
en fait ça m'amuse plus de finir cette histoire...

mais bon, faut terminer avant d'attaquer le récit de ma dernière monstrueuse sortie corse du we de l'ascension.
et celle-là, je crois qu'elle vaut le coup!!!

et oui,l'Islande est de nouveau au programme pour fin-juillet... comme d'hab, je garde le secret du programme, mais il s'agira de deux ou trois "raids" de quatre jours sur quelques arêtes et ravins débiles

Bifidusse 30/05/2014 14:31

Eh bé, tu t'es fait bouffer par le braque ? :)
Islande cette année ? Déjà une idée d'itinéraire ?
(dis ouiiiiiiiiiiiii :))

stéphane 05/04/2014 18:08

Salut !

Et bien on a faillit attendre dit donc...

Bouffer du bigfoot !! il fallait la pondre celle-là. haha !

bigfoot 05/04/2014 20:12



qui te dit que c'est pas le contraire?