04/07: Jokulsarlon - Embouchure de la Þjorsa

Publié le par bigfoot

 

5h du mat à Jokulsarlon. Le site est dit fantastique, unique, pas envie de croiser des hordes dans cet endroit, donc petite marche jusqu'au glacier le long du lac, enfin presque, il est super grand et le temps pas trop au rendez vous. Vu l'endroit aussi, je pouvais m'attendre à laisser les tongs dans la valise. Grosse sieste matinale au bord de l'eau à me demander si l'eau est salée ou pas. Faut que je goute. Ben j'en sais rien, un petit arrière goût salin mais bien doux pour être de l'eau de mer. Pas plus avancé, mais bon si les glaçons flottent au dessus du niveau de l'eau, c'est que l'eau doit être salée. Elémentaire, mon cher Watson.

Sauf qu'à l'embouchure, le courant de la rivière est tel, que j'imagine pas l'océan remonter dans le lac. Y a peut être un phénomène de mascaret. Je vois bien les mecs en surf entre les glaçons.

 

Sur la plage abandonnée (lalala), noire, des blocs de glace, c'est très très beau et des phoques qui font mumuse dans l'eau.

Mais à Jokulsarlon, il est 8h00 et déjà un monde, le bruit de la foule, les bateaux à l'eau pour les excursions, adieu les sternes au dessus de ma tête. Vite, trouvons un endroit plus tranquille.

 

Donc en route pour Skaftafell, il paraît que c'est un des plus beaux endroits d'Islande pour randonner. La route est sublime, entre glacier et océan, d'immenses landes et Skaftafell. Au secours!!!... Y'a au moins 1000 bagnoles et 100 bus garés sur le parking... Demi-tour droite et en avant marche. J'avance trop vite sur la route de Reykjavik, faut que je prenne mon temps. Arrêt au pied du Skeidararjokull, pas très accueillant puis petite ballade à Krossarfoss avec nouvelle grosse sieste dans la mousse. Je dors peu mais souvent.

A Kirkjubaejarklaustur (celui là, j'arriverai jamais à le mémoriser), je veux aller faire un tour vers le Laki mais il est impossible de trouver des cartes topos ici, m...!!!, vais pas me lancer au hasard avec ma carte routière au 1/550000°.

Petit crochet par contre sur la route de Laki aux gorges de Fjaörargljufur (pareil pour celui là, impossible à retenir). Fantastique, très agréable surprise. Ballade en haut sur les falaises, au retour petite incursion dans le lit mais plus la foi pour me mette à poil pour traverser et remonter le cours dans les gorges (suis devenu fainéant depuis que j'ai une bagnole).

En route moussaillon, jusqu'à Vik et les falaises de Dyrholaey. Pluie, vent, dantesque au bord de l'eau, encore plus du phare où l'on ne peut avancer droit face au vent, il commence à être tard, je suis quasi seul face à une grosse mer. Que c'est beau!!!

Ce qui est moins beau, c'est que je suis en panne de carte bleue, j'ai oublié de demander l'autorisation de dépassement de ma carte à ma banque avant de partir et la location de ma bagnole a fait péter le plafond autorisé. Appel catastrophe en France, j'espère qu'ils seront efficaces. Ouf!!! Les retraits en liquide marchent encore (que d'émotions).

Marrant, plus stressé par les contingences matérielles que la solitude dans le désert.

 

Avec tout ça je perds du temps, vite rattrapons le retard, crochet rapide par Skogar et la belle Skogafoss. Ouais c'est beau, allez on s'casse comme disait Coluche. Le camping au pied da la cascade ne m'inspire pas. Trop de monde. Pas parce que j'ai une voiture que je vais me civiliser, non mais...

Seljalandfoss maintenant à la recherche du trésor des elfes derrière le voile de la cascade. Pas trouvé, y'en a qui ont dû passer avant moi. Discussion avec un groupe de sud'af arborant les maillots de foot d'une équipe de chez eux. Me demandent si je la connais. Ben non... Pourtant c'est une très bonne équipe, aussi forte que le PSG, qu'ils me disent. Ah oui, ils doivent être vraiment forts alors. Et voilà qu'ils se mettent à me parler de Michalak, Roumat et Lacroix!! J'hallucine!! La discussion improbable à parler rugby avec des sud'af au pied d'une cascade en Islande.

En tout cas, un fantasme réalisé en passant à l'envers du décor. Depuis le temps que je voulais voir ce qui se passait derrière. C'est super amusant, et ça fait friser aussi tellement c'est humide.

Bon, et si on allait dormir? Je me vois bien au bord de la mer avec un beau presque coucher de soleil. La lumière est déjà moins forte la nuit que quand je suis arrivé il y a 10 jours.

 

Décide d'aller à l'embouchure de la Pjorsa. L'idée de la journée. La galère...Une piste de sable sur 20km avec ma petite corolla, si je m'arrête je repars pas. Je me jette à fond dans les descentes pour passer avec l'élan les côtes derrières (c'est pas le Tourmalet non plus). Ouf une bonne suée c'est passé. Un panneau dans l'autre sens: route interdite, danger. Ah bravo! Et dans l'autre sens on sent le gazole? Bon, c'était rigolo tout compte fait. Miam miam et dodo. Le coucher de soleil est sublime.


Publié dans islande

Commenter cet article