21/06: Nice - Reykjavik - Vatnsnes

Publié le par bigfoot

21/06/07 le grand départ...enfin

Debout 4h00, go chez Christophe.Tout est ok depuis la veille. Arrivée 4h30 chez lui parking. Transvasement des bagages et go to airport de Nice.

Petit détail, pendant l'enregistrement, je m'aperçois que j'ai oublié mes chaussures de marche dans ma voiture (ça démarre bien). Coup de bigo à Christophe qui répond pas. Merde!!! Me rappelle 5 minutes après-il arrive-ouf-encore du temps.

Pb à l'enregistrement- ma tente passe en cabine (pour gagner du poids en soute) mais on me le refuse à cause des sardines et des piquets- pfff...

Départ après récup des shoes-merci Christophe-à 6h et des brouettes-1 passager de trop par rapport à la liste de vol. Une bonne demi-heure pour le trouver et décollage. Pas grave j'ai du temps devant moi. Arrivée à Paris à 7h et quelques (tiens, marrant, la première fois que je vais à Paris, il était temps à 36 ans). Tuer le temps jusqu'à l'enregistrement vers 12h...Long comme un dimanche dans une famille désunie. Enregistrement et direction l'embarquement vers le satellite XX. Un tapis roulant long comme le tunnel sous la Manche. Encore 2h d'attente. Chance-playstation dispo- personne joue- écran très noir mais OK pour un France-Espagne. ça me gonfle, je comprends pas les touches. 0-0 au bout de 30 minutes. Je sais tacler et tirer très loin. Embarquement compliqué, changements de portes constants. Un voyage très long malgré un survol sympa de l'Ecosse- mes deux voisines ado kenyanes bien excitées (elles font bouger l'avion tellement elles se remuent) en train de noter leurs copains de l'équipe nationale. Pauvre Jimmy. Seulement 2/10. Je sais pas quel est leur sport mais elles sont en train de perdre tout leur influx nerveux. On finit par arriver. Très impressionnant. Champs de lave-failles dans le sol-noir-aride sauf par endroit des touches de bleu, des champs de lupin de bleu (paraît-il). Sortie de l'aéroport sans pb.

Pour aller à Akureyri-facilité-je loue une bagnole (yaris) et go to Reykjavik pour commencer. Conduite facile. Sont tous à 90- ni plus ni moins (plutot plus, pas fait pour me déplaire). Ville sympa, pas de grands immeubles, l'impression d'être en banlieue, en zone pavillonnaire. Centre ville minuscule mais très agréable et cette impression que les gens sont cools. Par contre une confirmation, mon anglais, les gens me comprennent mais je ne comprends pas leurs réponses (comment savoir s'ils m'ont compris?)

Départ pour Akureyri, il est 18h00. oups! 400 bornes, je voyais pas ça si loin. Débuts rigolos. Longe un grand fjord, ne prends pas le raccourci du tunnel qui passe sous le fjord et allonge de 60km. Du bleu, du vert et du gris au dessus de la tête. à Borgarnes, la déprime me gagne. Triste à mourir (comme Charcot sur le Pourquoi pas qui a coulé là). Et tout à coup, mon premier volcan...encore fumant, tout noir, ouah!!! Puis verdure (comme l'Irlande). Fatigue, je veux dormir au bord de l'océan arctique dans un coin perdu, j'opte pour la péninsule de Vantsness. M...!!! 60km de graviers, fini l'asphalte, mais tranquilité absolue, au bord de l'eau avec le cri des oiseaux. Gros dodo dans la voiture, il est minuit, il fait complètement jour.

 

Publié dans islande

Commenter cet article