13/07: descente des gorges de Daluis en miniraft

Publié le par bigfoot

Après les essais fructueux de l'Estéron, il était temps que je me jette dans le Var, la rivière qui ressemblera le plus à ce que j'affonterai en islande de par sa configuration et son débit.

 

Le 12, j'ai fait la descente de Touët sur Var jusqu'à Malaussène. Parti tard pour échapper à la chaleur, je n'ai pas échappé aux orages et naviguer quand il y'a des éclairsau dessus de la tête, j'ai pas trouvé ça cool.

Comme d'habitude, les gouttes sont tombées une fois que j'ai claqué la portière de la voiture.

Je me dis toujours que cette chance météorologique va tourner tôt ou tard et que je vais le payer d'ici peu, style quand je serai au milieu du Sprengisandur ou en balade sur la Markarfljot.

 

Comme d'habitude, j'ai vasouillé avec ma caméra et j'ai loupé tout le film de la descente...

Bon courant, nous ne sommes pas encore à l'étiage. La rivière est large (tout est relatif, nous sommes dans les Alpes maritimes), la navigation agréable. Je me suis fait secouer un petit peu juste au dessus de Villars sur Var. J'ai raclé juste après le village.

 

 

Daluis...

 

J'avais fait un premier essai il y'a 15 jours. Garé au pont Durandy, je voulais remonter le plus haut possible avant de me mettre à l'eau...

Sauf qu'il y'avait beaucoup trop d'eau. J'ai pu remonter jusqu'à l'entrée des gorge de Daluis, mais pas plus haut. Eau noire, courant très fort, avec de l'eau jusqu'aux genoux au passage que j'ai pris pour le gué, j'ai failli me faire renverser, alors que les gués sont une de mes spécialités favorites...

 

Je n'ai pas osé ce jour là m'y envoyer...

Bon, je dis qu'il y'a de quoi, non?

 

Photo prise au milieu du gué... A moitié inquiet quand même voire un peu plus... 

daluis (5)

 daluis (6)

Aujourd'hui, la neige a enfin cessé de fondre (y'en a plus, normal) et les orages sont moins importants que ces derniers jours. Le Var a baissé de façon significative depuis dimanche.

C'est le jour J.

 

Objectif, le Var depuis les gorges de daluis depuis l'infran provoqué par l'éboulement de 2006 jusqu'au pont des Miolans sur la 202, une bonne quinzaine de bornes.

 

Départ à 11h00 du mat pour éviter les orages. Mais pas la canicule... 34°C au thermomètre de la voiture quand je me gare au pont des Miolans. Maintenant, le dur de la journée, il faut faire la navette jusqu'au pont Durandy sous cette chaleur avec l'attirail sur le dos (6-7 kg). Enorme pente d'au moins 1% pour les 10 km que j'ai à faire.

Facile finalement. Même pas trop transpiré.

Remonter à pieds comme il y'a 15 jours jusqu'aux gorges dans les abominables caillasses du lit du Var.

Certes, l'eau est plus claire (pas encore limpide comme à l'étiage) mais le courant est encore très costaud. Ma première traversée faite sans précautions particulières a failli tourner à vidéo gag. Emporté quelques mètres alors que je n'avais de l'eau qu'à mi-cuisses.

 

Entrée des gorges... Petit break toujours sympa dans le tout petit vallon bien ombragé du Talon.

Une fois alors que je me baignais dans une vasque du ruisseau, j'ai battu le record du monde du 100 mètres nage libre (sur 1 mètre). Un serpent était passé sous mes jambes alors que je n'avais pas pieds.

C'est pas que j'ai peur de ces bestioles mais j'aime bien les affronter sur mon terrain de prédilection, la terre ferme.

Quelle surprise désagréable ce jour là...

 

Là tranquille, il était parti aux sports d'hiver sans doute...

daluis (2)

 C'est dans cette vasque que le reptile m'avait fait tomber le coeur.daluis (3)

daluis (4)

Maintenant, il faut remonter les gorges de Daluis jusqu'à l'éboulement...

quelques photos... L'eau est vraiment plus claire... Mais le courant encore puissant. Pas serein à l'idée de me mettre à l'eau dans un moment.

 

Pour comparer à l'autre jour, quelques images bien avant les gorges.

daluis (7)

daluis (8)

daluis (9)

Moi, je trouve que c'est un endroit qui a particulièrement de la gueule.

dans les gorges, il faut traverser très fréquemment la rivière. C'est épuisant à cause de la force du courant. J'abandonne avant d'arriver à l'objectif. Je ne descendrai qu'un gros kilomètre de gorges.

C'est déjà plutôt impressionnant.

daluis (10)

 daluis (11)

daluis (12)

Mais qu'est ce que c'est beau...

Traverser 50 fois la rivière (j'exagère à peine) et lutter contre le courant en permanence est tuant. Bon, cest sûr que si mon objectif avait été de rejoindre tatiana, j'aurais fait l'effort supplémentaire.

daluis (13)

 

daluis (15)

A droite la plage de mise à l'eau... Je suis trop fatigué pour monter plus.

daluis

Les photos rendent pas mais il y'a quand même un peu de courant, si si...

Et c'est parti pour la descente. Du pur bonheur dans les gorges. Plus bas à la sortie, le lit s'élargit et j'ai commencé à racler pas mal. De peur d'abimer le raft, j'ai préféré m'arrêter au pont Durandy et ne pas tenter la partie basse jusqu'au pont des Miolans (10 bornes quand même, dommage). Retour à vélo à la voiture, mai sbon, ça faisait que descendre, tranquille...
La vidéo de la descente... rapides les plus spectaculaires à 2'40, 6'00, 9'00 et 11'50... Mais toute la descente, hors raclages est de la même veine.
1/4 d'heure effectif pour effectuer la totalité des 4 km de la descente. ca valait bien le déplacement .
Mais je me suis vraiment bien régalé...

Commenter cet article