12/08: Hrafntinnuhraun - Dalakofinn

Publié le par bigfoot

Après la journée de rêve... après la journée de galère... après les journées de marche infinies dans le désert... j'ai vécu ce jour la plus étrange, passant de l'humidité dans le brouillard au confort d'un refuge douillet, de la fatigue au repos, de l'isolement à la convivialité, du bonheur à la douleur...

 

Comme je le subodorais hier soir, les nuages et le vent l'ont emporté sur le soleil qui m'accompagnait depuis quelques jours.

Quel est l'intérêt de marcher le long de la Markarfljot sous le brouillard? d'autant plus que j'avais remarqué hier soir que les rives sont coupées de ces dizaines de vallonnements ravinés.

Je me répète mais je suis vraiment fatigué et je n'ai vraiment plus la foi de marcher sur des terrains trop marqués. Je susi d'autant plus déçu que mon projet raft vient de tomber à l'eau, enfin, plutôt sur les cailloux du fond de l'eau qui n'est pas assez haute.

 

Maintenant, au vu de la météo de ce matin, me serais-je jeté à l'eau? On fonctionne toujours comme ça. On regrette des choses que l'on ne fait pas parce qu'on les sait impossible à réaliser.

Exemple: j'avais envie de légumes bien frais pendant que je marchais. De retour en france, un mois après, je n'en ai quasiment pas mangé.

Autre exemple... là, où j'habitais avant, je regrettais l'absence de piscine. Maintenant j'habite à 200 mètres à pied d'une piscine... est ce que j'y vais pour autant?

Alors méfions nous de ces regrêts faciles déculpabilisants... On regrette toujours l'impossible... Qu'on vous l'offre sur un plateau et c'est tout de suite moins tentant.

 

 

Je sais que la piste pour le sud est à quelques km à l'ouest. Je marcherai dans les collines à la recherche de quelques une des fumerolles du coin jusqu'à la route, puis je la suivrai jusqu'au refuge de Dalakofinn.

Programme très allégé donc... une grosse dizaine de bornes, pas plus...

 

Les fumerolles dans le brouillard... ambiance spéciale... on ne sait qui est brume des cieux, qui est brume des entrailles de la terre...

Le vent rend les fumées vivantes... spectacle saisissant...

 

50°C de moins et je m'y baigne...

P1060649 [Résolution de l'écran]

P1060651 [Résolution de l'écran] 

Comme c'est différent par rapport à hier... 

P1060650 [Résolution de l'écran]

Marcher dans ces vallons... ambiance... Brouillard ou fumée? ou les deux?

P1060652 [Résolution de l'écran]

P1060653 [Résolution de l'écran]

Des dizaines de spots sont répertoriés sur la carte. je ne ferai pas l'effort d'en découvrir plus de trois...

 

Rejoindre la piste dans un paysage complètement désolé...

P1060654 [Résolution de l'écran]

Traverser la Markarfljot sans même avoir à enlever les chaussures...

P1060655 [Résolution de l'écran]

La masse sombre et inquiétante de Hrafntinnuhraun dans le brouillard plane sur le paysage.

P1060656 [Résolution de l'écran]

Regard sur les collines fumantes derrière moi... ici aussi, ça doit valloir le coup de flaner un petit moment, pas pour les paysages, juste des collines basses et érodées mais pour la multitude de spots à découvrir.P1060657 [Résolution de l'écran]

Petit déj pas très marrant sous la pluie puis il faut avancer sur la piste. 5km de brouillard à n'y voir absolument rien.

Je croise juste un énorme 4*4 pendant les trois heures de marche sur la route...

 

La Markarfljot  est ici encore un jeune enfant, juste née, son cours fortement influencé par les volcans et les coulées de lave. Elle descend vers le sud paresseusement en de nombreux méandres. 

Quand elle sera adulte, dans une vingtaine de km, plus rien ne sera en mesure de l'arrêter. Elle deviendra le monstre redouté que l'on connait. Plus une coulée, plus un volcan de l'arrêtera. Elle descendra droit vers le sud. Seul le glacier Eyjafjallajökull infléchiras un tant son cours vers l'océan.

 

Il me faut la retraverser donc une nouvelle fois juste sous une petite chute. Ca m'aurait plutôt secoué sur le raft, je pense...

P1060658 [Résolution de l'écran]

Au milieu du gué, franchi encore une fois sans déchausser, j'entends un grand bruit de moteur...

P1060659 [Résolution de l'écran]

Sur la rive en face surgissent deux énormes 4*4 des rangers. Il me semble reconnaitre ceux du Landmannalaugar.

En effet, ce sont mes copains quivoulaient me dissuader du bateau...

Et c'est ça qui vous faisait peur, que je les raille...

Ici, non, mais méfie toi sous le Laufafell, elle est dangereuse...

 

Et allez, la rengaine....

 

Je les rassure, je vais à Dalakofinn ce soir et demain je n'ai aucune intention de faire du bâteau sous le Laufafell, ce qui est parfaitement vrai, j'ai mes infos et je sais que le lit est parsemé de cascades... la première est juste à un km en aval du gué (on verra ça demain)...

 

Il me reste deux km pour rejoindre le refuge de Dalakofinn... Et si le refuge était fermé? Tout à coup j'ai un doute... Je en le pense pas, mais sait on jamais... Je trouve que de plus en plus de cabanes sont privées en Islande.

 

Le voilà, de loin, il a l'air bien sympa...

P1060660 [Résolution de l'écran]

Et il me parait trop neuf pour être libre d'accès....

ce n'est pas du tout le souvenir que j'en ai d'après les photos que j'avais pu en voir.

 

Et c'est quoi ce tas d'immondices devant? 

P1060661 [Résolution de l'écran]

Mon angoisse monte.

Curieux comme l'esprit fonctionne. Je dors sous la tente depuis deux semaines. Je n'ai jamais eu besoin de dormir P1060662 [Résolution de l'écran]sous un toit, quelles que soient les conditions.

Il suffit que l'ai eu l'idée de vouloir dormi rdans ce refuge que je ne supporterai pas cette nuit de ne pas dormir dans un lit.

 

Plus j'approche, plus je suis sûr qu'il va être fermé à clé, trop neuf... Il est forcément privé.

P1060662 [Résolution de l'écran]Superbe situation dominante sur la Markarfljot...

 

Je fais durer le suspense de la porte close ou pas en faisant le tour du propriétaire.

La Markarfljot...

P1060663 [Résolution de l'écran]

 

Le refuge de Dalakofinn... Ouvert ou pas?

P1060664 [Résolution de l'écran]

La main sur la poignée, je pousse... ça s'ouvre... inquiétude inutile qui m'a mangé l'esprit...

 

Je rentre dans le sas, comme tous les refuges islandais sont équipés où on laisse chaussures crottées et vêtements détrempés..

 

La main sur la poignée de la salle commune, je pousse... porte close... Merde!!!!!!!!!! les salauds........

Pourtant, il a l'air bien sympa vu de dehors... un petit écriteau sur une fenêtre m'attire... propriété d'Utivist. For More informations, call ...

Pfffff...

D'abord, je me dis qu'en presque pur niçois du sud ouest, j'ai peut être l'habileté consanguine de Spaggiari pour crocheter la serrure. Hélas non, je suis un pur, un parfait trop gentil pour être malhonnête.

Si je veux dormir dedans, soit j'enfonce la porte, ce qui ne serait pas trop difficile, mais je culpabilise trop pour casser. J'en suis totalement incapable.

Soit je téléphone au n°...

Je vous dis que l'Islande est un pays parfait où les choses sont bien faites.

Une petite barre de réseau sur le téléphone... c'est facile, échanger mon n° de carte bleue contre le n° de code de la boite qui contient la clé du cadenas...

 

15h30 et je suis à l'intérieur... wc à l'intérieur avec chasse d'eau, le luxe quoi...

 

De nouveau un petit tour dehors pour explorer les environs.

P1060665 [Résolution de l'écran]

Il faut descendre au bord de l'eau pour actionner la pompe alimentant le refuge en eau potable (ou pas), mais en eau, c'est sûr... si j'ai bien compris le gars au téléphone. Je suis vachement plus fort en anglais quand je peux utilier les mains pour m'aider.

Le refuge est à la confluence entre la Markarfljot et la Blautakvisl. A la confluence il y'a une source chaude. j'avai lu qu'on pouvait s'y baigner si on avait le courage d'affronter les algues vertes gluantes.

Aujourd'hui, il n'y pas assez d'eau dans la source. Mais un caisson en bois avec des tuyaux montant vers le refuge juste davant la source me fait penser que le flux d'eau chaude a été détourné vers le bâtiment.

De même, le souk devant le refuge est en fait le tas de décombre et de matos provenant de travaux sur celui-ci.

On est en pleine rénovation.

 

Je pense qu'Utivist a récemment fait l'acquisition de dalakofinn et est en train de le remettre en état et aux normes. En contre partie, il est fermé et payant...

C'était mieux avant.

 

Utivist est une association de rando islandaise. il y'en deux en Islande qui se partagent la gestion des refuges et des sentiers. Utivist donc et surtout la principale qui gère le Laugavegur notamment: ferðafélag íslands.

 

La pompe pour remplir le réservoir de flotte du refuge. Au moins je risque pas de panne de courant.

Est ce que je serai moins chat noir qu'au boulot et que je réussirai à l'amorcer du premier coup?

 

Ce serait mieux, il commence à bruiner sérieusement... Parfait, ça marche...

P1060666 [Résolution de l'écran]

Ma nouvelle angoisse maintenant est le risque de voir arriver du monde. J'ai envie de rester seul. Je déteste dormir dans la même pièce qu'un inconnu. Entendre ses ronflements, sentir ses odeurs corporelles (moi, je me sens plus).

 

Dans ces cas-là, je suis toujours à guetter l'arrivée d'une voiture par les fenêtres.

Je profite d'être à l'abri, pour me réorganiser. Je m'étale, fais chauffer de l'eau à la gazinière pour me faire un immense thé.

Lecture du livre d'or... amusant, je lis qu'un groupe de l'agence Fjallabak était là quelques jours auparavant.

Groupe mené par Léa rencontrée l'an dernier à Strutur et Aurélien, pote de Mika qui m'a bien dégrossi l'itinéraire à suivre dans la région de la markarfljot. Mika aussi y passe de temps en temps avec ses groupes.

J'aime ces coïncidences, ces conjonctions d'itinéraire... J'ai alors l'impression de faire partie de la confrérie, d'être un tout petit peu islandais...

 

 

Après un gros 4 heures, je décide d'une sieste avant de manger. C'est vraiment de la grosse journée bien active...

 

Je m'endors comme une masse... Comme à chaque fois que je m'endors en fin d'après midi et que je relache ma surveillance sur le mond extérieur, il arrive quelqu'un (exemple parmi d'autres  à Botni).

Il doit être 18h30 quand j'entends du remue-ménage dans le sas...

 

Je rale, mais je rale... Je sors à moitié endormi du duvet, vois à travers la fenêtre un beau 4*4 qui plairait à Rachel (un truc à la peinture métallisée non bugné, lui ,avec sans doute un gros moteur à double arbre à cames et 16 soupapes par piston turbo compressé à injection)...

 

En même temps que j'arrive dans la salle principale rentre un grand type avec une petite barbe blonde. Grand sourire, bras écartés, tenant dans ses mains une bouteille de rouge et un calendos...

 

Rappelez vous que je suis encore dans le cosmos et que les neurones sont allés se promenés sur la grande ourse.

 

- Salut...

- euh... salut...

- Content de te voir...

- ah... euh... moi aussi... mais t'es qui toi?

- tu ne te souviens pas de moi?

- euh... non (il commence déjà à me les briser celui là)... je devrais?...

- mais oui, rappelle toi, je suis Björn...

- doit y'avoir erreur... je connais pas de Björn...

- mais si, rappelle toi, on se met à table pour partager vin et fromage?

- euh... (sans enthousiasmse) ... pourquoi pas? (c'est bein moi, ça, je suis tombé sur l'idiot du village)... je me présente, je m'appelle David...

- je sais qui tu es...

- ??????????? hein ?????????

- mais oui, on s'est déjà rencontré...

- ??????????? hein ????????? ... bon,ok, mais comment tu sais que je suis là? je l'ai dit à personne...

- et bien, grâce à internet...

- (je suis vraiment tombé sur l'idiot du coin, c'est sûr) Mais j'ai pas accès au web depuis que je suis en Islande, comment tu peux savoir que j'étais là?

 

Ca dure presque 5 minutes... il insiste, il a toujours le sourire, fait comme si on était copains... insiste encore pour s'asseoir et trinquer... il lâche rien... mon anglais commence à remonter à la surface de mon esprit se réveillant tout doucement.

 

L'illumination soudaine... Björn... Björn, cuistot renversant son riz mitonné avec amour, rencontré l'an dernier dans le refuge de Alftavötnkrokur.

Comment ai-je pu ne pas me souvenir? Quelle honte, quelle confusion...

Je m'en voudrai éternellement de ne pas t'avoir reconnu instantanément, de t'avoir si mal accueilli...D'avoir été si froid, si désagréable...

Mais n'a-t-on pas idée de réveiller les gens qui dorment à 18h00 le soir?

 

Tout se remet en place, comment m'a t-il localisé? grâce à ma balise de détresse qui fait également tracking et géolocalisation...

Il habite à 1h30 en voiture d'ici. quand il a vu que je m'arrêtais au refuge, il est venu me rejoindre pour partager un petit moment...

Il est venu avec sa femme et ses enfants...

 

Deux heures de convivialité, de discussions... Qu'est ce que je regrette de parler si mal l'anglais...

Je ne raconterai pas nos discussions... juste à la fin, quand je lui demande son boulot, il me répond "physician".

Ah... ok ok... ça veut dire quoi pour vous?

 

 

Vers 21h00, ils repartent me laissant dans la solitude du refuge.

Il pleut vraiment fort en ce début de soirée. Gros vent aussi. Une tempête est en train de se lever...

Je vais être super bien avec le confort d'un toit.

 

21h30: coup de fil à Tatiana pour lui dire l'instant incroyable que je viens de vivre...  Envie de partager incontrôlable... Se rappeller les derniers mots d'Alexander mc Candless... le bonheur ne vaut que s'il est partagé... Un peu grisé par le vin rouge...

J'y suis en plein dedans (le bonheur, pas le vin rouge).

 

22h00: petit pipi sous la pluie et je m'allonge dans le duvet.

 

OFF - ON... l'interrupteur de la douleur...

Un coup de couteau dans le bas du dos...

 

Je relate tel que je me rappelle après coup. J'ai perdu toute notion du temps, toute capacité de raison, d'action réfléchie durant ce laps de temps. Peut être que ça ne s'est pas passé tout à fait comme ça. La première fois que je délire sous l'effet de la douleur (je vous jure que j'essaie de pas faire dans le dramatique).

 

Sortir du duvet... Il fait trop chaud...

Je ne tiens pas debout... Je tombe à genoux... Mon dos, ma tête...

 

Je marche à 4 pattes, j'essaie de boire pour faire baisser la fièvre...

Ca ne passe pas... La douleur dans les reins est incroyable... Je ne savais pas qu'il était possible d'avoir aussi mal.

J'ai chaud... Je me déshabille... en slip...

J'ai envie d'uriner... je ne tiens pas debout... obligé de m'asseoir sur la cuvette... rien ne sort... je fais des calculs, c'est sûr.

 

Douleur, douleur... fièvre...

Les murs du refuge se referment sur moi. L'espace est trop petit, je vais mourir de claustrophobie...

 

Je sors comme je peux... j'ai du mal à ouvrir la porte... la poignée est trop haute quand on rampe...

 

Enfin... sur la terrasse du refuge... allongé dans la pluie et le vent... je ne peux rester couché, ça fait trop mal... debout appuyé contre le mur? non, ça fait trop mal... accroupis? c'est peut être la meilleure position...

Vertiges... obligé de me recoucher sur la terrasse...

 

Combien fait il dehors? 5°C? sans doute, pluie et vent redoublent... je suis détrempé...

Instant de clairvoyance... je vais mourir de froid si je passe la nuit dehors en slip... C'est la fièvre qui me donne l'illusion de chaleur.

J'ai des anti-douleur dans la trousse de secours...

 

Ramper à l'intérieur... trouver la trousse dans le noir et le fouillis du sac... les doigts qui tremblent, je n'arrive d'abord pas à déchirer l'alu du comprimé.

Curieusement, pas de panique... juste l'urgence dans la douleur... trouver une solution pour que ça passe...

Enfin, j'arrive à avaler le comprimé...

 

Il est pas dans la gorge que...

 

ON - OFF... l'interrupteur de la douleur...

Plus rien... Ni fièvre, ni douleur...

Je suis frigorifié, mes jambes tremblent...

 

Je titube jusqu'à mon duvet, me glisse dedans, remonte la fermeture...

 

Pas le temps d'analyser que je m'endors comme une masse d'un sommeil de plomb. Je ne sais pas ce qui s'est passé.

 

 

 

carte

Publié dans islande

Commenter cet article

seo services 14/08/2014 14:00

The place is a thing of marvel and imagination for its natural beauty and hot water from underground where the trekkers can dip and enjoy warm bath. Besides the water, the landscape and hills offer a very good place for trekking and exploration.

michel 20/09/2010 18:58


Vraiment pas de bol...
En tout cas, tu as l'art de ménager le suspens !
Mon fils me demande si tu as eu des calculs parceque t'es trop intelligent. Je lui réponds quoi ? :D


bigfoot 20/09/2010 19:03



s'il a un nuéro de carte bleue, je peux lui en céder une partie... oui,j esais, je suis très immoral...


le problème du suspens, c'est qu'aujourd'hui, 20 septembre, je ne sais toujours pas si c'est fini. il suffit d'un mouvement pour que je sente qu'il y'a un truc qui coince. donc, c'est facile e
remonter les souvenirs. j'ai même pas eu besoin de prendre des notes.



michel 20/09/2010 18:43


Physician : toubib. Dommage qu'il ne soit pas resté un peu plus...


bigfoot 20/09/2010 18:46



t'es plus fort que moi en anglais... moi, j'ai su la vraie signification qu'après coup quand j'ai revu Bjorn
qui m'a engueulé parce que je l'avais pas appelé... et en plus les reins, c'est sa spécialité