18 juin: la Horgsa

Publié le par bigfoot

8 km le long de la n°1. Pourquoi, j'ai pas fait du stop? J'aurais pu gagner 2h de fatigue.

2h pourraves le long de la nationale sous une chaleur caniculaire (euh...) et un ciel immaculé... Comme je suis d'humeur râleuse comme à chaque fois lors de mes premiers jours en Islande, je me demande à quoi ça sert qu'il fasse beau quand on marche le long de la route et que ce serait mieux qu'il me tombe le christ sur la tronche maintenant plutôt que dans deux jours quand je serai dans le wild comme la météo le prédit (parce qu'en Islande, on est plus dans la prédiction que la prévision).

 

Parlons un peu plans de ce voyage... Parce que j'ai pas encore dit le projet précis.

L'idée c'est de faire un tour rapide du Laki. Le Laki, pour tout dire, je m'en tape comme de l'an 40. C'est nul pour un randonneur où on est cantonné aux pistes, sans parler des réglementations de plus en plus sévères entourant les parcs islandais. Ce qui m'intéresse, ce sont les voies d'accès impénétrables des ravins au sud du Laki. Pas de pistes, aucune photo sur internet mais des vues Google earth tout à fait attirantes. La Horgsa fait partie de ses ravins potentiellement intéressants.

Il s'agira ensuite de rejoindre le Laki selon mes envies après un crochet vers ma Hverfisfljot préférée, puis de racler les rives de la Skafta avant d'aller chercher très au sud la confluence de la Hellisa à Leiðolsfell et de finir vers Klaustur plus ou moins rapido en fonction du timing restant.

Asap, je quitte la route pour prendre la première piste vers Horgsland, communauté de fermes établie sous le ravin (la terminologie géographique est vachement simple en Islande). Je suis en rive droite. Je n'ai pas décidé de l'option droite ou gauche avant de voir en réel à quoi m'attendre. Le réseau de fermes sur la rive droite ne m'inspire pas du tout. J'aime pas croiser au milieu des paysans sur leurs propriétés (je suis fils de paysan et je sais à quel point ils aiment pas les gens sur leur territoire). Ca sent la cartouche au poivre dans le cul ;).

 

Donc rive gauche et la traversée n'est pas si simple. Il y'a quand même de la flotte dans cette rivière d'eau claire. J'ai promis juré sur la tête de mon patron que plus jamais je ne traverserai une rivière avec les chaussures aux pieds si j'ai un risque de les remplir et de finir les panards détrempés. 

First gué de l'année... De l'eau jusqu'à mi-mollets (et je le vois) et une traversée en courant parce qu'en courant peut être que l'eau aura pas le temps de remplir les chaussures. Car oui, en imaginant que les forces électrostatiques faible et forte, que la force gravitationnelle de mes chaussures et la force électromagnétique combinées vont repousser la flotte... Si j'arrive à repousser l'énergie de l'eau en dessous du nombre de Planck, je resterai sec.

Qu'en modifiant l'espace de Calabi-Yau selon le principe d'incertitude d'Heisenberg et en résolvant l'équation de Schrödinger, je passerai au sec.

Oui, j'ai pris un bon bouquin pour ces vacances: l'univers élégant de Brian Greene qui va m'expliquer clairement la théorie du tout, la théorie d'unification des lois de la relativité et de la mécanique quantique: la théorie des cordes.

Autant dire que j'ai strictement rien compris passé le chapitre 1, celui de la relativité restreinte.

 

Donc trempé jusqu'aux mollets après  deux minutes de hors piste, je bats mon record du monde de vitesse d'accès à l'inconfort.

Après 15 minutes de marche au milieu d'une vilaine gravière, j'atteins enfin l'entrée du ravin de la Horgsa.

Première pause dans un cadre vraiment beau au milieu d'une belle pelouse, entouré d'oiseaux aux cris toujours exotiques à mes oreilles. Un bon casse-dalle avant de m'engager sur mes premières pentes de l'année. Je renonce de suite à l'idée de rentrer dans le ravin les pieds dans l'eau. J'ai pas envie dès le premier jour de m'exposer. Mal m'en prend parce que l'occasion ne se reproduira plus jamais alors que franchement c'était une partie idéale pour ce genre d'activité que j'appellerai la patauging!

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article