25/11: station d'Asco - cabane de Pinara

Publié le par bigfoot

4°C sous la tente ce matin au réveil. Une condensation abominable. Que du plaisir à renfiler les fringues de la veille dans cette froide humidité.
Je replis la tente toute détrempée. Elle doit faire un kg de plus.
Pour le petit déj, je vais d'abord me réchauffer avant de le prendre.

Deuxième jour et programme déjà fortement chamboulé avec une très longue descente sur la route ce matin et le début de la montée vers Serra Piana en début d'aprèm.
Entre la station et le village, un panneau m'a indiqué hier soir 15 bornes. Au pas de course, hop, hop, hop, y'a que de la descente. Je suis au pont d'Asco trois heures après le départ, petit déj compris pris devant la maison du mouflon.
Et je suis totalement déglingué. La marche sur le goudron m'a fait super mal aux jambes et surtout dans le pli de l'aine. Qu'est ce que c'est? une hernie, une pubalgie?
J'ai super mal et en plus comme j'ai marché en descente tout le long, j'ai du mal à prendre le rythme de la montée.
Heureusement que c'est relativement plat et le bas de la vallée très beau.
P1030526 [Résolution de l'écran]Beaucoup de traces du passé et des efforts de l'homme pour essayer de survivre si ce n'est apprivoiser la nature.
J'aime ces chemins caladés, ces murets de pierre sèche, ces vieilles bergeries. Ici en Corse on ajoute les casghiles, ces garages à fromages.
Je crois que celui là est le plus beau que j'ai vu.
P1030530 [Résolution de l'écran]Je suis sorti du GR20 et donc le balisage n'est plus du tout le même sur ce sentier. Pourtant, il fait partie du nouveau tracé "Ile Rousse- Corte", balisé en orange. Et oui, je me suis habitué au confort du marquage rouge et blanc hier. J'ai du mal à trouver le chemin au milieu des planches et à ne pas partir à travers champs.
Heureusement que je me perds, je découvre des vieilles zones agricoles d'une beauté farouche, et je m'envoie une sieste infernale sous un magnifique chataigner.
P1030532 [Résolution de l'écran]J'envisage même éventuellement d'y passer la nuit mais bon quand même, il faudrait avancer un peu plus pour gagner un peu de déniv avant la montée finale de demain qui s'annonce raide. Je suis à peine à 700 mètres et je dois basculer à plus de 1800. A regrets, je repars donc, j'ai encore trois bonnes heures de marche aujourd'hui avant qu'il ne fasse nuit.
Pour récupérer le chemin, forcément, une grosse montée à avaler. A chaque fois qu'on se laisse aller à filer les sentiers vers le haut pour continuer à avancer relax sur du plat, j'ai remarqué qu'on se met en galère pour remonter.

20 minutes plus tard, regrosse sieste sur une prairie toute verte fluo dominant le ravin. Découenné complet le type. Moins d'une minute après le fermage des yeux, deux chiens arrivent en aboyant. Un chasseur faisait comme moi de l'autre côté du caillou, sauf que lui, il éclusait son rouge (véridique).
Assez gentil, on discute un moment. Il a dormi dans une cabane plus haut dans la montagne la nuit dernière. Mais il m'énerve vite. Il est condescendant. Il est le plus fort, il fait ci, il fait ça dans sa montagne. Et mon sac est trop lourd pour marcher, et je boite, il faut faire attention avant de continuer vers l'intérieur. Et je vais pas y'arriver. Sa phrase:"vous êtes fou". Une fois, ça me fait rire, dix fois, ça commence à me saouler, cent fois, ça me les brise grave.
Deux cent cinquante quatrième fois, je prends congé. Pffff, s'ils sont tous comme ça, je vais avoir du mal avec la faune locale. Finalement, je préfère les islandais, on se comprend mal, donc on n'a pas des discussions longues et pénibles comme ça.
Au moins je sais qu'à deux heures de là, il y'a la cabane qu'ils (les chasseurs) ont restaurée.
Magnifique chemin sous les premiers contreforts de Popolasca.
P1030535 [Résolution de l'écran]Ca monte assez doucement jusqu'à l'altitude 900. J'avais repéré sur la carte une grotte. Je me suis dit que ça pouvait être un endroit sympa pour dormir (une fois les ours chassés (private joke)).
Sauf que le dit endroit est plutôt humide.
P1030538 [Résolution de l'écran]Qu'est ce qu'ils sont allés faire un abri sous une cascade? Ils se prennent pour tintin et le temple du soleil?
Ben non, je vais pousser jusqu'à la cabane alors. Elle est à environ une heure de marche et 350 mètres plus haut.

De là, j'ai le choix entre deux chemins. L'itinéraire 1 passe le long du torrent alors que le bis est conseillé (c'est le panneau qui le dit) en cas d'intempéries. Bon, je prends le principal, c'est plus rigolo le long du torrent. C'est vrai qu'il faut le franchir plusieurs fois à gué et même en cette période où le niveau n'est pas très important, je galère un peu aux franchissements.
Et également quelques dalles très glissantes dans la rosée de fin d'après midi.
La fin de la montée est un calvaire absolu. Ma douleur à l'aine est devenue presque insupportable. J'ai noté que le deuxième jour est toujours le plus terrible dans ces marches au long cours. J'ai un peu les sensations de l'abominable journée que j'avais eu en islande en 2008 à Setrið. J'avais crû abandonner, incapable de marcher plus de 50 mètres sans faire une pause.
Complètement déglingué à l'arrivée à la cabane, mais alors quel plaisir ce soir de dormir dans du dur.

Les abords sont immondes. Comment peut on être aussi cradingues et abandonner toutes les conneries qu'on monte dans son sac? A quoi ça rime d'abandonner tous ses emballages vides? C'est une honte. Et encore, le type m'a dit qu'il avait nettoyé et fait un grand feu de joie pour nettoyer toutes ces saloperies. Pourtant, il en reste encore un paquet.

Une source à 3 mètres de la porte. Une hache pour couper du bois.Que demande le peuple?
Un bon feu de bois donc dans le poêle à l'intérieur et je fais la popotte à l'extérieur avec mon réchaud.
Je suis obligé de prendre un di-antalvic pour faire passer la douleur.
J'ai un très mauvais feeling pour la montée de demain.
En attendant, je n'en dors pas moins excellemment bien dans ma petite cabane des chasseurs.
Il y'a une batterie qui donne de la lumière.
Pas mal de matos, médicaments et nourriture pour les cas d'urgence. Messieurs les chasseurs, félicitations pour cette rénovation.
Je ne peux résister à piquer quelques feuilles de verveine séchées dans un bocal pour me faire une délicieuse tisane à regarder la nuit recouvrir définitivement le paysage.P1030548 [Résolution de l'écran]J'arrive à chauffer à 11°C dedans et je partage ma nuit avec une petite souris qui me fait un sacré raffut.
Ah ben oui, ça reste quand même rudimentaire.
P1030549 [Résolution de l'écran]
Trop longue étape...
asco bergerie de cabane [Résolution de l'écran]

Publié dans corse

Commenter cet article