26/07: sous le Kaldaklofsjökull

Publié le par bigfoot

Nuit bien courte donc...

Je me dis que je suis en train de vieillir.

Comment font les randonneurs pour faire les cons aussi longtemps le soir après une journée de marche et partir aussi tôt le lendemain matin?

Je me faisais un malin plaisir à foutre un souk d'enfer juste sous la tente de mes deux connards pour leur apprendre un minimum de savoir-vivre mais ils ont déjà levé le camp...

 

Objectif du jour: Haskerðingur, point culminant de tout le secteur à presque 1300 mètres d'altitude.

La voie normale se fait par l'ouest à partir du plateau de Hrafntinnusker. C'est parait il une promenade à partir du moment où on peut affronter des pentes de neige un petit peu raides.

C'est par là que je compte redescendre. Mon idée de faire le sommet en traversée en montant par le sud. Le gardien m'a dit hier soir que celà lui parait impossible et je dois me rendre à l'évidence en scrutant les pentes depuis hier soir qu'il ne semble en effet y'avoir aucun passage par ce versant. J'irai donc plus à l'est récupérer les crêtes sous la montagne voisine de Skerinef puis rejoindrer le sommet par le chemin de crêtes... 

Le gardien n'y croit pas. D'après lui, avec la fonte des glaciers, les pentes autrefois recouvertes de glace sont aujourd'hui trop raides pour être pratiquées. Ca ne devrait pas passer mais il me dit bien qu'il n'est pas sûr et qu'il faut y'aller pour savoir. J'aime bien sa philosophie, contraire aux négations systématiques des rangers qu'on croise habituellement.

Ben ouais... pour avoir des idées, mon cerveau n'est jamais en manque...

Après, les résulttats ne sont pas toujours à la hauteur de ceux espérés... Putains de cartes islandaises...

 

Quitter au plus vite pistes et sentier du laugavegur pour me retrouver de nouveau seul.

Seul? Peut on dire que je suis seul avec le harcèlement des mouches dans le vallon de Bratthalskvisl?

Ben voilà, je sais ce que j'ai oublié cette année dans mon sac... la moustiquaire de tête... Je déteste le contact des mouches sur mon visage. Malgré la chaleur, je remonte la capuche et chausse les lunettes de soleil alors que j'aime tant profiter de la lumière naturelle.

La carte fait état d'un spot géothermique le long de la rivière mais je ne le trouve pas.

On ne voit pas Haskerðingur d'ici. Il est juste derrière le petit sommet pointu que l'on voit à gauche.

P1120429 [Résolution de l'écran]

Pour rejoindre la crête que j'envisage, il me suffit de suivre la rivière jusqu'à sa source. L'itinéraire est simple mais assez usant, souvent coupé par de profonds vallons affluents.

P1120431 [Résolution de l'écran]

Fin de la rigolade dans quelques minutes. Je suis au pied de la montée qui m'apparait maintenant bien sévère.

Et je la vois se durcir encore plus haut. Ca va être sanglant...

P1120433 [Résolution de l'écran]

Dès le début, un panorama trois étoiles s'ouvre vers le sud sur le Myrdalsjökull et les montagnes de Strutur.

P1120438 [Résolution de l'écran]

Le lac d'Alftavatn est déjà bien loin. Ne parlons pas du Tindfjallajökull. J'ai du mal à imaginer que j'étais en haut du glacier il y'a deux jours.

P1120439 [Résolution de l'écran]

P1120443 [Résolution de l'écran]

Après les pentes herbeuses, je passe dans un secteur de palagonite où le passage est moins aisé à trouver entre blocs cyclopéens et pentes d'herbes glissantes.

Ensuite, le terrain devient de nouveau plus praticable mais très raide et mouvant sous les névés.

Le plus simple consiste donc à marcher sur la neige.

P1120445 [Résolution de l'écran]

Sous le sommet, la nature du sol change, je rentre (enfin) dans les ocres de la caldeira du Torfajökull.

D'ailleurs, de la crête, je pense que je le verrai assez bien.

Dans le calcul de mon itinéraire cette année, une idée dominante était de passer sur tous les glaciers de la région de Fjallabak: Tindfjallajökull, Myrdalsjökull et Torfajökull (pour le Vatnajökull, ce sera sur le second parcours).

Initialement, je voulais faire la traversée intégrale du Myrdalsjökull mais j'ai abandonné le projet parce qu'on ne marche pas seul sur un glacier couvert de neige en été. C'est trop dangereux.

P1120448 [Résolution de l'écran]

Une vue spéciale sur le mont Maelifell qui donne son nom au désert qui l'entoure.

Sommet mythique, un milliard de fois photographiés depuis la piste qui passe à son pied ou en avion (notamment par Arthus-Bertrand), il serait un des centres telluriques majeurs par lesquels passent je ne sais trop quelles lignes de force (à voir avec les spécialistes).

C'est vrai qu'il s'en dégage quelque chose de spécial (on en reparle dans une semaine quand il me dominera de toute sa hauteur).

P1120453 [Résolution de l'écran]

L'arrivée sur la crête est magique.

Bien que saisi par un vent du nord furieux, le paysage est absolument démoniaque. 

Au sud le glacier, le désert et les montagnes vertes.

Au nord, l'entrelacs des collines ryolitiques du landmannalaugar et des fumées qui sortent d'un peu partout.

Je reconnais tous ces endroits, je connais les noms, je revois les passages empruntés par le passé et j'envisage ceux des prochains jours. C'est un pur régal, toutes ces choses lues des millions de fois sur la cartes se dévoilent sous mes yeux.

Le torfajökull est à mes pieds. On en reparlera dans une semaine quand il sera sous mes pieds.

P1120460 [Résolution de l'écran]

P1120469 [Résolution de l'écran]Par contre, je suis sous les pieds de Skerinef et on en parle de suite.

Je me suis gourré dans mes calculs, encore bien en-dessous du sommet et je vous jure qu'il m'apparait complètement inaccessible.

P1120463 [Résolution de l'écran]

 

Ma crête se transforme en un fil pas très aiguisé. Mais la violence du vent m'oblige à un minimum d'attention.

P1120464 [Résolution de l'écran]

Sur le landmannalaugar, ils sont en train de recevoir un sacré grain. Le ciel est d'un noir d'encre.

Vent du nord, je devrais pas tarder à recevoir quelque chose de sévère sur le coin du nez.

Vite, quelques photos et vidéos avant de redescendre quelques mètres en contre bas pour m'abriter en attendant le passage du coup de tabac. Déjà quelques gouttes viennent me toucher.

A 50 secondes sur la vidéo, on voit Skerinef et l'impossibilité de l'atteindre directement à partir de l'endroit où je suis.

Quelques secondes après avoir quitté la crête, une averse énorme de grésil s'abat sur moi. Avec le vent, je suis vite frigorifié et je me vois aobligé de me couvrir comme pour une sortie hivernale à la maison.

La possibilité pour rejoindre Skerinef et haskerðingur passe par l'est en suivant la crête dans la direction opposée à celle que j'ai prise. Mika m'avait bien dit que ça semblait assez aisé de remonter par ce versant (notez que je ne me méfie pas encore assez de ses recommandations ;), ça, c'est pour après à Þorsmörk).

En effet, les pentes m'apparaissent impossible à suivre pour rejoindre le sommet depuis l'endroit où je suis, ainsi que me l'avait dit le gardien (bravo, il connait bien son coin). 

D'autant plus que le temps ne s'arrange pas et que je ne vois poindre aucune amélioration rapide.

En attaquant par le sud tout droit, je n'avais donc aucune chance.

Mes projets à très court terme m'amenant vers l'ouest, je renonce à un aussi long détour dans la direction opposée. N'oublions pas que j'ai déjà perdu avant d'avoir commencé une journée de sécurité et je ne veux perdre en ce début de voyage mes jours sécu qu'à cause du danger, pas parce que je change mes plans à la dernière minute.

Aussi je renonce à tenter le sommet et redescends par le même chemin.

Le moral en a quand même pris un petit coup. Je manque tous mes sommets depusi le début... Ymir d'abord, puis Haskerðingur aujourd'hui. Peut être que j'aurai le temps plus tard d'y monter par le chemin normal.

Forcément, paysages identiques à la descente. 

P1120472 [Résolution de l'écran]

P1120475 [Résolution de l'écran]

La pluie a cessé mais je suis trop bas maintenant pour changer de nouveau d'avis. 

La nouvelle idée est désormais de redescendre le vallon de ce matin jusqu'à l'endroit où il change de direction vers le sud et Alftavatn. Alors je continuerai tout droit plein ouest sur Laufafell. Il sera alors temps de faire le point par rapport aux projets des prochains jours.

C'est bien sympatoche finalement, assez plat avec quelques lacs améliorant l'ordinaire.

P1120481 [Résolution de l'écran]

P1120486 [Résolution de l'écran]

Quelques lagopèdes partent dans pieds et des vols d'oies et de canards égaient le ciel.

En parlant de pieds, je déguste depuis la veille dans mes godasses. les sportiva népal evo ont un chaussant plus étroit au niveau des orteils que les népal top. Des deux côtés, mes petits doigts ne sont plus qu'une gigantesque ampoule. Je morfle méchamment surtout en descente où je tente alors de les rentrer en pliant... Mais allez plier des orteils dans une chaussure d'alpinisme rigide étroite... Le dessus du pied, surtout le droit est également erraflé jusqu'au sang, certainement à cause d'un mauvais positionnement de la languette amovible.

 

Il est donc temps que je pose mon cul au plus vite ce soir.

Je change de vallée au moment où je recroise le laugavegur qui passe sur la ligne de partage des eaux entre mon vallon de la journée et le nouveau, Grashagakvisl.Ce passage doit être terrible pour les randonneurs du trek. Ils ont juste au pied de la grosse montée qui va les mener sur la plateau de Hrafntinnusker. Enfin, moi, ça me saperait le moral.

Dans ce nouveau vallon, je rencontre mes premières eaux chaudes de l'année, comme très souvent à fland du lit de la rivière.

Le débit des eaux chaudes n'est pas suffisant pour tiédir assez la rivière principale et la rendre baignable.

P1120488 [Résolution de l'écran]

Il faut dire que le courant est plus fort que je ne l'avais pensé. Sa traversée est même un peu compliquée sans se déchausser.

L'intérêt majeur de cette vallée est la présence d'une belle herbe bien bien verte, haute et très grasse, une vraie pature digne du massif central. Ca change vraiment de ce que l'on a l'habitude rencontrer dans les hautes terres d'Islande.

P1120493 [Résolution de l'écran]

J'envisage un temps de poser la tente dans le quartier mais je sais que derrière la crête nord, il y'a la Ljosa...

Et la Ljosa, j'en ai eu un petit aperçu il y'a deux ans. La cascade majeure de cette rivière débile, Ljosafoss et à peine à trois km d'ici.

Et dormir juste à côté ne me déplairait pas du tout. J'entends le chant des sirènes de la Ljosa. Je ne peux y résister.

Rejoindre la crête est un peu plus long que prévu, c'est raide, spongieux et je ne vois pas où je mets les pieds avec de l'herbe jusqu'aux genoux.

Mais en haut, je vois la tête de la cascade... ouahhhhh... époustouflant...

P1120495 [Résolution de l'écran]

P1120497 [Résolution de l'écran]

En revanche, c'est le parcours envisagé autour qui en prend pour son grade... Ca ne passe pas partout, ah non, pas du tout... ah ben merde... putain de cartes islandaises qui te laissent fantasmer en omettant de signaler les falaises et les pentes excessives...

Orgies de photos à partir de maintenant.

J'abandonne mon sac à dos pour descendre au bord de la rivière.

J'ai a priori trouvé mon lieu de bivouac. Si c'est le top en bas au bord de l'eau, je remonterai le chercher.

Et en plus, je suis au lieu de confluence avec la Jokulgil (attention à pas confondre avec la Jokulgil qui passe à Landmannalaugar).

Et hop une cascade de rab...

Ce site est fou, fou, fou... Dire que j'aime... c'est un truc de dingue.

Et à gauche sur la crête, on voit bien le panache de vapeur d'une source folle.

P1120499 [Résolution de l'écran]

Quelques photos...

P1120501 [Résolution de l'écran]

P1120503 [Résolution de l'écran]

Confluence des deux...

P1120504 [Résolution de l'écran]

Vers l'aval et la Markarfljot... Sata à gauche et la montagne tabulaire de Laufafell.

P1120505 [Résolution de l'écran]

Pour ajouter encore un peu à la folie de l'endroit, une source chaude à 50m sous la confluence.

P1120510 [Résolution de l'écran]

Approchons nous voir la bête le plus près possible.

Traverser la Jokulgil sans se mouiller les pieds... héhéhé, trop fort (oui bon ok, petite autosatisfaction, c'est moins dur que monter à Skerinef).

P1120512 [Résolution de l'écran]

La Ljosa... putain, j'en pleurerais presque...

P1120516 [Résolution de l'écran]

P1120520 [Résolution de l'écran]

Et ces roches, toutes fendues par le gel... ces couleurs...

P1120521 [Résolution de l'écran]

Quelques petits clichés avant de remonter à la tente. Ici au bord de l'eau, c'est pas le bon endroit, beaucoup trop bruyant.

P1120523 [Résolution de l'écran]

P1120524 [Résolution de l'écran]

Plantage de la tente devant ce site d'anthologie, sans doute parmi les plus beaux si ce n'est le plus beau que je n'ai jamais eu.

P1120527 [Résolution de l'écran]

Et pourtant, je suis saisi d'un très gros cafard.

Trop beau pour être vrai, trop beau pour être seul et ne pas pouvoir le partager...

C'est rarissime chez moi, mais ma solitude me pèse ce soir.

Voici un instant rare que j'aimerais tant vivre avec quelqu'un à mes côtés, ressentir son émotion davant la beauté de ce que la nature nous donne. Mais non, je suis là comme un con à me taper des pages insipides d'Umberto Eco. C'est trop nul de passer à côté d'instants aussi privilégiés.

 

C'est encore plus nul de laisser mon esprit dériver vers la tristesse ici. Ca ne rime à rien.

Et m...!!!

Publié dans islande

Commenter cet article

magnetix 20/05/2014 10:44

Country sides like these attract me a lot and I always take time to visit such beautiful places. As a traveler, it is my passion to explore the nature that offers me entertainment along with adventure. Thanks for capturing these stills for readers like me.

S. 07/02/2013 12:30

Sans être aussi aventureux, il y a plein d'autres treks que l'on peut faire accompagné et on peut voir certains des lieux dont parle David - Bigfoot. Le Laugavegur, c'est comme le GR20, c'est
l'autoroute mais il y a plein d'endroits tranquilles et superbes à côté.

bigfoot 13/02/2013 12:52



exactement ça, il faut absolument sortir du rail et prendre son temps pour s'imprégner des lieux.



GTnantes 07/02/2013 11:59

Rien que cette page vaut le voyage en Islande. J'y suis allé l'année dernière, tout en restant très "touristique" sur le trek du Landmannalaugar, mais même là c'était déjà dingue de beauté! Alors
là. ça dépasse l'entendement !
J'avoue être assez envieux du coté aventurieux des tribulations de BigFoot mais sans doute la peur m'empêche de tenter ce genre de trip !

bigfoot 13/02/2013 12:57



je te jure que mes sorties ne sont pas si engagées que ça. 


faut oser sortir des sentiers battus. tant que tu n'as pas une rivière monstre ou une falaise, tu pourras toujours mettre un pied devant.


tu auras toujours le choix du demi-tour selon ton libre arbitre, toujours quand tu marches et que tu n'es pas dans une activité technique.


l'engagement en randonnée sera toujours limité à la distance que tu t'accordes d'un point de ravitaillement ou d'un refuge.



S. 28/12/2012 12:26

Pas de souci, c'est ton blog !
Mais j'ai suivi ton parcours en direct cet été, alors j'attends la suite avec impatience, car ça m'a l'air d'être encore un grand cru. ;-)
Bonnes fêtes de fin d'année en tout cas.

S. 12/10/2012 18:33

Cet endroit est absolument magnifique ! Merci de le partager. ;-)

bigfoot 23/12/2012 10:02



magnifique et terrifiant à son sommet!!!


merci de ton comm, désolé pour le retard, je suis très peu actif sur le blog ces derniers mois.