17/04: Tête de Travers (2165 m)

Publié le par bigfoot

Fini de rigoler, à bicyclette... y'avait Victor, y'avait Fernande, y'avait Martine (j'ai un peu oublié les prénoms).

Revenons aux bases. La marche, la rando un peu psychopathe où il faut bourrer comme un âne pour être à l'heure au boulot le soir et pas trop fatigué si possible.

 

Beaucoup de neige encore. Il faut un objectif réaliste et pas pénible. La Tête de travers est le sommet le plus méridional du secteur du Haut Var/Haut Verdon. La montée envisagée plein sud. Ca devrait le faire, sauf peut être sur les derniers 100 mètres de déniv.

 

Allez, hop...

Parti pas tôt. Garé à midi au parking menant à la grotte du chat, juste après Daluis.

Tiens, y'a la DDE (des forêts)  au bout de la piste. Je demande aux deux gars ce qu'ils foutent là. ils me disent que le sentier est devenu un lieu de randonnée avec des bourricots et qu'ils sécurisent le chemin en l'élargissant avec une mini-pelle jusqu'au lieu dit de Bes. Et ben, dans deux ans, ils y sont encore. C'est dommage de massacrer ces sentiers ancestraux, tout empierrés, tout cahotiques à point pour en faire des autoroutes. On continue vers la sécurisation permanente de toutes nos activités. Malheur, et si on se faisait une entorse sur un caillou en pleine montagne.

Moi, je dis, y'a qu'à jeter toutes les pierres des montagnes dans la mer et finir de les araser au bulldozer.

 

Bon, la tête de Travers, c'est la petite bosse qui dépasse de la longue crête enneigée.

Je suis à 800 mètres d'altitude... il faut descendre à 700 avant de remonter à 2160.

Ca fait un bon 1400 à avaler et rappel, je dois être au boulot dans 8 heures.

 

Descente au ruisseau donc sur le chemin pas encore détruit puis remontée jusqu'au magnifique plateau de Bes.

tete de travers (3)

Le plateau de Bes et la brêche du Pas de Belon, point d'accès à la crête de Travers.

tete de travers (5)

Le pas de Belon est très raide, très caillouteux juste sous le col.

Une fois au col, il faut suivre la crête vers le nord. C'est dommage, je sais qu'il y'a des bornes frontière de l'époque où la france et le Duché de savoie luttaient pour le gain de ces territoires mais je ne les ai pas retrouvées.

Bon, j'ai perdu le sentier aussi. Il faut rester au maximum sur la crête, je le sais mais le sentier est totalement effacé et la forêt a repris ses droits juste au dessus du pas.

 

Bien galère la montée, très raide au milieu des chênes et des buis. J'ai tendance à perdre le fil de la crête et à m'égarer sur le flanc ouest dans une zone enfin vierge d'arbres. La neige commence à apparaitre dans les versants exposés.

tete de travers (9)

Reprendre la crête. Et enfin les pieds dans la neige. Ouaissssss, trop cool.

Ma foi, elle est pas trop molle, ni trop dure et lisse bien les cailloux pourris qui font mal aux pieds depuis 1000 mètres de montée.

Oh, le Dome de Barrot (lui, cette année j'y remonte... j'avais failli m'y tuer pour de vrai en février 2008 et aussi en avril 2002)

en 2008, en passant en surplomb du ravin d'Arbanal verglacé, en 2002 suite à une avalanche de fonte qui était passée à moins de 100 mètres de moi sous la baisse de Barrot

tete de travers (11)

Vers le sud, la vallée du Var et le village de Castellet les Sausses

tete de travers (12)

Le plateau dominant daluis et toutes ses fermes. En bas à droite, le bosquet d'arbres, mon point de départ.

 

tete de travers (14)La crête finale de la tête de Travers, très agréable avec ses 20 cm de neige.

tete de travers (15) C'est un peu raide...

 tete de travers (16)

Au sommet, enfin ma vue s'ouvre sur l'ouest et l'un de mes endroits favoris des alpes du sud.

Au fond, en bas, on distingue à peine le hameau magique de Aurent. Le vallon qui s'enfonce en face est celui du coulomb. On en reparlera un peu plus tard à la fin du printemps...

C'est l'une des randos qui me fache avec tous mes copains et je sais pas pourquoi, c'est toujours là que je les amène. Tatiana, je te promets de pas t'embrigader dans cette galère.

tete de travers (18)

Toujours aussi gras le bigfoot à la sortie de l'hivernage. Toujours aussi peu frileux également.

tete de travers (22)

Vers les sommets du Haut Var. La cime de Fourchias à droite. 

tete de travers (23)

Bon, au bout d'un moment ça caille et ça me permet de tester la veste mountain-equipment pour i-trekkings

tete de travers (25)

Retour par le même chemin.

tete de travers (27)

Un gros grain à la descente. Parfait, la veste est vraiment étanche.

Par contre, dans la forêt pourrie de chênes et de buis en descendant tout schuss comme un phacochère, j'ai dû l'accrocher quelque part car je constate un bel accroc en arrivant en bas. Ah, ben zut, elle est vraiment pas solide.

Moi, je dis: -1

 

Même pas fatigué en arrivant au boulot. les 1400 mètres A/R effectués en 5h30. Pas mal. La forme est là...

 

PS: j'écris cet article un lendemain de mauvaise gastro... pas sûr que la forme soit toujours autant au rendez-vous. Bon, au moins j'ai dû perdre un peu des joues.

Commenter cet article