02/07: Laugarfell - Egilstaðir - Bakkagerði

Publié le par bigfoot

 

Retour sur la route goudronnée F910, celle qui amène les camions au barrage. Et pour changer, stop pour Egilsstadir.

 

Pas de regrets. En voiture sur le chemin que j'aurais dû prendre à pinces. Une circulation d'enfer. Les pistes transformées en routes, de la circulation donc et le paysage, de grands plateaux herbeux couverts de lacs. Assez monotone. Je crois que j'aurais craqué. Curieusement, ici, malgré la présence d'eau et de marécages, aucun moucheron.

 

Me fais arrêter à Hengifoss. 1h de marche. Une cascade donnée à 120m de haut. Très jolie, mais pas très impressionnante après les cataractes des deux jokulsa, juste un fil, mais des strates d'argile dans le basalte du meilleur effet.

Rencontre trois françaises au pied de la cascade.Sympathisation. échange d'impressions puis m'amènent à Egilstadir. M'arrête devant Hertz. La tentation est trop forte. Je suis nase, je loue une caisse (Corolla). Me fais voler, mais il est 19h30 et je suis trop fatigué pour les envoyer ballader. Dicton du jour : Qui se sait trompé n'est pas trompé. Moralement satisfaisant, financièrement catastrophique.

Go to Bakkagerdi et les fjords, besoin de voir la mer. 3 km de goudron, 80 km de graviers, commence à comprendre les routes locales. M'en fous, payé tellement cher, pas de pitié pour les suspensions, je me fais plaisir. 80-100km/h. Je suis vraiment gamin, j'essaie de faire le plus de poussière possible. Mon concours : rendre la voiture le plus sale possible. Sauf qu'après deux mises en travers, on va se calmer et se contenter de 60-80km/h.

Enfin la mer -une plage immense- 10km au compteur, avec soleil rasant -sublime- Au bout de la route des falaises avec des macareux. Amusants. Temps de dormir. Dans la voiture. Confort abominable. Mais vue sur le soleil de minuit en pleine mer, c'est la plus belle image de mes vacances.

Et derrière moi les gigantesques montagnes de Dyrfjoll



Publié dans islande

Commenter cet article