07/07: Reykjavik - Reykjanes

Publié le par bigfoot

reykjavik, camping, RAS, juste à côté de la piscine.

 

Beaucoup de français (en fait les français et les jeunes au camping, les allemands en guest house et les américains à l'hôtel)

 

Revisite de Reykjavik sans enthousiasme, montée au Perlan, le musée des vikings.

 

Rerevisite de Reykjavik au cas où j'aurais loupé un truc.

 

Bon ben on va aller au fameux lagon bleu, mais par des chemins détournés et la zone géothermique de Kleifarvatn. Et ça vaut le coup, d'immenses solfatares, les plus grandes que j'ai vues.

Le lagon bleu. Ah les bienfaits de la pub et de la communication.

C'est cher, y a du monde. Bref pas emballé du tout. Préférais la piscine de Stykkisholmur.

Venir en Islande pour s'agglutiner dans un bassin. Non, sans façon. C'est comme venir en France pour aller à Eurodisney.

Nase...

 

Je suis fatigué aussi, vraiment envie de rentrer maintenant, de retrouver mes enfants.

 

D'arpenter de nouveau mes chemins caillouteux des Alpes du Sud avec mon vieux toutou, de me prendre une bonne canicule sur la tronche, de me baigner dans les rivières de l'arrière-pays.

 

En attendant, piscine à côté du camping. Histoire de discuter avec les islandais une dernière fois avant de prendre l'avion demain

 

Ben, je suis servi, une première discussion avec un couple, lui français, elle islandaise. sympas, elle surprise par mon itinéraire.

 

Ensuite alors que je pique un roupillon, dans le spot à 38°C, un type en moule burne rouge à la Clavier dans "les bronzés", se pointe juste à côté de moi. Je le sens pas le mec. Je fais semblant de dormir, attendre qu'il se barre. Mais non. Dès que j'entr'ouvre les yeux, je le vois qui me regarde avec un grand sourire ultra-brite. Vite je referme les yeux. L'impression de me retrouver 20 ans en arrière quand je matais mes copines en classe de 4°. Il doit être afficionado d'une salle de sport. Pas un pet de graisse, la peau hyper tendue, le bronzage orange des UV. Allons bon, voilà que j'ai un ticket. C'est un ticket rose que je voulais, pas un bleu. Merde, comment je vais m'en débarasser? Moi qui voulais faire des rencontres, me voilà en train d'essayer de m'échapper. Bon va falloir parler. Il est sympa, mais tout sonne faux en lui, ses réponses, ses exclamations sont exagérées. Je comprends les nanas maintenant quand elles se plaignent des lourdauds (intéressant sur un blog sur l'Islande). Une idée, je lui parle de ma femme. Ptain!!! Son sourire s'éteint, le temps de compter jusqu'à 3, il se barre. trop fort le mec.

 

maintenant il est temps d'essayer les spots à 40, 42 et 44°C

40, c'est facile.

42, on rentre le ventre 3 secondes, on sort 10 et ainsi de suite. Dans le bain un type méga musclé qui me fait un sourire. Un golgoth. Oh non!!! ça va pas recommencer... Je me taille au plus vite.

44, même pas j'essaye.

 

Pour finir les vacances, petite sortie en ville. Je me fais un petit resto pour goûter à autre chose que du salami. Je veux du local mais, sur la carte, je vois une entrecôte avec des frites et des haricots. Tout ce dont j'ai envie depuis 10 jours maintenant. Elle est bonne l'entrecôte, mais ça doit être une entrecôte de veau tellement elle est petite, et il devait être de très bonne famille tellement elle est chère.

Pas envie de sortir dans les pubs pour terminer.

 

Retour au camping, dodo et avion demain.

 

The end.

Publié dans islande

Commenter cet article