14/08: Hraunlandarif - Sölvahamar (Breiðavik)

Publié le par bigfoot

Au réveil, je suis bien reposé mais je sens que je suis au bout du rouleau, que je n'ai plus la fibre.

Sitôt la première colline gravie, je suis face au but, le Snæfellsjökull. J'ai beau me la raconter, je sais au fond de moi qu'il est désormais trop loin par rapport au temps qui me reste.

Je n'irai pas... Mais je me fais violence... Non, dis pas ça, fais comme t'as l'habitude quand t'as un coup de moins bien, fais step by step. En principe ça marche pas trop mal.

Donc je vais commencer par aller à Korri, la petite montagne à main droite couverte de dikes. Je passerai le col à gauche.

P1130776 [Résolution de l'écran]

D'ici la crête ne m'inspire donc je descends dans la vallée en-dessous pour profiter d'un sol pas trop dégueu. Comme hier ce mélange cailloux qui dépassent et qui t'accrochent les pompes à chaque pas et les mousses rachitiques poussant sur une bizarroïde terre caoutchouteuse est très désagréable pour marcher.

Je rejoins donc le haut de la vallée. De la bonne herbe grasse normande. Si grasse que presque je peux nager dessus.

Bien sûr je suis obligé de remonter au col après... Un bon 50 mètres de déniv, mais même ça, j'ai du mal psychologiquement à l'appréhender.

P1130778 [Résolution de l'écran]

Un dernier regard vers Helgrindur bien plus débonnaire vu d'ici que par son versant nord. J'ai peine à imaginer que je marchais le long de lacs glacés à moins de heures d'ici.

P1130779 [Résolution de l'écran]

Dans un "terrible" effort, j'arrive à bout de ce monstrueux col. Quand la tête suit plus, c'est impossible d'avancer. Je veux rentrer à la casa.

Allez, mec, continue, step by step, ça marche, tu vas voir qu'une fois chaud, tu vas trouver ton rythme de croisière.

Me voici au col donc, à 15km du glacier. 

Step by step? Mais y'a plus de step ici... Une looooooooooongue descente jusqu'à la rivière, Une montée inteminaaaaaaaaaaaaaaable ensuite pour arriver au pied du Snæfellsjökull au mieux ce soir.

Le problème, c'est que je n'ai plus d'objectif intermédiaire d'ici l'arrivée. Et là, c'est plus possible, j'imagine déjà la bavante de cette longue montée en face. 

Au bord de la rivière passe la route 54. Déjà, atteindre la route... Après on avise.

P1130781 [Résolution de l'écran]

Descente en roue libre. Sauf qu'il commence à tomber quelques gouttes et que des cousins me tapent sur la tête.

C'est nul, y'a plus rien qui me motive. Hier c'était génial, j'ai bien fait d'en profiter. Il me faut maintenant faire du stop pour rejoindre un village du coin et reprendre le bus pour Reykjavik et ciao ciao l'Islande cette année. Je frôle la crise de foie. J'en ai trop bouffé. Tout ce que je veux, c'est descendre, descendre...

Pour faire du stop, faut des bagnoles. Les rares voitures qui passent sont dans le mauvais sens, allant vers Olafsvik au nord. 

C'est plutôt le sud qui m'attire vers Arnarstapi. A priori là bas pour passer le temps la côte est pas trop moche.

Personne ne circulant, après une pause déjeuner à base de vitamines et sucres rapides pour booster la bête, je pars le long de la route.

15 minutes plus tard, je suis pris par un électricien travaillant dans l'industrie pharmaceutique. Ah bin tiens, on peut échanger pro... Moins de 5 minutes plus tard, il me dépose au carrefour de la route côtière.

De là, on est sur un spot touristique, je devrais trouver un bon samaritain sans trop de problèmes.

La fréquence... une voiture toutes les trois minutes... Petites voitures de loc, style Yaris. Par expérience, je sais que les touristes en couple ne s'arrêtent pas avec des petites bagnoles.

1/ parce que rien les oblige (devrait y'avoir une loi pour les obliger dirait le capitaine Haddock dans l'affaire tournesol)

2/ parce qu'un type inconnu qui tient la chandelle sur la banquette arrière, c'est pas cool pour les romantiques.

3/ parce que le coffre est déjà bourré et que mon sac à dos est monstrueux.

4/ parce que j'ai qu'à me payer une caisse.

5/ parce que t'as voulu marcher et bien marche.

6/ parce que j'ai une sale gueule après un mois de rando (encore que je me suis rasé)

7/ parce que obiwan kenobi.

8/ parce qu'ils sont jaloux de mon sourire ravageur.

9/ parce que j'ai les fringues un peu dégueu et ça risque à leur coûter la caution de la loc.

10/ parce que 10 et que je fonctionne sur le systême décimal.

 

Bref, tout ça pour dire que ça marche pas du tout ici. Beaucoup de touristes donc et je comprends complètement qu'il sont pas envie de partager leur trip avec moi. Tant pis, ils sauront pas à côté de quels secrets ils passent en me toisant à quelques centimètres, bougonné-je...

Bon, je m'agace tout seul... Complètement débile mais j'ai besoin de carburant pour avancer. Là, je n'ai plus de kérosène donc l'énervement est peut être mon topinambour de substitution.

C'est nul, négatif mais au moins ça me remet en route. J'ai vite chaud vu mon nouveau rythme. Je sors le short pour la première fois depuis Þorsmörk.

Donc nouveau plan, plutôt que d'aller à Arnarstapi en stop, j'irai à pied, na!!! Et je dirai à personne où sont les sources chaudes secrètes que je connais, na!!!

 

Je suis toujours à 15 bornes d'Arnarstapi mais au moins contrairement au glacier, c'est plat maintenant. Et une fois n'est pas coutume, je vais faire de la rando côtière.

Mais il me faut d'abord échapper à la route 574. A 5km du carrefour, après le lac de Miðhusavatn, il y'a un chemin indiqué sur la carte qui part au bord de mer et semble longer la côte jusqu'à Arnarstapi.

Les chauffeurs ne sont pas mes amis donc je fais copain copain avec les chevaux. Il y'en a même un qui me suit un long moment. 

Généralement, je suis assez méfiant avec ces bestioles là. Elles m'ont toujours un peu angoissé. Et là, ce cheval qui me suit pas loin d'un km de l'autre côté de la barrière avec son petit trot marrant puis qui, une fois bloqué se met à hennir comme un damné et à mettre des grands coups de boule contre le portail, m'arrache un soupir et un pincement au coeur.

Je me sens obligé de revenir le voir, le carresser longuement avant de le quitter définitivement avec pas mal de tristesse. Finalement, je comprends qu'on puisse s'attacher àces grosses bêtes.

Arnarstapi est tout à gauche. La vue sur le glacier est pas mal du tout. La marche sur la route, bien que monotone est sympa avec cette vue devant moi.

P1130783 [Résolution de l'écran].

Le glacier parfait, le nuage épousant le volcan en un cercle dont le diamètre égale (pi*r²), le ruban de la route vers la petite maison dans la prairie.

Je sens monter la chansonette dans ma tête. c'est bon signe. Les good vibrations me rattrappent.

P1130785 [Résolution de l'écran]

J'arrive à hauteur du lac. Il me faut tourner dans un km à Stori-kambur. Tout à coup, le long de la route, une ouverture, un champ avec une barrière ouverte.

Hop, stop le goudron, j'ai envie de paille, d'odeur de fourrage, de paysannerie, de retour aux sources.

Vingt ans en arrière je retourne dans les prés de mon grand-père quand on allait irriguer les tournesols.

J'entends déjà certains esprits forts me rétorquer qu'il y'a pas de tournesols en Islande. C'est pas faux.

Mais c'est l'ambiance de la ferme. Les tracteurs, les charrues, les faux...

Bien sûr c'était une ruse. De l'autre côté je suis planté par une ligne de barbelés. Trouver un point bas pour passer dessus sans s'arracher certaines parties qui me tiennent à coeur.

Bing, une autre ligne de barbelés. Ca ressemble à la ligne Maginot, au mur de l'Atlantique, oui!!! puis une autre avec des marécages en sus où tu t'enfonces jusqu'à mi-mollets. Et franchir des barbelés, c'est déjà pas simple quand t'es à hauteur, alors enfoncé de 10 cm je vous dis pas.

Et l'arrivée au bord de l'eau, magique, amusante... Des oiseaux de partout. Malheureusement je vais partir des couvées de canards. J'espère que ça n'a pas de conséquences sur les portées.

Mais alors c'est trempé mais trempé. De loin, ça parait simple mais une fois dedans, c'est la mare aux canards. C'est par la masse, l'épaisseur de l'herbe que je ne m'enfonce pas au-delà des chevilles. 

P1130786 [Résolution de l'écran]

Je dois un peu m'éloigner du rivage pour trouver un terrain un peu plus praticable. Je trouve un sentier, davantage drailles à moutons que chemin de randonnée qui part dans la direction voulue.

P1130787 [Résolution de l'écran]

Les nuages s'évaporent au moment où j'arrive sur la plage de Hraunlandarif, longue étendue de sable de 5km environ. Contrairement à ce qu'indique la carte, il est excessivement facile de rejoindre la bande de sable.

P1130789 [Résolution de l'écran]

Il me semble que la marée est montante. C'est là que je vois combien je suis bidon en ce qui concerne la mer. C'est un élément que je ne connais pas bien. Pas du tout à l'aise, ça monte ou ca monte pas? Et si ça monte, ça va monter jusqu'où? Je presse le pas pour arriver au bout à l'ouest pour rejoindre le plateau. Je sais bien qu'il y'a un petit chenal à traverser au bout. L'équivalent d'un gué à mon avis. 

Je repère quand même quelque échappatoire en cas de repli intempestif nécessaire.

P1130792 [Résolution de l'écran]

Je sens comme hier des bouffées de bonheur remonter du plus profond de mon âme... Ca commence à sentir bon... Une fin de voyage comme je les aime... Rien à voir avec les glandes de ce matin... J'aime me sentir transporter par la vague.

Et une chanson explose dans ma tête qui ne va plus me quitter pendant plusieurs jours... Rien à voir avec mes standards habituels qui veulent plus me quitter quand ils sont rentrés style la fameuse compagnie créole, ou David et Jonathan, ou les 2be3 (ça me ferait trop marrer d'instiller dans l'esprit de l'un de mes lecteurs l'idée de ces chansons pourries...)

Partir un jour... Sans retouourrr... 

Est ce que tu viens pour les vacances? non, je n'ai pas changé d'adresse, je serai peut-être un peu en avance...

 

La chanson qui explose, juste le seul refrain... les stranglers... always the sun...

P1130793 [Résolution de l'écran]

J'arrive au bout de la plage... Il me semblait depuis un moment que le chenal devenait de plus en plus profond.

Au bout c'est juste impossible si ce n'est à la nage. Ouais bon, On va pas essayer. Vraiment passer l'âge de ce genre de conneries... Encore que des fois mais là non... Définitivement... Plus d'émotions fortes...

P1130794 [Résolution de l'écran]

Retour en urgence vers un de mes échappatoires... L'eau monte, bordel... J'accélère... L'échappatoire n'est plus sec... 

Merde...

Non, je veux pas reculer à l'autre bout, à 5 km pour devoir tout refaire. Je ne veux pas perdre autant de terrain.

P1130796 [Résolution de l'écran]Tant pis faut que ça passe.

Je déchausse pas... J'ai besoin de vite retrouver la sérénité du bon côté, là où la mer ne me séparera pas de mon objectif.

La honte... Moins de 50 cm d'eau, même si pendant une centaine de mètres... Comment ça se fait qu'il me soit monté l'angoisse aussi vite et aussi haut???

Fatigue? Méconnaissance des marées? en tout cas les pompes mouillées à l'eau de mer ne sont pas prêtes de sécher.

Marrant, juste là où j'ai traversé, je tombe sur un petit jardin aménagé par un marrant qui a rassemblé tout un tas d'objets hétéroclites amenés par la mer. Au milieu il a installé un fauteuil. Je m'affale dessus, tourné vers la mer, le soleil dans les yeux...

Always the sun, alwayyyyyyysssss, alwayyyyyyyyyyyyyyyyys, alwayyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyys the suuuuuunnn!!!

Parmi le bordel amoncelé, je trouve une vertèbre de baleine.

P1130797 [Résolution de l'écran]

La plage était bordée d'une mini falaise de 5-10 mètres de haut. Je trouve un passage pas trop raide pour monter sur le plateau au-dessus et c'est parti pour Arnarstapi.

L'idée est de prendre le bus là demain en fin de matinée. Ca fait longtemps que le glacier a disparu de mon esprit de super conquérant (versus clairefontaine).

Bon, encore plus ridicule... J'ai traversé sur 100 mètres alors que si j'avais marché 50 mètres plus loin, à peine j'aurais trempé les pompes... Pffff, nullissime.

P1130800 [Résolution de l'écran]

J'adore ce paysage, ces nuages réverbérant dans la mer, les ombres, l'herbe, la couleur ocre des montagnes.

Je passe maintenant au-dessus du point où j'ai été bloqué il y'a une heure...

P1130801 [Résolution de l'écran]

Mais c'est vraiment beau, j'insiste... Always the sun...

P1130804 [Résolution de l'écran]
Plus j'avance, plus je trouve le site exceptionnel...
Surtout que des cascades dévalent de plus en plus serrées de la montagne.
Je me régale mais je me régale d'une force... Si j'avais pu penser ce matin dans ma lande pourrie ou au bord de la route en attendant une éventuelle bagnole que j'attendrais un tel état de félicité, j'aurais demandé un contrôle en hôpital psychiatrique.
P1130810 [Résolution de l'écran]
C'est simple, ce ne sont plus des bâtons que j'ai aux mains, ce sont des ailes... Je vole...
Mon sac à dos me semble gonflé à l'hélium. Il ne pèse plus...
Always!!! always the suuuuuuuuuuun!!!
Les torrents sont assez costauds juste au-dessus des cascades. Je fais exprès de marcher dans l'eau avec mes chaussures pour me débarasser de l'eau salée.
P1130811 [Résolution de l'écran]
5 cascades d'un coup!!! C'est rare!!!
P1130814 [Résolution de l'écran]
P1130817 [Résolution de l'écran]
Arnarstapi n'est plus très loin, moins de trois km. Il est temps de s'arrêter. Bivouac bord de mer, une première en Islande (et de mémoire je n'en ai qu'un à mon actif à Ramatuelle sous le cap Taillat en février)
P1130819 [Résolution de l'écran]
P1130820 [Résolution de l'écran]
J'arrive donc sur la plage... Pose le sac, marche un peu jusqu'au bout et voit une succession de torrents. Je n'ai pas envie de me taper les gués demain matin. Je récupère donc mon sac pour aller me planter un peu plus loin après les torrents.
P1130827 [Résolution de l'écran]
Les amas de lave commencent à devenir monstrueux. Arnarstapi n'est vraiment vraiment pas loin.
P1130822 [Résolution de l'écran]
Un plongeon Himbrin?
P1130824 [Résolution de l'écran]
Dans les renfoncements derrière la plage, les torrents tombent de la falaise en cascades pour changer.
Putain que c'est beau!!! Alwayyyyyysssssssss!!! the suuuuuunnnnn!!!!!
P1130829 [Résolution de l'écran]
Arnarstapi est là-bas... Terminus pou rmoi demain. Ca va je suis assez loin, les clebs devraient pas venir me renifler le cul (je déteste dormir à proximité des habitations).
P1130831 [Résolution de l'écran]
P1130832 [Résolution de l'écran]
Il y'a là un endroit secret... Shttttttt... une mini Seljalandfoss... Faut pas le dire...
P1130834 [Résolution de l'écran]
P1130835 [Résolution de l'écran]
P1130840 [Résolution de l'écran]
Pas si petite que ça, je suis derrière la cascade sur la dernière photo...
Un dernier torrent à traverser.
P1130841 [Résolution de l'écran]
Et planter la tente... Il fait frais mais bon, juste couvert d'une petite polaire... Comme toujours la dernière soirée est toujours un moment de sérénité, de bien être, de bonheur absolu...
Tout le film repasse dans ma tête. Comme il est loin l'état de nervosité du début de mon voyage.
Je me sens accompli... Je sais pas de quoi, mais il y'a un truc de plus, un truc nouveau en moi...
P1130843 [Résolution de l'écran]
Je me rappelle mes sensations dans la source de Skaftafell, celles à la sortie de Lonsoraefi, à Hattver, à Vonarskarð ou à Hveragil... Quelques moments rares, trop rares...
Quelques photos souvenirs.
P1130845 [Résolution de l'écran] 
Ca va, pas trop perdu les joues cette années... Pour le sourire, il est réservé à la femme de ma vie.
P1130854 [Résolution de l'écran]
Petite balade vespérale vers la grande cascade.
P1130856 [Résolution de l'écran]
P1130857 [Résolution de l'écran]
P1130859 [Résolution de l'écran]
+
Un petit billard avant de se coucher... Mais sans les bandes, c'est vachement dur...
P1130862 [Résolution de l'écran]
Quelques tentatives de photos truquées...
P1130869 [Résolution de l'écran]
Tiens, en éditant la photo je découvre qu'on voit Böðvarskula, le sommet où je suis monté la veille...
Bonne nuit... Demain, fin de l'édition 2012, édition d'anthologie, sans doute la plus dense en paysages de folie découverts.
 

Publié dans islande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Valérie 10/02/2013 17:35

J'avais pas vu le commentaire précédent, ça se confirme pour un cormoran...

bigfoot 13/02/2013 12:48



oui, je sais bien... mais un cormoran, c'est vraiment pourri comme piaf... y'en a plein ici... j'essaie de donner une exotic touch à mon récit...



Valérie 10/02/2013 17:34

Superbe voyage ! Excellente cuvée ;-)

Je suis finalement heureuse que grippe et gastro m'aient données le temps de me poser pour finir la lecture de ton récit... Faut que je relise certains passages avec les cartes sous les yeux pour
la préparation du voyage à venir (du 03 au 25/08/2013) notamment en ce qui concerne Sveinsgil et la liaison Eldgjá-Langisjór. La vue de tes photos me donne vraiment envie d'y être. Quand je pense
qu'au début où j'ai localisé Langisjór je m'étais dis que ça pourrait être cool de faire la liaison Laki-Langisjór... Faut le dire, c'est pas à ma portée du tout du tout !!!

Au fait, je ne pense pas que le volatil photographié soit un plongeon imbrin (http://www.oiseaux.net/oiseaux/plongeon.imbrin.html), je pense plutôt à un cormoran...

Bonne préparation pour le prochain voyage, on attend toujours la lecture suivante avec impatience (on ralentirait presque celle en cours pour arriver moins vite à la fin et en profiter plus
longtemps).

A très bientôt !

bigfoot 13/02/2013 12:51



bon alors en attendant la prochaine cuvée, je vous glisse trois petits jours sur l'Etna.


t'inquiète pas encore une fois pour sveinsgil, je te donne tout quand je prends un peu de temps. 


je pense que tu peux relier les deux spots  que tu cites sur un même parcours avec un peu d'organisation au niveau ravito.



S. 29/01/2013 19:56

Superbe, merci !

Quant à l'oiseau, ce serait plutôt un grand cormoran.